Navigation – Plan du site
Sources et espaces pour la recherche

ESCARP

Catalogue descriptif des revues professionnelles de l’éducation spécialisée
Sandra Menenteau, Jean-Jacques Yvorel et Frédéric Chauvaud

Texte intégral

1 Le catalogue ESCARP (pour Éducation Spécialisée, CAtalogue des Revues Professionnelles) est une base documentaire descriptive et raisonnée qui vise à répertorier les publications périodiques traitant de l’éducation spécialisée. Ce projet est le fruit d’une collaboration entre l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), anciennement CNFE-PJJ (Centre national de formation et d’études de la Protection judiciaire de la jeunesse), et le GERHICO (Groupe d’études et de recherches historiques du centre-ouest atlantique), laboratoire de l’université de Poitiers.

2 Pour les chercheurs comme pour les acteurs du secteur, les revues, journaux et autres bulletins sont de précieuses sources qu’il convient de valoriser. L’intérêt de tels documents est bien souvent sous-estimé et, par conséquent, ils sont sous-exploités. Outre un recensement presque exhaustif de la production des acteurs du secteur qui réfléchissent à leur pratique professionnelle, l’objectif principal d’ESCARP est de mettre en évidence la potentialité scientifique de tels écrits. Cependant, l’éducation spécialisée est aujourd’hui un vaste secteur d’activité qui concerne la prise en charge de toutes les formes d’inadaptation, tant physiques, psychologiques que sociales, et cela à tous les âges de la vie. En conséquence, il est apparu nécessaire de délimiter, thématiquement et chronologiquement, la consultation et la prise en considération des périodiques.

Méthodologie du recensement

3 Le premier élément restrictif est l’âge. La recherche documentaire se focalise sur la branche de l’éducation spécialisée qui s’occupe des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, soit sur la tranche de population appelée communément “la jeunesse”. Sont donc écartés du projet les revues et bulletins qui traitent en majorité de l’adulte. De même, les publications centrées sur le handicap physique ne sont pas prises en considération. Enfin, la sélection des titres est subordonnée au caractère professionnel des contributions qu’ils proposent au lectorat. Les publications exclusivement consacrées à la recherche scientifique sont laissées de côté.

4 Cependant, certaines de ces restrictions ne sont pas appliquées indifféremment à l’ensemble de la chronologie. La période retenue pour le projet débute en 1830 et s’étend jusqu’à nos jours. Durant cet intervalle, les acteurs de la prise en charge des mineurs “irréguliers” ne sont pas les mêmes. Les philanthropes laïcs et les animateurs de congrégations et d’œuvres religieuses du premier XIXe siècle cèdent la place à des professionnels. Les directeurs d’établissements dûment labellisés, les assistants sociaux, les éducateurs, les juges des enfants remplacent “les amis de l’humanité”. Parallèlement, l’action sociale se spécialise et les revues philanthropiques généralistes se transforment en revues professionnelles sectorielles. Pour tenir compte de ces évolutions, le catalogue est divisé en trois époques.

  • 1830-1911

5Durant cette période, il n’existe pas vraiment de périodiques spécialisés dans le secteur, hormis les bulletins de quelques œuvres destinées aux enfants, notamment ceux des différents patronages de jeunes libérés. Les débats et les témoignages sur la prise en charge des orphelins, délinquants et autres enfants “anormaux” ont lieu dans des revues philanthropiques généralistes comme Les Annales de la charité, dans des revues d’hygiène ou de médecine, telles les Archives d’anthropologie criminelle, ou encore dans des journaux juridiques parmi lesquels se trouve La Revue pénitentiaire.

  • 1912-1944

6Les revues professionnelles et/ou militantes spécialisées se développent, mais certaines grandes publications généralistes, à caractère social ou médico-social, accueillent encore les écrits des praticiens. Il convient donc de les prendre en compte. Ce sont par exemple le Bulletin de l’Office Central des Œuvres de Bienfaisance ou les publications successives du Musée Social.

  • Après 1945

7Dans cette dernière partie, le catalogue est resserré sur les revues plus strictement professionnelles. Sauf exceptions, les périodiques généralistes, juridiques, médicaux ou médico-psychologiques sont délaissés. L’intérêt se porte sur les publications des établissements, des syndicats, des administrations concernées (santé, justice, jeunesse et sport). La seule administration de la Protection Judiciaire de le Jeunesse est à l’origine de multiples publications. Parmi celles-ci, citons par exemple les Annales de Vaucresson, La Lettre de le PJJ, le bulletin du SNPES-PJJ-FSU (Syndicat National des Personnels de l’Education Surveillée - Protection judiciaire de la jeunesse - Fédération syndicale unitaire).

8En outre, une attention toute particulière est donnée au recensement de revues produites par de petites structures, tels les bulletins d’associations, de fédérations d’associations et d’amicales professionnelles : l’Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille propose un bulletin intitulé Mélampous ; les centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées (CREAI) ont presque tous leur propre publication, de la simple feuille d’information à la revue.

Des notices descriptives

9Par la diversité des informations qu’elle fournit, et par les différents niveaux de lecture qu’elle offre, la base ESCARP met en lumière la multitude d’analyses qu’il est possible de mener à partir de ce corpus documentaire. Plus qu’un simple répertoire alphabétique des publications émises au sein des nombreux secteurs professionnels en lien avec l’enfance en difficulté et l’éducation spécialisée, cet instrument de travail propose, pour chaque titre, une étude fine et organisée autour de plusieurs éléments d’informations.

10 Les divers renseignements relevés lors du dépouillement systématique des collections de périodiques peuvent être classés en quatre catégories.

  • Données “administratives”

11Sont comprises sous cette appellation toutes les informations relatives à la parution de la revue, à son existence officielle. Il s’agit de renseignements tel l’éventuel numéro d’ISSN, l’adresse où contacter la rédaction du périodique, l’éditeur qui le publie, sa périodicité et les variations de celle-ci.

12De plus, les diverses personnes qui exercent une responsabilité au sein de la rédaction sont relevées de manière très précise : directeurs de publication, rédacteurs en chef, secrétaires de rédaction ou encore assistants d’édition qui animent et font vivre la revue.

13L’indication des personnalités à l’origine de la création du périodique, ainsi que l’association ou l’administration qui le supporte et dont il est la vitrine, permet de cerner le secteur professionnel dans lequel s’insère la revue.

  • Données “historiques”

14Quelques champs de la fiche descriptive d’un titre apportent des informations sur la vie de la revue, éléments pouvant être qualifiés d’“historiques”. En premier lieu, l’époque où naît, et parfois meurt, la publication.

15En outre, pour les périodiques les plus importants, un véritable historique du titre et de l’organisme dont il dépend est proposé : dans quelles conditions la revue est née ? pour quelles raisons ? sous l’impulsion de quelles personnalités ? etc. L’existence de recherches universitaires ou de bilans historiques réalisés par la revue à l’occasion d’un anniversaire est mentionnée.

16Enfin, l’histoire et la vie d’une publication comprennent également tous les liens et les filiations qu’un titre peut avoir avec d’autres périodiques : ce sont les fusions, scissions et successions entre plusieurs publications, ainsi que les parutions annexes publiées par une revue.

  • Données « intellectuelles »

17La base ESCARP se distingue du simple recensement de titres par le soin apporté aux informations “intellectuelles”. Outre la mention des thèmes abordés par les articles, grâce au choix de mots-clés, chaque notice donne la liste des principaux auteurs qui ont collaboré à la revue de manière régulière. Les différents groupes professionnels qui apportent leur contribution sont également précisés. Ces mentions, tant nominatives que professionnelles, mettent en évidence les réseaux qui se créent entre les individus et les secteurs disciplinaires de l’éducation spécialisée. Certains ensembles professionnels s’entrecroisent à une époque, puis s’éloignent ; a contrario d’aucuns demeurent absolument dans leur domaine d’expertise, ne cherchent pas à partager leurs compétences et leurs savoirs avec les autres praticiens de l’enfance en difficulté.

18Les éléments informatifs sur le contenu de la publication sont également fournis par la reprise des objectifs définis par les responsables de la publication, lors de sa création, et parfois précisés ou modifiés durant l’existence de la revue. La délimitation du rayonnement de la publication, de sa zone de diffusion, donne une idée de l’impact que la revue peut avoir dans son secteur d’activités et du lectorat qu’elle touche. Sa distribution peut être interne, c’est-à-dire réservée à l’institution qui l’émet ou au secteur professionnel concerné ; la diffusion peut-être locale ou régionale, soit limitée à une zone géographique donnée ; enfin, la revue peut avoir un champ d’action national, voire international.

19Les derniers renseignements concernant le contenu “intellectuel” des périodiques consistent en la description des types de contributions et des rubriques qui les constituent. L’accent est mis sur la présence de témoignages des divers acteurs de l’éducation spécialisée, professionnels, bénévoles d’association, parents ou encore enfants. De même, l’existence de réflexions sur les pratiques professionnelles ou de présentation de cas cliniques est mise en exergue. Pour finir, est indiquée la présence de notes de lecture, d’une revue de presse et d’une bibliographie.

  • Données de consultation

20L’autre apport notable de la base ESCARP réside dans le recensement rigoureux des lieux de consultation et de l’état de la collection qui y est disponible. Il est mentionné pour chaque titre les divers centres de documentation et bibliothèques qui en possèdent une collection, que celle-ci soit plus ou moins complète. Des renseignements pratiques sur ces lieux de consultation sont également fournis : adresses postale et/ou électronique, responsables, publics autorisés, horaires d’ouvertures, catalogues en ligne, ainsi que les domaines couverts pour les bibliothèques spécialisées. De plus, l’adresse des sites Internet où il est permis de consulter certaines collections de revues est mentionnée. Par ailleurs, pour faciliter une recherche thématique, l’existence d’index, de tables analytiques de matières ou d’auteurs, est aussi précisée dans le descriptif de la publication.

Recherches et développement

21 En avril 2009, le catalogue ESCARP propose près de 250 notices descriptives, totalement ou partiellement complétées, référence plus de 2100 personnalités du secteur, et répertorie près de 500 lieux de consultation différents. A partir des différentes catégories d’informations mises à disposition, la base ESCARP offre, à l’utilisateur, plusieurs possibilités de recherche.

Modalités de recherche

22Le catalogue permet d’effectuer trois types de recherche : une recherche “simple”, une recherche “avancée”, et une recherche thématique.

  • Recherche “simple”

23La recherche “simple” permet de lancer une requête à partir d’un mot-clé ou d’un élément du titre de la revue. La liste des mots-clés établie pour la réalisation des fiches descriptives est mise à la disposition des utilisateurs de la base.

  • Recherche “avancée”

24Outre par mot-clé ou grâce au titre de la publication, la recherche “avancée” autorise une prospection à partir du nom d’une personne, qu’elle ait eu une fonction au sein de la rédaction ou qu’elle ait contribué comme auteur à la revue. Le lancement d’une requête sur un patronyme fait apparaître la liste des périodiques dans lesquels cette personnalité du secteur a apporté sa contribution.

25De plus, afin d’affiner éventuellement la requête, la détermination de bornes chronologiques est possible, soit par années, soit par périodes prédéfinies, en l’occurrence les régimes politiques.

26Il est également permis de faire une recherche sur les lieux de consultation. Ainsi, il est possible de savoir quelles revues sont conservées dans telle ville, tel département ou telle zone géographique.

  • Recherche par “domaines”

27La dernière option de recherche s’appuie sur des “domaines” dans lesquels les titres sont classés. Cinq “domaines”, correspondant chacun à une institution ou à une branche professionnelle de l’éducation spécialisée, ont été constitués : « Justice des mineurs », « Santé mentale et hygiène », « Action sociale, enfance et famille », « Enseignement spécialisé et pédagogies », et « Education populaire et prévention ». De plus, chaque domaine est subdivisé en trois sous-catégories.

28Une revue peut être affiliée à un ou plusieurs sous-domaines, ce qui laisse entrevoir des croisements entre les divers secteurs d’activités et les multiples institutions impliquées dans la prise en charge des mineurs difficiles ou en difficulté.

  • Développement d’un dictionnaire biographique

29A partir du répertoire des personnalités qui ont contribué à la vie de la publication, en tant qu’animateur ou auteur, un projet de dictionnaire biographique est à l’étude. La base ESCARP propose déjà, pour les personnalités les plus connues du secteur, quelques éléments de biographie. Mais pour un nombre important de personnes, une recherche doit être réalisée pour les identifier et retracer leur parcours professionnel au sein de l’éducation spécialisée.

30Les informations onomastiques ainsi découvertes et présentées doivent servir de support à un véritable dictionnaire de l’éducation spécialisée qui permettra tout un ensemble de travaux prosopographiques.

31Adresse du site : www.sha.univ-poitiers.fr/ESCARP/default.htm

32Contacter les responsables du projet :revue.gerhico@univ-poitiers.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Menenteau, Jean-Jacques Yvorel et Frédéric Chauvaud, « ESCARP », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 11 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rhei.revues.org/3101 ; DOI : 10.4000/rhei.3101

Haut de page

Auteurs

Sandra Menenteau

Docteur en histoire, membre du Groupe d'études et de recherche historiques du centre ouest Atlantique (GERHICO - CERHILIM) - EA 4270

Jean-Jacques Yvorel

Rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance  « irrégulière », docteur en histoire, enseignant à l'École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ)

Articles du même auteur

Frédéric Chauvaud

Professeur d’histoire contemporaine, université de Poitiers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page