Navigation – Plan du site
Pistes de recherche

Mémoire collective au sein d’une institution L’expérience du Livre de vies du Home Juliette Herman

Collective memory within an institution : the book of lives experience at Home Juliette Herman
France Huart et Aurélie Noirhomme
p. 195-209

Résumés

Notre article analyse l’expérience de collecte de mémoires initiée par un groupe de professionnelles du Home Juliette Herman, une institution d’aide à la jeunesse située à Bruxelles. Intitulée Livre de vies, plus d’un siècle d’accueil de l’enfance à Bruxelles, ce projet s’est clôturé par une exposition et un catalogue. Son originalité réside essentiellement dans l'implication dynamique des professionnels et des jeunes hébergés au Home, tant anciens qu'actuels. À notre connaissance, cette collecte de mémoire représente, pour l’aide à la jeunesse en Belgique francophone, une expérience collective inédite et aboutie de participation et de recherche historique, menée dans une dynamique intergénérationnelle et interdisciplinaire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article se base sur une expérience collective menée par les auteures, à Bruxelles, de 2005 à 2007, au sein du Home Juliette Herman.

Texte intégral

« Toute institution est née d'une raison, d'un besoin. Elle a grandi et évolué, s'est adaptée au monde, à ses nécessités, au temps. Elle a négocié une contractualisation avec la société. Elle s'est organisée. Mais oublier qu'une institution est bien plus qu'une organisation, c'est la vider de son sens et de son âme. C'est la raison pour laquelle se pencher sur son passé, sur la présence encore actuelle de son passé, est pour une institution une démarche aussi vitale

  • 1 Le Cahier Intermag n° 1, édité en 2007 par RTA asbl, accompagne une présentation générale de l’expo (...)

que préparer son avenir. »1

1Cet article s’attache à montrer en quoi la réalisation d’un travail de mémoire par une institution sociale (notamment dans le cadre d’une commémoration) est un processus indispensable pour assurer la pérennité de celle-ci. Un tel exercice incite, entre autres, à réfléchir à l’identité portée par cette dernière, ses valeurs, son cadre d’action et leurs évolutions, pour aborder plus sereinement le futur. En outre, se pencher sur son passé lui permet d’éveiller ou de renforcer sa culture par la mise en évidence de liens entre ses différents acteurs, actuels et anciens.

2L’enjeu est d’importance pour une institution d’aide à la jeunesse, qui accueille des jeunes et gère quotidiennement des situations difficiles. Donner ainsi aux enfants placés l’opportunité de questionner leur histoire et remodeler certains pans de celle-ci au regard de l’expérience vécue dans leur lieu d’accueil ouvre la voie à de nouveaux possibles enrichissants et potentiellement positifs. Un travail de mémoire permet aussi aux jeunes hébergés de réfléchir à leur passage obligé en institution, de tisser des relations dans leur cadre de vie et d'insérer ce moment particulier dans leur histoire personnelle.

  • 2 Pour la Communauté française de Belgique, voir l'initiative de la Plate-forme pour la valorisation (...)
  • 3 Robert Franck, « La mémoire et l’histoire », dans Cahiers de l’IHTP, n° 21 : La bouche de la Vérité (...)

3Le patrimoine oral constitue une source importante pour appréhender l'histoire de catégories sociales marginalisées ou fragilisées, qui ont peu ou pas de pratique de l'écrit2. Donner la parole aux témoins et aux acteurs conduit en définitive à solliciter leur mémoire individuelle, qui, bien que faillible et « empreinte de subjectivité reconstructive »3, permet de construire une approche collective de l’histoire. Dans le cadre de l’éducation permanente, le secteur associatif sensible à cette dimension est notamment actif dans la collecte de témoignages oraux pour écrire l’histoire collective de sujets marginalisés, pour faire émerger (aujourd’hui) de nouvelles revendications d’ordre politique ou encore pour valoriser l’apport des groupes  sociaux et professionnels peu sensibilisés à l’intérêt historique.

  • 4 Entretien avec Jean Huet, directeur de la Résidence Rolland, Mons, 2010.

4Au Home Juliette Herman (HJH), cette collecte de mémoires et les échanges issus d'une approche intergénérationnelle ont également permis de faire émerger d’autres aspects positifs, notamment pour l’ensemble des professionnels qui y travaillent. « Nous comprenons que l'histoire et la tradition consistent moins en une acceptation des vérités d'hier qu'en une reconnaissance du bien-fondé des efforts accomplis pour approcher la nature humaine (celle des enfants en particulier), des échecs rencontrés et des méthodes utilisées. »4 Ainsi, la transmission des mémoires et la confrontation des expériences avec le passé ont permis aux travailleurs sociaux actuels de reconnaître le bien-fondé de leurs efforts et de relativiser les méthodes éducatives.

5Basée sur notre expérience personnelle autour du projet Livre de vies initié par le Home Juliette Herman, notre contribution met en évidence l’intérêt de la dynamique intergénérationnelle dans la collecte et la transmission de mémoires vivantes pour retracer, avec les acteurs, l’histoire d’un service d’aide à l’enfance. En outre, développer une approche historique sur le secteur permet globalement de mieux comprendre les politiques développées aujourd’hui face à la jeunesse en difficulté.

6Sans être le cœur de l’article, l’histoire du Home Juliette Herman sera tout d’abord esquissée pour en saisir les étapes importantes et son évolution. Ensuite, notre contribution s’attachera essentiellement à décrire et analyser l’expérience particulière du Livre de vies, depuis l’émergence de l’idée jusqu’à la réalisation de l’exposition et de son catalogue. En outre, elle présentera les motivations qui ont incité des professionnels du Home à initier et porter ce projet, leurs apports à la démarche collective et intergénérationnelle pour mettre en valeur leur histoire institutionnelle et professionnelle, ainsi que la dynamique positive qui a émergé de ces collaborations.

Emergence d’un projet institutionnel

7Dans cette partie, nous nous attacherons à montrer comment, à l’occasion d’une commémoration et au départ d’un projet intergénérationnel, une institution d’aide à la jeunesse a entrepris une démarche historique et se l’est appropriée en lui donnant une orientation originale.

  • 5 Le centre d’exposition « Enfants en justice » de Savigny-sur-Orge peut être cité comme un exemple r (...)
  • 6 En 1991, l’Institut Michotte, une institution d’accueil de jeunes située en région liégeoise, publi (...)

8Le projet Livre de vies s’est concrétisé en avril 2007 par une exposition dynamique à portée des enfants et utilisant des moyens de communication modernes. Pendant sept semaines, elle a été montée dans l’enceinte même de l’institution, espace traditionnellement fermé au grand public. Un autre volet singulier du projet est la réalisation et l’édition d’un catalogue écrit « à quatre mains », retraçant plus d’un siècle d’accueil de l’enfance malheureuse à Bruxelles. L’originalité de cette recherche de mémoires menée avec des professionnels et des jeunes du Home Juliette Herman, deux groupes peu enclins à l’approche historique, méritait en effet d’être mise en avant. À notre connaissance, elle représente, pour le secteur de l’aide à la jeunesse en Belgique francophone5, une expérience collective inédite et aboutie de participation, enrichie d’échanges intergénérationnels et interdisciplinaires6.

Au cœur d’une histoire institutionnelle du secteur de l’aide à la jeunesse

  • 7 Pour retracer ces grandes lignes de l’histoire du HJH, nous nous sommes notamment basées sur les ré (...)
  • 8 Une série d’articles et publications ont servi de références à cet aperçu historique général de l’a (...)

9Cette partie propose un bref aperçu de l’histoire du Home Juliette Herman sur plus d’un siècle7. L’exposition présentait en parallèle les moments clefs du Home et ceux du secteur de la protection de l’enfance en Belgique8.

  • 9 Les CPAS sont des établissements publics dotés de la personnalité juridique créés au niveau communa (...)

10Actuellement, le Home Juliette Herman est un Service d’Accueil et d’Aide Éducative (SAAE) situé à Bruxelles, reconnu et agréé par le Ministère de l’Aide à la Jeunesse de la Communauté française de Belgique. Il dépend parallèlement et « historiquement » du Centre Public d’Action Sociale (CPAS)9 de Bruxelles-Ville. Il héberge et assure le suivi psycho-médico-social de 41 enfants âgés de 0 à 18 ans, placés suite à un mandat du Tribunal de la Jeunesse, du Service d’Aide à la Jeunesse (SAJ), ou encore du Service Jeunesse du CPAS de Bruxelles.

11On peut situer l'origine de l'institution aux structures mises en place par les paroisses de Bruxelles au XVIe siècle. Dans le courant du XVIIIe siècle, la volonté de soustraire les enfants à l’influence néfaste des parents provoque la transformation de ces six Pauvres écoles en orphelinat. Le pouvoir français les rassemble en un Hospice de l’Égalité, dépendant du Conseil Général des Hospices et Secours de la Ville de Bruxelles (CGHS). Quelques années plus tard, pour des raisons budgétaires, deux institutions bien distinctes sont créées (une pour fille et l'autre pour garçons). En 1811, suite à la fermeture de l'orphelinat des garçons, ces derniers sont placés dans des ateliers à Bruxelles ou chez des cultivateurs à la campagne. Sur la base du modèle français, la législation définit différentes catégories d'enfants : les trouvés (de parents inconnus, recueillis nouveau-nés), les abandonnés (de parents connus, âgés de quelques mois voire quelques années) et les orphelins pauvres (dont les parents sont décédés, indigents ou incarcérés).

  • 10 France Huart, « Juliette Herman (1907-1945) », in France Huart, Sophie Pereira et Rosine Lewin, Le (...)

12En 1873, l’Hospice des Orphelines est inauguré dans un immense bâtiment spécialement construit par le CGHS. Les orphelines y sont accueillies jusqu’en 1977. En 1951, l’orphelinat est rebaptisé Home Juliette Herman en souvenir d’une ancienne pensionnaire, résistante décédée en déportation10. Entre-temps, en 1934, un orphelinat pour garçons, le Home Nos Garçons, s’installe à Laeken, en dehors du centre. Pour des raisons budgétaires et organisationnelles, ces deux structures fusionnent finalement en 1977 et sont transférées dans une nouvelle construction. Au Home Juliette Herman, les enfants sont toujours accueillis dans deux sections distinctes en fonction de leur âge (« Les Bambis » de 0 à 7 ans et « Les Géminis » de 7 à 18 ans) pour de courtes et de moyennes périodes. Dans les années 70 et 80, suite à la mise en place de la loi sur la protection de la jeunesse (8 avril 1965), de nouvelles unités de vie sont ouvertes dans d’autres quartiers de Bruxelles pour prendre en charge des groupes spécifiques de jeunes et développer des projets pédagogiques différents : La Maison familiale d’Huldergem et la Maison du Béguinage qui hébergent toujours des enfants de 3 à 18 ans pour des périodes plus longues. Parallèlement, une équipe Intersections se charge de l’accompagnement en famille, de la mise en autonomie de grands adolescents et du suivi post–hébergement de six jeunes, sortant d'Institutions publiques de protection de la Jeunesse (IPPJ).

Le Home Juliette Herman, une institution porteuse

13Une conjonction d’éléments dans l’histoire récente du Home Juliette Herman a déclenché le projet de  Livre de vies. Avec les départs à la retraite d’une série de travailleurs plus âgés, un pan important de la mémoire orale de l’institution disparaît pour l'équipe actuelle. Pour Christiane Coppé, directrice et cheville ouvrière du projet :

« On s’est rendu compte qu’il y avait toute une génération d’éducateurs et d’éducatrices, une sorte de mémoire qui partait, qui se perdait. Et quelque part, nous n’allions plus pouvoir en bénéficier. Alors on s’est finalement dit au niveau intergénérationnel, il y a beaucoup de choses sur notre propre institution que nous ne connaissons pas et on a décidé de faire un retour en arrière sur l’histoire de l’institution. »

14Ce constat interpelle l'équipe pédagogique actuelle et leur fait prendre conscience de la nécessité de préserver le savoir accumulé par les anciens éducateurs au cours de leur parcours professionnel. De ce constat émerge alors l’envie de récolter les témoignages oraux d'anciens, devenant alors de vraies « Mémoires-vivantes ».

  • 11 Actuellement, par manque de temps, ce projet de carnet de vie est encore loin d’être finalisé pour (...)
  • 12 Dans sa publication, Guy Delhasse, éducateur à La Maison, témoigne de l’intérêt du travail de mémoi (...)

15Depuis 2000, les éducateurs ont nourri une réflexion sur l’histoire des jeunes placés, y compris leur passage obligé en institution. L'objectif étant de leur permettre de se situer plus clairement par rapport à leur vécu. Cette attention à conserver vivante cette mémoire a été intégrée au projet éducatif du Home. De manière générale, l’enfant se positionne dans une généalogie familiale, sociale et culturelle. Dans de nombreux cas, un placement en milieu d’accueil chamboulera la construction de la future vie d’adulte et de citoyen d’un enfant, il laissera même parfois des traces indélébiles. Très souvent, ces enfants développent une attitude de déni face à leur passage ou leur vie en institution. Pour contrer ce rejet, les éducateurs du Home Juliette Herman ont imaginé de réaliser un « carnet de vie » pour chaque jeune, dans lequel sont conservés des traces de son séjour (photos ou autres documents). Cet album lui sera remis lors de son départ11. Cette attention à l’histoire est également présente dans d’autres institutions de l’aide à la jeunesse, notamment à La Maison de Liège12.

  • 13 La recherche historique et archivistique a été principalement prise en charge par une historienne b (...)

16Le projet (ou plutôt l’ensemble des projets) autour du Livre de vies est à situer dans le prolongement de ces attentions portées par les travailleurs du Home Juliette Herman à la transmission de la mémoire (ou des mémoires), aux traces à conserver et à la dimension intergénérationnelle des activités développées dans les groupes de vie. Dans le cadre de la double commémoration des trente ans d’implantation à Laeken et de l’anniversaire de la naissance de Juliette Herman, l’équipe dirigeante du Home s’est engagée, avec son personnel et certains jeunes, dans un projet de collecte de mémoires et d'écriture de l’histoire de l’institution. Un groupe constitué de la directrice et de trois éducatrices a été le cœur du Livre de vies. Malgré leur dynamisme, l’équipe porteuse n’aurait pu y arriver sans des collaborations spécifiques, notamment pour la recherche historique, la muséologie et le travail audiovisuel13.

Une exposition dans les murs et un catalogue pour faire découvrir l’institution

17La commémoration de l'histoire du Home Juliette Herman a été pour elle une occasion de mieux se faire (re)connaître. Le catalogue et l’exposition temporaire ont été réalisés dans cette optique d’ouverture, pour un large public extérieur au secteur de l'Aide à la Jeunesse.

  • 14 Le catalogue est disponible sur demande au Service des Archives et Musée du CPAS de Bruxelles (Rue (...)

18Les textes du catalogue ont été écrits collectivement par les éducatrices investies et les deux historiennes, sur la base des recherches réalisées dans différents fonds d’archives et des informations issues des rencontres intergénérationnelles. Trace écrite et illustrée de l’histoire de l’institution, cette plaquette d'une centaine de pages représente d’une part un outil précieux de communication et de reconnaissance du travail réalisé par le Home Juliette Herman depuis plus d’un siècle dans le secteur, et d’autre part de valorisation de ce travail de mémoire14.

19Tout comme pour le catalogue, l’exposition temporaire proposait une approche thématique de l’histoire institutionnelle. Ce parcours privilégiait une sélection de documents originaux, d’écrits administratifs et personnels, de vitrines avec des objets et des mannequins, de photographies et enfin, de films montrant des témoignages oraux et des extraits des vidéos réalisées par les jeunes du Home. L’image d’une « petite Juliette », représentant une orpheline des années 1920, accueillait le visiteur dès l’entrée et l’accompagnait durant tout le parcours. Parée d’accessoires symboliques, elle faisait écho aux différentes thématiques abordées dans l’exposition : par exemple, elle portait un cartable pour faire référence à l’école.

20Le catalogue et l’exposition sont le résultat d’un véritable travail de fond. De plus, ils ont été réalisés dans une optique de vulgarisation scientifique et d'intégration de l'apport des différents acteurs. Un certain nombre de travailleurs et d'enfants l’ont perçue comme une reconnaissance de leur propre histoire et de leur travail : l’histoire d’un placement, d’une enfance ou d’une carrière qui, additionnée à d’autres, a nourri l’histoire du Home, qui, elle, s’inscrit plus globalement dans celle du secteur. Ces deux outils de valorisation démontrent aussi une réelle volonté d’ouverture de l’institution. En effet, au-delà de son intérêt pour son histoire et de l’enjeu pour les acteurs, un des objectifs du Livre de vies était de faire se rencontrer, dans une plus grande transparence, « cet univers » particulier et l'extérieur. Cette volonté s’est manifestée à différents moments du projet. Ainsi, en accueillant l’exposition dans ses murs, le HJH, institution habituellement inaccessible, ouvrait ses portes à un large public et prenait le risque de s’exposer à la critique. Avec ce projet, l’équipe du HJH voulait aussi renforcer des liens avec l'extérieur et initier de nouvelles opportunités.

21De plus, l'exposition Livre de vies représentait une opportunité de démystifier en même temps l’institution et le secteur de l'Aide à la Jeunesse, si souvent connoté négativement et en prise aux scandales médiatiques. Elle témoignait aussi de l’intérêt porté au métier d’éducateur ou aux réalités d’une enfance passée dans un orphelinat. Pour certains anciens éducateurs et enfants placés, retourner sur leur lieu de travail ou dans ce qui fut leur «chez soi » s'est révélé être une expérience positive de partage d'un vécu professionnel et personnel avec leurs proches. 

22En outre, des travailleurs anciens et actuels, déjà actifs dans le projet, ont accepté de devenir, le temps de l’exposition, des « guides d’un jour ». Ils ont ainsi pu donner leur voix pour faire re-vivre, à travers eux, mais aussi au travers d'anecdotes et de souvenirs plus personnels, l’histoire du Home et de leur profession

Le Home Juliette Herman, une institution attentive à situer ses acteurs dans son histoire

23Se situer dans l’histoire se révèle être une démarche positive pour les acteurs et bénéficiaires du Home. Ce projet a généré notamment une meilleure reconnaissance professionnelle pour les travailleurs, la création de liens intergénérationnels notamment entre les différentes générations d'enfants placés et in fine, la construction d’une mémoire collective pour l’institution.

La parole des professionnels, une source d’histoire

24Dès les premiers balbutiements du projet, un certain nombre d'anciens travailleurs et enfants placés toujours en contact avec l’institution ont été invités à mobiliser leurs souvenirs sur leur passage dans l'institution. La mise en œuvre d’un processus participatif de récolte d’informations sur l’histoire du Home a abouti à la constitution d’un large éventail d’informations, allant de l’anecdote personnelle à la découverte d’objets, de vêtements, de carnets de notes pédagogiques, d'anciens films et de photographies. Ces matériaux originaux ont ensuite été répartis en fonction des thématiques ciblées au cours des discussion-débats entre les participants. Ces thèmes découlent directement du fonctionnement interne d’une institution d’accueil d’enfants : la vie quotidienne, le travail psycho-médico-social et l'évolution d'une profession, l'école, les fêtes et loisirs et les vacances. Par la suite, un processus de co-construction en atelier a permis de recueillir des témoignages et de susciter des discussions entre les acteurs autour de ces cinq pôles. Ces moments privilégiés de rencontres-confrontations entre les anciens et les jeunes ont permis de faire émerger de véritables pans de vie de l'institution, très riches en données pour l’histoire du Home et du secteur, mais aussi en informations sur l'évolution des pratiques professionnelles. Pour Isabelle de Brabandere, une des éducatrices porteuses du projet, « ce sont de véritables récits de vies qui nous ont été rapportés ! ».

Donner la parole aux jeunes

  • 15 Livre de vies, op. cit., p. 1.

25Dès la fin des années 1990, le Home Juliette Herman a intégré « la pédagogie du projet » dans sa méthodologie de travail et son accompagnement des jeunes, avec l’objectif de leur donner la possibilité d'« élargir leurs horizons » et l’opportunité de « s’inscrire activement dans une citoyenneté responsable ». Pour l’équipe éducative, « les projets [sont considérés comme] des médias dans l’acquisition de savoir-faire et de savoir être en soutien aux projets individuels et collectifs »15. Les équipes pédagogiques du Home ont développé une attention particulière à l'intergénérationnel. Inviter les enfants hébergés à s'impliquer réellement dans les différentes étapes d’un projet et s’y ancrer font partie de la pédagogie émancipatrice suscitée par les équipes éducatives du Home. En effet, pour l’enfant placé, la conquête de l’autonomie et la nécessité d’être acteur de son changement sont des références essentielles du suivi éducatif mené au HJH. L’accompagnement de l’enfant s’est petit à petit substitué à sa prise en charge complète par l’institution, pratiquée jusqu’alors. Ainsi, la participation du jeune aux projets fait partie intégrante du processus de co-construction de sa prise en charge. C’est pourquoi dès le lancement du projet Livre de vies, les jeunes de l’institution ont été invités à s'y insérer.

26Il nous semble intéressant de souligner ici le phénomène de compréhension, de réflexion et de réappropriation de l’histoire du Home par les jeunes, qui ont eu recours à l’imaginaire et à la créativité. Sur base de leurs motivations, six jeunes adolescents vivant dans des unités de vie différentes ont été sélectionnés pour devenir des chercheurs de mémoire. Appelés symboliquement « les Projeteurs », ils ont commencé par interviewer des anciens, puis ils ont réalisé des saynètes filmées autour des cinq thématiques retenues. Parallèlement, « un travail d’appropriation de la mémoire institutionnelle pour construire un savoir » réalisé par les éducatrices a guidé les jeunes dans leur enquête.

27L'AMO bruxelloise «Atouts Jeunes», spécialisée dans l'audiovisuel, a été sollicitée pour travailler avec les jeunes afin de les guider dans l’utilisation de ce nouvel outil. Les enfants ont ainsi réalisé des scénarios nés de leur imagination autour de la question « comment était la vie au Home Juliette Herman  il y a 30 ans ? ». Éducatrice à Atouts Jeunes, Marion Minotti résume le processus: « On a essayé de partir de leur quotidien de jeune en institution, de ce qui se passait dans le Home, ce qui leur semblait chouette, moins chouette, toutes les questions qu’ils pouvaient se poser et  à partir de ces questions, on a essayé d’inventer de petites histoires. » Ensuite, ils ont mis en scène les textes et les ont filmés. C’est ainsi que certains sont passés derrière la caméra et que d’autres se sont mis dans la peau d’acteurs. L'exemple suivant est révélateur du résultat : « Il y a un super éducateur. Les jeunes ont imaginé un éducateur sévère qui disait non à tout et eux devaient déployer plein d’imagination pour pouvoir participer à une fête, ou pour pouvoir inviter un copain à l’institution » (Isabelle de Brabandere).

28La réalisation de ces saynètes a eu des retombées positives sur les jeunes participants. C’était notamment pour eux une manière de se rendre compte des différences et des similitudes de la vie en institution à différentes époques, mais également de faire ressortir certaines difficultés liées à leur quotidien institutionnel et de les expurger. Pour Marion Minotti, ce travail fut en quelque sorte libérateur pour les jeunes et leur a également permis de relativiser leur vécu :

« les histoires étaient souvent assez critiques, elles tournaient souvent à l’absurde, à la critique de l’institution. Donc c’était intéressant car après, il y avait justement ce retour vers les anciens éducateurs, qui permettaient de se rendre compte que là où les jeunes imaginaient par exemple, un éducateur vraiment très sévère et où sortaient des termes comme « enfermement », « prison », etc., il y avait le travail social fait par les éducateurs du Home – travail qui n’était pas du tout le même que celui réalisé il y a 30-40 ans, lorsqu’ il n’y avait pas beaucoup de dialogue et où les règles étaient très strictes. »

29Au final, ces petites séquences fictives créées et jouées par les jeunes ont été incorporées aux montages audiovisuels intégrés dans l’exposition. Ainsi, « ces saynètes viennent ponctuer et donner un peu d’air dans les interviews et parfois même illustrent très bien les propos des anciens éducateurs et des anciens hébergés. » (Isabelle de Bradandere)

L'intergénérationnel au cœur du Livre de vies

  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

30L’importance accordée à la dimension intergénérationnelle du Livre de vies mérite qu’on s’y attarde brièvement. En effet, le projet initial a rapidement intégré une réelle volonté de participation de toutes les générations et une optique d'échanges positifs. En devenant des « exploratrices transgénérationnelles », les éducatrices du groupe porteur ont interviewé d'anciens intervenants sociaux du Home. Elles ont aussi animé différents moments de rencontres-confrontations, qui ont été filmés. « Les liens qui se sont tissés au sein de l’institution entre les travailleurs anciens, actuels et les jeunes ont été moteurs de ces rencontres et du projet »16. Ces échanges ont aussi permis  « de favoriser et de susciter des ponts, de nouveaux liens intergénérationnels au sein du Home, des liens entre les anciens enfants et les enfants actuellement accueillis, entre les anciens éducateurs et les travailleurs actuels », « de créer une mémoire institutionnelle » en donnant la parole aux professionnels et aux enfants accueillis aujourd’hui et hier17. Ainsi, pour la directrice actuelle, « la transmission de l’histoire d’une institution » est aussi le témoin de l’évolution de la profession d’éducateur et des pratiques pédagogiques du secteur. Éducateur dans une institution liégeoise, Guy Delhasse renforce cette vision du travail social, en la colorant d'une approche de genre :

  • 18 Guy Delhasse, La Maison de l’Institut Michotte, op. cit., p. 60.

« Cet héritage constitue une histoire de femmes d’autres siècles qui ont fait le même métier que les éducateurs d’aujourd’hui. Elle permet d’enraciner le métier, de se situer dans l’écoulement du temps. Il ne constitue aucunement un frein à l’évolution des méthodes éducatives et de l’insertion de notre service dans la société contemporaine. […] le personnel entier peut se replonger dans cette histoire et comprendre d’où il vient, comment le métier a évolué, comment le service s’est développé à travers les décennies. […] c’est l’occasion de faire ouvrir les yeux à ces enfants souvent déracinés.»18

Le retour sur le passé : apports de l’historien

Apports méthodologiques

31Confronter les archives, les souvenirs personnels et les témoignages oraux des anciens au regard systématique et objectivant de la démarche historique s'est révélé une expérience parfois difficile, mais dans tous les cas, enrichissante. Elle a demandé une certaine ouverture et une approche critique, à l'origine non développée chez les membres du groupe porteur. Elle constitue également une des originalités et spécificités de cette collecte de mémoires et de cette publication. Les historiennes ont joué un rôle central dans le tri des informations recueillies et dans la confrontation entre les sources.

  • 19 Les archives des différentes institutions qui ont composé l’histoire du HJH ont été déposées et inv (...)

32Parallèlement aux rencontres intergénérationnelles et aux interviews, une recherche dans les fonds d’archives a été entreprise pour pister les documents utiles à la compréhension de l’histoire de l’orphelinat. Educatrices et historiennes se sont donc retrouvées devant un nombre impressionnant de boîtes d’archives conservées aux Archives du CPAS de Bruxelles19. Confronté à cette masse de documents et face à l’ampleur du travail, le groupe a alors pu compter sur un soutien méthodologique spécifique. Transformées pour l'occasion en « apprenties historiennes », les éducatrices ont dépouillé les inventaires et déchiffré des archives. La manière d'appréhender les documents découverts et de traiter les informations contenues a représenté une étape centrale dans le travail de sélection. En outre, les travailleurs sociaux ont appris à critiquer les sources. Replacer et dédramatiser les données, les replacer dans leur contexte et relativiser l’importance accordée aux documents écrits ont été des étapes importantes de l'apprentissage de la recherche historique. En effet, ces « apprenties historiennes » n’avaient pas conscience que les sources écrites ne représentent qu’une partie de la réalité historique et qu'elles devaient donc être confrontées à d’autres sources. Vu le temps imparti, il était nécessaire d’accepter les zones d’ombre laissées par les documents et le manque d’informations sur certaines questions.

Pour mieux comprendre aujourd'hui

33Les recherches archivistiques autour des sujets tels que le travail psychosocial, la professionnalisation du métier d’éducateur et la vie quotidienne des enfants ont inévitablement généré des observations et de vives réactions de la part des « apprenties historiennes », qui pointaient à volonté les divergences entre leurs souvenirs et les pratiques présentées dans les documents.

34Avant de citer certaines de leurs réactions, il paraît important de rappeler qu’aujourd’hui, la majorité des enfants du HJH ne sont plus des orphelins, mais sont placés suite à une décision judiciaire. Ce changement a des répercussions sur l'organisation et sur la manière d’appréhender et de promouvoir le lien avec la famille de l’enfant placé. Maintenir le lien entre la famille et l’enfant, concept incontournable depuis les années 1980, est très éloigné de la pratique des règlements successifs de l’Hospice des Orphelines, qui cadrent les visites familiales et les limitent au strict minimum, afin de soustraire l’enfant à tout contact avec son milieu « néfaste ». 

35L'organisation de la vie quotidienne ainsi que la répartition des temps d'apprentissage et de travaux ménagers suscitent un certain nombre d'indignations de la part des éducatrices. Ainsi, le Règlement intérieur de l’Orphelinat des Filles de 1845 mentionne le nombre d'heures de cours par semaine suivis par les orphelines. Avec horreur, une éducatrice s’étonne du temps considérable passé aux travaux de couture et aux tâches ménagères, ainsi que du nombre réduit d’heures consacrées à l’instruction scolaire (lecture, mathématiques, néerlandais, religions, grammaire et conjugaison). Pour elle, ces fillettes étaient toutes des servantes exploitées. Cette constatation a nécessité une remise en contexte, qui permet de souligner le souci – bien légitime pour l’époque – d'insérer professionnellement les jeunes orphelines lorsque, à leur majorité, elles quittaient l'orphelinat. La domesticité était le métier qui semblait tout indiqué pour ces jeunes filles pauvres. Très jeunes, la plupart étaient placées comme servantes dans des familles bourgeoises bruxelloises. En travaillant à l'orphelinat, elles contribuaient aussi à réduire les frais de l'institution. Rappeler aux apprenties-historiennes que l'obligation scolaire primaire n'a été votée qu'en 1914, leur permit de se rendre compte que « les orphelines avaient donc quand même de la chance de suivre cet enseignement », contrairement à l’immense majorité des enfants de milieu populaire qui travaillaient dès leur plus jeune âge.

36L’évolution du métier d’éducateur et des pratiques pédagogiques développées particulièrement au sein de l’institution ont également interpellé certains travailleurs sociaux et suscité leur étonnement. Il est intéressant de s'y attarder puisqu'il a permis aux acteurs de terrain de mieux cerner l'évolution de leur métier.

  • 20 La vie quotidienne des orphelines de l'Hospice est décrite précisément dans les articles suivants: (...)

37Autrefois, sous les ordres d’une directrice toute puissante, des maîtresses-enseignantes s'occupaient des orphelines. Elles leur enseignaient les rudiments scolaires, mais surtout la réalisation des tâches domestiques20. Redevables 24 heures sur 24, elles ne quittaient que très rarement l’établissement. Leur vie était comparable à celle des orphelines. Devenues adultes, certaines orphelines seront engagées comme maîtresse au sein de l'Hospice. Un changement radical s’opère au début du XXe siècle avec la professionnalisation des métiers de l’assistance à l’enfance malheureuse. À partir de 1920, une première étape se concrétise avec la création des premières écoles sociales, d’où sortiront les premières assistantes sociales. Après la seconde guerre mondiale, d’autres professionnels, comme les éducateurs, seront engagés dans les institutions d'accueil de l'enfance et aussi au HJH. Malgré un personnel mieux formé, les premiers éducateurs n’ont pas l’impression d’exercer un véritable métier social. Ils transmettent des valeurs et une éducation, un rôle analogue à celui qu’ils tiennent en tant que parent. Les propos de cette éducatrice, aujourd’hui retraitée, soulignent cette évolution professionnelle:

« J’ai travaillé à l’Orphelinat depuis 1957. Quand je pense qu’au début on avait des groupes de 35 à 42 enfants. On ne connaissait les enfants que de nom, rien d’autre ! Pas de dossier ! On ne connaissait pas le motif du placement. Plus tard, on a eu accès au dossier de l’enfant et on a pu le suivre de plus près. La manière de travailler a beaucoup changé […] je suis à cent lieues de la façon de travailler d'aujourd'hui ».

38Ce grand écart professionnel est bien difficilement imaginable pour les travailleurs actuels. À cette époque, l’éducateur gérait un nombre considérable d’enfants. Toute initiative personnelle lui était même interdite. Aujourd’hui, il est le référent de deux ou trois enfants, dont il suit le parcours en institution. L’attention à l’épanouissement et au développement psychologique de l’enfant, qui semble naturelle aujourd’hui, ne peut néanmoins servir de support à la critique du passé.

39Croiser les différents regards dans un travail autour de la mémoire s’est révélé enrichissant pour tous les acteurs du Livre de vies, y compris pour les historiennes. En écho aux paroles des travailleurs anciens et actuels, certaines archives ont pris vie et gagné en clarté.

40Les travailleurs du Home ont pointé un double intérêt à ce travail : se rendre compte du chemin déjà parcouru et envisager celui à parcourir. Leur principale motivation a été de situer l’institution dans l’histoire, mais également leur métier et leurs pratiques pédagogiques, pour en faciliter l’appréhension, prendre du recul et décrypter leurs aspects positifs et négatifs tant du passé que d'aujourd'hui. La confrontation avec les anciens éducateurs a parfois remis en question leur manière actuelle de travailler. Cette approche bénéfique a permis de mieux construire collectivement la vision des futurs projets pédagogiques et institutionnels. En tissant des liens avec son passé et en les croisant avec son présent, l’institution s’est révélée au travers de ses jeunes hébergés et de ses travailleurs. L’intérêt d’un tel investissement se trouve aussi dans les projets générés et dans une reconnaissance du travail mené.

41Les jeunes hébergés ont retiré de nombreux avantages de cette expérience. Selon Christiane Coppé, elle a été le déclencheur de nouvelles dynamiques, de confiance en soi et d’ouverture. Ainsi, pour elle, « le projet a rendu les enfants plus acteurs. Il a également permis d’établir des liens entre présent et passé. De plus, associer les enfants d'aujourd'hui et les anciens a permis à certains hébergés aujourd'hui de prendre du recul par rapport à leur situation, de se rendre compte qu'il y a moyen de s'en sortir. Cette expérience a favorisé la solidarité entre les anciens jeunes et ceux d'aujourd'hui. » Initiée par des anciens hébergés, une association s'est constituée pour aider les enfants actuellement hébergés au Home, en leur proposant des co-tutelles, des activités extra-scolaires ou des soutiens ponctuels.

42Croisant une approche historique rigoureuse et des apports contemporains, ce travail de mémoire initié par cette institution d’aide à la jeunesse est le témoin d'une belle collaboration à mi-chemin entre travail scientifique et travail de commémoration, issue d'un dialogue entre historiennes, travailleurs sociaux, anciens du Home Juliette Herman et jeunes accueillis.

Haut de page

Notes

1 Le Cahier Intermag n° 1, édité en 2007 par RTA asbl, accompagne une présentation générale de l’exposition Livre de vies du Home Juliette Herman.

2 Pour la Communauté française de Belgique, voir l'initiative de la Plate-forme pour la valorisation des sources orales portée par l'IHOES de Seraing

3 Robert Franck, « La mémoire et l’histoire », dans Cahiers de l’IHTP, n° 21 : La bouche de la Vérité ? La recherche historique et les sources orales, novembre 1992. Consulté le 12 février 2010.

4 Entretien avec Jean Huet, directeur de la Résidence Rolland, Mons, 2010.

5 Le centre d’exposition « Enfants en justice » de Savigny-sur-Orge peut être cité comme un exemple réussi d’une collaboration dynamique entre historiens et travailleurs du secteur de la PJJ. Centre d’exposition « enfants en justice », dans Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, n°9, 2007. En Suisse, deux enquêtes historiques sur le placement d’enfants ont réalisé un nombre important d’entretiens de personnes placées en famille ou en institution entre 1920 et 1960. Une exposition itinérante « Enfances volées-Verdingkinder reden » met en lumière la parole de ces anciens enfants placés.

6 En 1991, l’Institut Michotte, une institution d’accueil de jeunes située en région liégeoise, publie, sur base d’un cahier retrouvé dans l’institution, l’histoire de sa fondatrice, Madame Michotte (Madame Michotte: 1833-1898. Une Liégeoise au service de l'enfance malheureuse. Son œuvre aujourd’hui, 1991, Liège).

7 Pour retracer ces grandes lignes de l’histoire du HJH, nous nous sommes notamment basées sur les références suivantes : Pierre Burniat, « Sans famille à Bruxelles au XIXe siècle. La vie à l’Hospice des Orphelines de Bruxelles », in Sextant, n° 20, 2003, p. 39-78 ; Pierre Burniat, « Orphelins et orphelines placés chez autrui (Bruxelles, XIXe siècle) », in Sextant, n° 19, 2003, p. 73-102 ; Livre de Vies. Plus d’un siècle d’accueil de l’enfance à Bruxelles, Bruxelles, Ed. Home Juliette Herman, 2007.

8 Une série d’articles et publications ont servi de références à cet aperçu historique général de l’accueil de l’enfance malheureuse en Belgique, notamment Godelieve Masuy-Stroobant et Perrine Humblet (dir.), Mères et nourrissons. De la bienfaisance à la protection médico-sociale (1830-1945), Bruxelles, Labor, 2004 (Coll. La Nora) et particulièrement  l’article de Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Les origines de la protection de l’enfance en Belgique (1830-1914) », p. 13-40 ; Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, France Huart, De la protection de l’enfance à l’aide à la jeunesse, 1830-1991. Catalogue de l’exposition, Bruxelles, Communauté française de Belgique-CARHOP-CHDJ, 1994 ; Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Sauver l’enfance en péril. Aperçu de l’histoire de la protection de l’enfance en Belgique », in Livre de vies. Plus d’un siècle d’accueil de l’enfance à Bruxelles, Bruxelles, 2007, p. 3-15.

9 Les CPAS sont des établissements publics dotés de la personnalité juridique créés au niveau communal et institués par la Loi organique du 8 juillet 1976. Ils remplacent les anciennes Commissions d’Assistance Publique.

10 France Huart, « Juliette Herman (1907-1945) », in France Huart, Sophie Pereira et Rosine Lewin, Le Rassemblement des Femmes pour la paix. Un mouvement, une histoire, des engagements, Bruxelles, Ed. Université des Femmes-Femmes pour la Paix, 2009, p. 61.

11 Actuellement, par manque de temps, ce projet de carnet de vie est encore loin d’être finalisé pour tous les enfants et jeunes hébergés.

12 Dans sa publication, Guy Delhasse, éducateur à La Maison, témoigne de l’intérêt du travail de mémoire pour le secteur de l'aide à la jeunesse, pour ses travailleurs mais aussi pour les enfants placés : « c’est l’une des explications souvent exprimées de l’ancienneté des éducateurs/trices à La Maison de l’Institut Michotte : parce que l’on a une histoire, on la reprend à son compte et on la poursuit le plus longtemps possible. […] Parfois certains demandent : « T’as connu Madame Michotte ? » Et non, plus personne aujourd’hui n’a connu cette dame, évidemment, mais c’est l’occasion de faire ouvrir les yeux à ces enfants souvent déracinés. Oui, les lieux où ils vivent ont un passé et ils méritent d’être connus, sinon respectés. La mémoire de la fondatrice est un outil d’éducation, bien plus performant que les machines d’aujourd’hui. […] Le nom de notre service est un peu lourd et manque d’humour certes, mais il est porteur de significations réelles transmises par nos prédécesseurs. Une façon de « faire grandir » ce métier pratiqué depuis la nuit des temps par des personnes aussi compétentes que nous » (Guy Delhasse, « La Maison de l’Institut Michotte », Revue Mille lieux ouverts, n° 39 : Appellation d’origine, Dinant, février 2008, p. 59-60.)

13 La recherche historique et archivistique a été principalement prise en charge par une historienne bénévole ayant une expérience dans le secteur de l’Aide à la Jeunesse et commissaire de l’exposition intitulée « De la protection de l’enfance à l’aide à la jeunesse. 1830-1991 » réalisée en 1994 pour la Communauté française de Belgique. L’historienne de l’art, responsable des Collections du Musée du CPAS de Bruxelles s’est occupée notamment de la muséologie. En outre, de précieuses aides sont intervenues dans les différentes facettes du projet (correcteurs, graphistes, traductrice, couturière, dessinateur, etc.).

14 Le catalogue est disponible sur demande au Service des Archives et Musée du CPAS de Bruxelles (Rue Haute 298A.-1000 Bruxelles).

15 Livre de vies, op. cit., p. 1.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Guy Delhasse, La Maison de l’Institut Michotte, op. cit., p. 60.

19 Les archives des différentes institutions qui ont composé l’histoire du HJH ont été déposées et inventoriées aux Archives du CPAS de Bruxelles.

20 La vie quotidienne des orphelines de l'Hospice est décrite précisément dans les articles suivants: Valérie Piette, « Les élites et le travail des enfants dans la sphère privée en Belgique au XIXe siècle », in Roland Caty (dir.), Enfants au travail. Attitudes des élites en Europe occidentale et méditerranéenne aux XIXe et XXe siècles, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 169-186 ; Pierre Burniat, Sans famille à Bruxelles au XIXe siècle. La vie à l’Hospice des Orphelines de Bruxelles, dans Sextant, n° 20, 2003, p. 39-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

France Huart et Aurélie Noirhomme, « Mémoire collective au sein d’une institution L’expérience du Livre de vies du Home Juliette Herman », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 12 | 2010, 195-209.

Référence électronique

France Huart et Aurélie Noirhomme, « Mémoire collective au sein d’une institution L’expérience du Livre de vies du Home Juliette Herman », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://rhei.revues.org/3198

Haut de page

Auteurs

France Huart

Chercheuse-historienne, université des femmes, Bruxelles, archiviste au MOC (Mouvement ouvrier chrétien), Bruxelles.

Aurélie Noirhomme

Muséologue, service archives, musée du CPAS, Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page