Skip to navigation – Site map

Numéro 9 | 2007
Violences et jeunesse

Traiter de la violence consiste, pour le chercheur, à multiplier les points de vue : celui du perpétrateur, celui de la victime, mais encore celui des témoins directs et indirects, pour accéder au regard social posé sur le geste, avant, finalement, de considérer sa propre perspective et celle « de son temps », selon une démarche réflexive. Car ce n’est rien de compter les coups, d’ausculter les blessures, de rapporter les faits d’arme, de sentir sourdre la vengeance, si l’on n’est pas en mesure d’inscrire ces actes au-delà de la sidération qu’engendre la brutalité. Il ne s’agit pas de choisir entre une approche culturaliste de la violence, et une autre qui soit matérialiste, mais plutôt de miser sur un « réalisme constructiviste », qui reconnaisse à la fois la rudesse des coups et la voie spécifique selon laquelle ils affectent l’ethos des acteurs, et sont médiatisés dans l’espace social. Dans les textes réunis dans le dossier de ce numéro de la Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière”, les chercheurs s’efforcent de suivre ce difficile mais fructueux cheminement.