Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Ivan Jablonka, Les enfants de la République

Jacques Bourquin
p. 161-162
Référence(s) :

Ivan Jablonka, Les enfants de la République: l’intégration des jeunes de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2010, 348 p., ISBN: 978-2020908177

Texte intégral

1C’est à partir de la figure des « jeunes de cité », ceux d’aujourd’hui, dont on ne parle qu’à l’occasion de leurs délits et de leur origine d’immigrés, qu’Ivan Jablonka s’intéresse aux enfants bâtards, aux enfants abandonnés, aux enfants corrigés, de la période révolutionnaire et du XIXe siècle. Au-delà de la misère et de la stigmatisation sociale dont ils sont l’objet, quel rapport existe entre ces jeunes ? Dans quelle mesure ces « jeunes de cité » n’ont-ils qu’un lien indirect avec les banlieues et l’immigration ? Ne sont-ils pas plutôt les héritiers d’une histoire qui sinue depuis le XVIIIe siècle ? C’est là que se situe l’hypothèse de travail d’I. Jablonka.

2L’intégré est-il celui au sujet duquel on ne légifère pas, car il se fond dans une société qui l’englobe ? Ivan Jablonka conteste cette position. Au contraire, écrit-il, « l’intégré, c’est celui qui est traversé de toute part par les règles, les normes, les obligations ». Face à une situation d’anomie, qui pour ces jeunes se traduit souvent par la misère, le désœuvrement, la violence, l’Etat, par la loi, apparait comme un promoteur privilégié du lien social, qui s’efforce de les « agréger » à la nation. La tutelle, la correction sont-elles capables d’intégrer ces jeunes ?

3C’est par l’égalité des bâtards, devenus « enfants de la loi », le droit au secours, l’excuse de minorité, l’Éducation nationale, que se construisent sous la Révolution et l’Empire, les modes d’intégration des mineurs en déshérence. La Monarchie de Juillet, dans un contexte de peur sociale, exclut, par contre l’enfant vagabond, l’enfant délinquant en créant les colonies pénitentiaires et agricoles. La Troisième République insistera fortement sur les politiques d’enracinement des enfants abandonnés en privilégiant leur placement dans les familles rurales : le salut par le milieu, le retour à la terre. C’est le triomphe de l’Assistance publique. On parle des politiques de l’enfance, on réduit, par la loi Roussel de 1874, le pouvoir de la puissance paternelle.

4Dans une période beaucoup plus récente, entre l’immigré et le français de souche s’intercale une sorte de catégorie tampon, les jeunes issus de l’immigration sur fond de banlieue et de délinquance. A la fin du XXe siècle, avec le développement des politiques de la Ville, le jeune, institué par la loi et les politiques publiques, n’est pas séparable de son lieu de vie. Se profile alors, écrit I. Jablonka, « le danger de ne plus voir l’antinomie qui peut exister entre répression et intégration ».

5La légitimation par la loi, qui visait à remédier à l’infériorité de ces enfants, en les sauvant de l’anomie, ce modèle, conclut l’auteur, a échoué, car « il postulait l’inégalité des individus en voulant les sauver (…) il s’est plutôt révélé comme un contre modèle ». Ce livre riche, parfois difficile, assez pessimiste, est une approche importante pour mieux comprendre notre société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bourquin, « Ivan Jablonka, Les enfants de la République », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 13 | -1, 161-162.

Référence électronique

Jacques Bourquin, « Ivan Jablonka, Les enfants de la République », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rhei.revues.org/3246

Haut de page

Auteur

Jacques Bourquin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page