Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Véronique Blanchardn Régis Revenin et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes et la sexualité

Élise Yvorel
p. 178-180
Référence(s) :

Véronique Blanchard, Régis Revenin, Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Paris, Autrement, 2010, 407 p., ISBN : 9782746713666

Texte intégral

1Les trois historiens à l’instigation de cet ouvrage d’envergure partent d’un double constat : les deux catégories jeunesse et sexualité inquiètent et, corrélativement, les liens de l’une avec l’autre sont un sujet de prédilection pour les médias de masse. Depuis que les jeunes sont considérés comme des individus à part entière, depuis le XIXe siècle en occident, la société questionne et s’interroge sur les normes de genre et de sexualités transmises par les acteurs sociaux (parents, écoles, pairs), sur les moyens de contrôle de ces pratiques juvéniles (prévention contre les MST, éducation au respect, contraceptions) et sur les productions identitaires qu’elles engendrent (être fille/garçon, être hétérosexuel/homosexuel). Or, malgré le peu de publications sérieuses en sciences humaines sur les sexualités juvéniles (et infantile, mais le volume ne traite que des adolescents et jeunes adultes), malgré également la difficulté d’aborder le rapport entre jeunesse et sexualité de front depuis que la pédophilie incarne le plus abominable des crimes, le sujet semble non seulement bien connu mais, plus encore, éculé. Incontestablement, le débat intéresse, non seulement les jeunes eux-mêmes mais aussi les adultes qui les entourent : travailleurs sociaux, journalistes, médecins, universitaires et parents ; mais les interrogations dans l’opinion publique demeurent nombreuses.

2C’est donc ce double constat scientifique et sociétal qui a conduit Véronique Blanchard, Régis Revenin et Jean-Jacques Yvorel à faire ce livre, guidés par ce simple questionnement qu’ils explicitent dans leur introduction : « pourquoi y a-t-il aussi peu de croisement entre jeunesse et sexualité dans les recherches académiques alors que les débats de société, eux, ne manquent pas ? » (p. 15) ; alors même que, en histoire comme en sociologie, la jeunesse est devenue un objet classique des travaux en sciences humaines tout autant, quoique plus récemment, que la sexualité et le gender. C’est le lien entre ces deux pôles qu’explore Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités tout au long des articles de plus de trente historiens, sociologues, philosophes ou journalistes qui ont dépouillé les archives ou mené des enquêtes de terrain, en France surtout mais également dans le reste de l’Europe, aux États-Unis et au Québec, en Iran, en Argentine, au Cameroun…

3L’ouvrage s’organise autour de trois thèmes principaux (annoncés dès le titre général), eux-mêmes sous-divisés en des sous-questionnements jusqu’à former sept parties distinctes, chacune illustrée par des études de cas empiriques en France et dans d’autre pays, par des analyses historiques et des enquêtes de terrain.

4D’abord, les initiations. La question de l’éducation à la sexualité selon les époques, les pays, les classes sociales, les espaces et, bien sûr, le genre garçon ou fille, fait l’objet des trois premiers chapitres. Le premier, « Éducations sexuelles », est consacré aux enseignements des hommes politiques néomalthusiens, philosophes éclairés, religieux moralisants ou autres éducateurs pédagogues aux jeunes qui, de par leur entrée dans la sexualité active, rejoignent le monde des adultes. Le second, « Santé sexuelle et contrôle social », s’attarde sur des modes de régulation de cette sexualité naissante sous des prétextes aussi bien hygiénistes (prévention du sida) que de maîtrise de la natalité (contraception, abstinence, contrôle sociojudiciaire). Le troisième enfin, « Arts et médias », explore les liens entre représentations et pratiques effectives via les effets criminogènes supposés de la presse, du cinéma et d’Internet.

5Ensuite, les interdits. Divisé en deux chapitres respectivement sur les « Prostitutions » et les « Violences sexuelles », cette thématique inspecte les limites et les pratiques hors-la-loi, floues et sujettes à variations, dont les jeunes sont aussi bien auteurs qu’objets. Elle met en porte-à-faux les deux visions sociétales des jeunes que politiques et médias présentent depuis le XIXe siècle : le mineur victime qu’il convient de protéger et le mineur coupable dont il convient de se protéger. C’est là que le lecteur trouvera des éclaircissements de bon aloi, et majoritairement inédits, sur la prostitution des jeunes garçons et la masculinité (France, Italie), la judiciarisation croissante des violences sexuelles commises par les mineurs depuis une vingtaine d’année (France) et sur la pédophilie.

6Enfin, les identités. C’est certainement là le thème le plus novateur dans cette interrogation du lien entre la jeunesse et la sexualité, le plus attendu aussi. Il s’agit d’analyser les constructions des identités sexuées et sexuelles, des garçons et des filles, en deux chapitres, « Genre et hétérosexualité », « Genre et homosexualité ». La féminité et la virilité y sont également représentées, confrontées, comparées au regard de l’évolution historique et des espaces géographiques.

7Il n’est jamais aisé de proposer une critique générale sur un ouvrage constitué d’un aussi grand nombre de communications, aussi diverses et issues de sciences sociales et humaines si variées. C’est pourtant bien là qu’est la richesse de ce recueil dont les articles ont été, à n’en pas douter, rigoureusement sélectionnés. Universitaires, lecteurs éclairés et curieux aussi bien que les professionnels de l’enfance ou les parents apprécieront l’originalité du thème, le croisement des disciplines et le voyage entre les continents qu’offre Les jeunes et la sexualité. Nous ne pouvons qu’adhérer à la remarque de Michel Bozon qui souligne dans une belle préface, « À travers mille détours, il déjoue fausses évidences, anachronismes et ethnocentrismes, si communs sur un tel objet » (p. 4). Cependant, mais c’est la spécificité du genre qui le veux et le judicieux agencement choisi par les coordinateurs qui le permet, il s’agit davantage d’y glaner des informations, d’y découvrir une problématique originale ou de s’attarder sur l’histoire particulière d’un pays que de le lire d’une traite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Yvorel, « Véronique Blanchardn Régis Revenin et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes et la sexualité », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 13 | -1, 178-180.

Référence électronique

Élise Yvorel, « Véronique Blanchardn Régis Revenin et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes et la sexualité », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rhei.revues.org/3250

Haut de page

Auteur

Élise Yvorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page