Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Véronique Willemin, La Mondaine. Histoire et archives de la police des moeurs

Jonas Campion
p. 254-255
Référence(s) :

Véronique Willemin, La Mondaine. Histoire et archives de la police des mœurs, Editions Hoëbeke, Paris, 2009, 325 p., ISBN 9782-84230-359-4

Texte intégral

1La Mondaine. Histoire et archives de la police des mœurs se classe dans la catégorie des « beaux-livres », non destinés nécessairement à un public d’historiens. La Mondaine n’est pas pour autant tout public puisque l’éditeur précise, en pages intérieures, qu’il est « destiné à un public majeur ». Issu de la volonté de Guy Parent, auteur de la préface et ancien chef de la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) à Paris, de retracer son parcours professionnel et présenter sa « maison » à l’occasion de son départ à la retraite, le travail de la journaliste Véronique Willemin dresse, à partir du cas parisien, une brève histoire de la régulation de la prostitution par l’État depuis le Moyen-Âge, en s’attardant plus particulièrement sur son encadrement policier du XIXe au XXIe siècle. De la lutte contre le crime organisé à la lutte contre le proxénétisme, de la surveillance du monde de la nuit aux opérations anti-drogue ou au contrôle policier et médical des prostituées, l’évolution de l’organisation et des missions de la « police des mœurs » parisienne – brigade dont les évolutions du nom sont à cet égard révélatrices – est rapidement présentée en textes, mais aussi et surtout en images. En effet, le projet principal du livre est de publier et de présenter un large choix de sources (rapports de surveillances et procès verbaux, photos, saisies policières, coupures de presse…), qui plongent le lecteur au cœur de la problématique et de la pratique de la surveillance morale, policière et sanitaire des « bonnes mœurs ».

2Si le contenu historique du texte reste très général et n’apprendra que fort peu de nouvelles choses au lecteur « déjà intéressé », relevons néanmoins, pour les faits se rapportant à la seconde moitié du XXe siècle, deux approches factuelles potentiellement intéressantes : d’abord, la présence de témoignages de policiers, de patrons de la brigade, ou de personnes actives dans l’industrie du sexe (éditeurs, patrons de boîtes de nuit…) sur leur vécu. Pour la même période, se succèdent les récits de « grandes affaires » de proxénétisme ayant secoué la capitale française, donnant au propos une tonalité proche du fait-divers.

3C’est sans doute ce côté « patchwork » qui constitue l’intérêt principal, mais aussi la limite du travail de Véronique Willemin : patchwork par la diversité des sources publiées dont les reproductions sont hélas, parfois de trop petite taille et trop illustratives, sans analyse détaillée ; mais également patchwork dans la multiplicité des thématiques abordés dans un texte structuré selon une approche chronologique. D’une part, l’auteur revient sur les grands débats relatifs à la prostitution, entre abolitionnisme et réglementarisme, et les réponses policières qu’ils impliquent. D’autre part, sont présentées les maisons célèbres de l’entre-deux-guerres (le Sphinx, le One-Two-Two,…), les spécificités de la prostitution en temps de guerre, des portraits (Marthe Richard), des témoignages de policiers avec leur point de vue sur les politiques à adopter sur la prostitution, un aperçu des scandales policiers et politiques (corruptions, surveillance des mœurs de personnalités), la transformation des filières et des pratiques prostitutionnelles (les « visages multiples de la prostitution ») au regard de l’évolution des mentalités, du droit, de la mondialisation ou des moyens de communication (Minitel, Internet, etc.). Par contre, et il s’agit là d’une conséquence logique des sources institutionnelles mobilisées, les prostitué(e)s sont en grandes partie absent(e)s du parcours proposé par Véronique Willemin.

  • 1 À ce propos, nous renvoyons toujours à Jean-Marc Berlière, La Police des mœurs sous la IIIe Républi (...)

4On l’aura compris : ce livre, s’il ne s’adresse que de manière secondaire à l’historien déjà versé sur les questions policières et prostitutionnelles1, n’en constitue pas moins une porte d’entrée intéressante pour comprendre les enjeux actuels, ainsi que l’évolution policière du contrôle de la prostitution et des « bonnes mœurs ». Il souligne également avec justesse la complexité des réalités sous-jacentes à l’encadrement policier des sexualités : aux questions d’ordre public, médicales, morales, s’ajoutent des considérations politiques, de renseignement, ou de relations internationales, tant les bordels ont pu être les lieux d’une sociabilité particulière ; tandis que la connaissance des pratiques sexuelles des uns et des autres, constituaient des moyens de pression supposés pour l’autorité politique.

5Sur le mode de la chronique et de la pluralité des focus, La Mondaine plonge le lecteur au cœur d’archives jusqu’ici méconnues issues du travail de la police des mœurs, lui rendant par-là un hommage institutionnel. À cet égard, il remplit parfaitement les objectifs que s’était fixé Guy Parent : que sa retraite soit tranquille…

Haut de page

Notes

1 À ce propos, nous renvoyons toujours à Jean-Marc Berlière, La Police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Campion, « Véronique Willemin, La Mondaine. Histoire et archives de la police des moeurs », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 12 | 2010, 254-255.

Référence électronique

Jonas Campion, « Véronique Willemin, La Mondaine. Histoire et archives de la police des moeurs », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://rhei.revues.org/3209

Haut de page

Auteur

Jonas Campion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page