Navigation – Plan du site
Sources et espaces pour la recherche

Centre d’exposition « Enfants en justice »

Lieu de mémoire et d’histoire
p. 219-225

Texte intégral

1A Savigny-sur-Orge, dans l’Essonne, au sein même d’un établissement de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) accueillant toujours des mineurs, on peut visiter le modeste mais passionnant centre d’exposition « Enfants en justice ». Installé dans le pavillon du « groupe d’accueil » de l’ancien centre d’observation publique de l’Éducation surveillée (COPES), ce lieu de mémoire retrace les divers aspects de la prise en charge des mineurs de justice. L’exposition permanente est ouverte à tous sur réservation. Entretien avec Véronique Blanchard, responsable du centre d’exposition « Enfants en justice ».

2RHEI : Pouvez-vous retracer l’histoire du centre d’exposition ?

3Véronique Blanchard : Le centre d’exposition  a ouvert ses portes en décembre 2001. Ce n’est pas à proprement parler un musée, puisque nous n’avons pas le label du ministère de la Culture. Il s’agit en fait d’un service du ministère de la Justice, précisément de la direction de la Protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ). Cet espace répond à la volonté de la PJJ d’imaginer un lieu retraçant la longue histoire des institutions qui se sont chargées des mineurs dits de justice depuis le XIXème siècle. Ce souhait de se pencher sur l’histoire de l’enfance irrégulière a été porté, au départ, par des éducateurs de l’Éducation surveillée (devenue PJJ en 1990), en particulier par l’Association pour l’histoire de l’éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs (AHES-PJM), qui, dès ses débuts il y a 15 ans, a eu pour objectif la création d’un lieu de mémoire.

4C’est en 2000, sous l’impulsion de Jacques Bourquin, président de l’AHES-PJM, et de Gérard Deville, ancien directeur adjoint de l’Éducation surveillée (ES) et membre fondateur de l’association, que la direction de la PJJ a libéré les crédits nécessaires. Les porteurs du projet ont alors demandé à l’historien Mathias Gardet et au scénographe Jean-Pierre Baudu de concevoir, au sein du centre d’action éducative (CAE) de la Ferme de Champagne à Savigny, un centre d’exposition, dans le but de « permettre à ceux qui vivent ou sont appelés à vivre dans ces établissements de s’approprier et de mieux comprendre leur histoire en faisant la part des héritages et des nouveautés, mais aussi pour interpeller ceux qui n’y sont jamais venus, bousculer les images toutes faites et redonner à cette histoire toute sa place ».

5RHEI : Le centre d’exposition « Enfants en justice » est installé dans un site particulier. Quelle est la signification de cette implantation ?

6Véronique Blanchard : L’idée qui a prévalu a été d’installer le centre d’exposition dans un lieu chargé d’histoire. Le plateau de la Ferme de Champagne à Savigny-sur-Orge appartient à la PJJ depuis septembre 1945, et n’a cessé d’accueillir des jeunes depuis cette date.

7En 1945, cet établissement est un centre d’observation publique de l’Éducation surveillée (COPES). Les jeunes garçons placés par les juges des enfants sont observés pendant trois mois par une équipe pluridisciplinaire. Il s’agit de réunir le maximum d’informations sur le mineur afin d’aider le magistrat dans sa prise de décision. Ce fonctionnement va de pair avec la volonté que « […] le tribunal pour enfants, en possession d’une enquête sociale, d’un examen médical ou médico-psychologique, ainsi que d’un rapport d’observation, soit en mesure de bien juger le mineur et de lui appliquer la mesure la plus conforme à son intérêt », comme l’écrit l’une des rédactrice de l’ordonnance du 2 février 1945, Hélène Campinchi.1

8Cette organisation spécifique de l’observation cesse à Savigny en 1972. Architecturalement, le pavillon d’accueil est la partie du centre qui conserve la trace la plus vivante de cette expérience. C’est dans ces murs fortement habités par leurs derniers pensionnaires qu’il a été décidé de créer le musée.

9RHEI : Comment les concepteurs ont-ils utilisé cet espace ?

10Véronique Blanchard : Un couloir, 14 chambrettes (aux airs de cellules), un système de fermeture de portes centralisé, voici le décor de l’exposition permanente « Enfants en justice ». Dans ce cadre à l’architecture marquée, les concepteurs du musée ont décliné différents thèmes allant du jugement à la condamnation en passant par l’évasion ou la rédemption. Chaque cellule aborde ces sujets grâce à de nombreuses archives, documents, objets, iconographies, vidéo. Un parcours qui permet non seulement de mieux connaître le passé des colonies agricoles pénitentiaires et autres maisons de correction, mais qui nous plonge aussi dans le quotidien des enfants placés. La grande originalité de la scénographie étant de nous faire évoluer à l’endroit même où les adolescents vivaient ; ils sont là tout proches, à travers leurs effets personnels (confisqués à leur arrivée et retrouvés, pour certains, trente ans après dans le grenier), leurs graffitis, leurs poèmes, leurs dessins…

11De plus, les archives du COPES permettent d’entendre ces jeunes ; elles sont constituées de milliers de dossiers individuels d’observation. Dossiers qui recueillent tous les documents élaborés au cours du placement du jeune. On y retrouve, entre autres, les cahiers où ils devaient rédiger des rédactions aux sujets variés : « Qu’as-tu pensé en arrivant à Savigny ? », « Imagine que l’éducateur ait à s’absenter et que l’on te demande de le remplacer ? », mais aussi dessiner selon des cadres pré-établis : « Les événements heureux et malheureux », « Comment vous imaginez-vous à 20, 45 et 60 ans ? », « Votre dernier jour de liberté ». Ces exercices seront notés, évalués, commentés et permettront au psychiatre du COPES de faire un rapport circonstancié au magistrat. Aujourd’hui, exposés sur les murs, ces « œuvres » nous offrent la vision que les jeunes des années 1950 et 1960 pouvaient avoir de leur placement, de leur famille, de la justice, du travail ou de l’avenir.

12Tous ces documents sont les pièces maîtresses de l’exposition et permettent de retracer de manière sensible la douloureuse et complexe histoire des institutions pour mineurs de justice.

13RHEI : Quel est le public de ce centre d’exposition ?

14Véronique Blanchard : A priori, le centre d’exposition est accessible à tous les publics. Cependant, il ne s’agit pas encore du Louvre ; nos capacités d’accueil sont plus restreintes et notre sujet d’étude relativement pointu ! Cela implique que la visite est forcément guidée, que l’accueil des groupes est privilégié et que nous recevons un public relativement ciblé : des jeunes, des personnels du secteur social, et des chercheurs.

15Le public « jeunes » est constitué soit de scolaires (les professeurs d’histoire prenant l’habitude d’inclure le centre d’exposition dans leur cours d’éducation civique), soit de jeunes suivis par le secteur de la prévention ou de la justice. Ces visites sont parfois intégrées par les éducateurs dans le cadre de mesures éducatives.

16Le public « adultes », lui, est majoritairement un public de professionnels qui, lors de leur formation ou de leur activité, viennent visiter le centre d’exposition : les principales écoles de travailleurs sociaux ont maintenant inscrit dans leur programme de formation une journée au centre d’exposition. Les personnels de la PJJ ainsi que différents partenaires de l’institution organisent des visites afin de mieux connaître l’histoire de la justice des mineurs. De plus, le centre d’exposition reçoit régulièrement des délégations étrangères curieuses de cette histoire et de son évolution.

17Enfin, un certain nombre de chercheurs, d’universitaires, mais aussi de documentaristes ou journalistes viennent au centre d’exposition pour y chercher des informations, des ressources afin d’approfondir leurs recherches sur la question de l’enfance irrégulière.

18En moyenne, nous recevons plus de 100 visiteurs par mois, et c’est plus de 5.000 personnes qui sont venues découvrir ce lieu depuis sa création.

19RHEI : Vous évoquez la venue de chercheurs, mais précisément quels sont les liens que le centre d’exposition entretient avec le monde de l’enseignement et de la recherche ?

20Véronique Blanchard : Premièrement, je crois qu’il est possible de dire que nous sommes un lieu ressource pour les universitaires qui travaillent sur le thème de la délinquance juvénile.

21Tout d’abord grâce à l’exposition permanente que je viens de vous décrire : la mise en valeur des archives du COPES et de tous les objets réunis au fil des ans par les différentes institutions de mineurs offre aux chercheurs un premier témoignage fort et précis sur le secteur. De plus, nous développons un centre documentaire avec des sources imprimées rares, des ouvrages, des mémoires d’étudiants et des vidéos ou photographies qui permettent, là encore, à l’historien de compléter ses recherches. De nombreux doctorants et des chercheurs « en titre », que ce soit en histoire, en sciences de l’éducation ou en archivistique, viennent travailler dans notre espace et nous comptons parmi nos visiteurs fidèles plusieurs auteurs de RHEI. Nous espérons pouvoir élargir encore notre corpus documentaire en récupérant prochainement différents fonds, dont celui constitué par l’AHES-PJM depuis sa création.

22Cette fonction de lieu-ressource prendra toute son ampleur une fois que notre site internet sera opérationnel, puisqu’un de ses objectifs est de mettre en ligne, avec le partenariat du Centre national de formation et d’études de la PJJ (CNFE-PJJ), du Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée (CNAHES) et d’un certain nombre d’universités (Paris 8, Paris 4, Rouen…), la « bibliothèque idéale » sur l’enfant en justice.

23RHEI : Le centre d’exposition limite-t-il son rôle scientifique à la fonction documentaire ?

24Véronique Blanchard : Non, le centre d’exposition souhaite aussi avoir un rôle d’animateur scientifique dans la recherche historique sur l’enfant en justice et, au-delà, sur l’enfance « irrégulière ». Le centre s’est doté d’un comité scientifique où historiens, muséographes et représentants de l’administration collaborent. Ce comité veille à la qualité scientifique du centre, à la prise en compte des avancées de la recherche. Il propose et débat aussi des thématiques des expositions temporaires. En effet, depuis la création nous organisons chaque année une exposition temporaire sur un sujet précis. Nous avons déjà évoqué le travail de Fernand Deligny, puis la figure du « Gamin de Paris », ou encore le phénomène des « Blousons noirs ». Ces expositions sont couplées avec des journées d’études ou des colloques. L’année dernière, par exemple, nous avons co-organisé avec le CNFE-PJJ, l’AHES-PJM et le CESDIP trois jours de colloque autour des « bandes de jeunes ». Ajoutons que les expositions temporaires sont appelées à voyager. Celle consacrée aux « Blousons noirs » sera présentée à l’École nationale de l’administration pénitentiaire (ENAP) dans le cadre d’une session de formation largement ouverte aux autres administrations de l’État et des collectivités locales.

25Si les travailleurs sociaux et les universitaires viennent au centre, le centre s’efforce aussi d’aller à eux. En tant que responsable, j’interviens régulièrement dans les lieux de formation professionnelle comme les instituts régionaux du travail social (IRTS), l’ENAP et bien sûr le CNFE-PJJ, ainsi que dans des universités qui collaborent avec nous, comme Paris 8, Paris 7, Rouen, Angers…

26RHEI : En ce qui concerne vos liens avec le monde de l’archivistique, quelle place occupe le centre dans le « combat » pour la sauvegarde des archives ?

27Véronique Blanchard : Nous n’avons pas les moyens d’assurer la conservation des archives de la PJJ. Néanmoins, nous avons un rôle tout particulier à jouer concernant la préservation de ces archives sans lesquelles aucun travail historique sérieux n’est possible. Avec d’autres, nous nous efforçons d’alerter les autorités de la situation dramatique des archives de l’Éducation surveillée/PJJ. La totalité des archives déposées par les services extérieurs de la PJJ depuis 1945 n’atteint pas, pour toute la France, un kilomètre linéaire. C’est absolument ridicule. Si on ne réagit pas, il sera tout simplement impossible de faire l’histoire du secteur durant la seconde moitié du XXème siècle.

28De ce fait, nous nous inscrivons pleinement dans le projet de réflexion porté par les Archives de France et le CNAHES, depuis 2006, sur la question des « dossiers individuels de jeunes ». Il est essentiel d’insister sur l’intérêt historique de ces dossiers, de réfléchir à une politique de collecte cohérente et de définir des critères de tri, si nécessaire. Le centre d’exposition étant lui-même au coeur de ce questionnement, puisque dépositaire de milliers de ces dossiers individuels qui ne sont pas encore tous déposés aux archives départementales de l’Essonne.

29RHEI : Pour finir, quelle est l’actualité du centre d’exposition ?

30Véronique Blanchard : En quelques mots, l’année 2007 sera consacrée à deux grands projets. Tout d’abord, le centre s’agrandit. Suite à des réaménagements sur le Plateau de Champagne, nous récupérons près de 100m2 qui permettront de renforcer notre pôle ressource. De plus, nous préparons la prochaine exposition temporaire sur le thème « Le château : une prison sans barreau ? Un patrimoine au secours des enfants de justice (XIXème-XXème) ». Elle devrait être inaugurée au dernier trimestre 2007.

31Pour toute information complémentaire et toute réservation :

  • un téléphone : 01 69 54 24 14/03

  • un mail : veronique.blanchard@justice.fr

  • une adresse postale : Centre d’exposition « Enfants en justice », Plateau de Champagne, rue des Palombes, BP 119, 91605 Savigny-sur-Orge

Haut de page

Notes

1 Hélène Campinchi, « L’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante », Revue de l’Éducation surveillée, n° 1, 1946, p. 13.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Centre d’exposition « Enfants en justice » », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 9 | 2007, 219-225.

Référence électronique

« Centre d’exposition « Enfants en justice » », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 9 | 2007, mis en ligne le 02 février 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://rhei.revues.org/2543 ; DOI : 10.4000/rhei.2543

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page