Navigation – Plan du site
Varia

« Un danger pour les honnêtes gens »

Les politiques de traitement de l’enfance délinquante au Congo belge, 1920-1960
“Un danger pour les honnêtes gens". The treatment of youth criminality in the Belgian Congo, 1920-1960”
Enika Ngongo
p. 193-215

Résumés

Encore peu étudié, le phénomène de délinquance juvénile urbaine au Congo belge s’inscrit dans le contexte d’urbanisation croissante qui survient au Congo après la seconde guerre mondiale et semble être une construction sociologique née des craintes de certains ressortissants belges de la colonie et d’une partie de la frange « évoluée » des Congolais. Cet état de fait, couplé au besoin de raffermir la politique coloniale, semble avoir poussé l’administration coloniale à s’intéresser davantage à la jeunesse délinquante et à organiser un traitement judiciaire qui assure la rééducation de cette dernière selon les normes de la société coloniale par le Décret sur l’enfance délinquante au Congo belge. Cette étude a pour volonté de cerner les éléments qui ont poussé les autorités coloniales à problématiser la délinquance juvénile du Congo belge et à concevoir une législation spécifique pour son traitement. Aussi, il s’agira de cerner le contenu de celle-ci, les difficultés rencontrées lors de sa mise en vigueur et les discordances d’opinions et de décisions entre les principes promulgués à Bruxelles et leur application sur le territoire congolais.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

La jeunesse congolaise de Léopoldville : de petits méfaits pour une grande crainte
Un décret, un « tribunal » et une institution de rééducation
Le décret sur l’enfance délinquante
Ses principes
Son application : entre mise en pratique et réflexions
Le « tribunal des enfants »
L’établissement de garde et d’éducation de l’État à Madimba
Évaluation du traitement de l’enfance délinquante au Congo belge
Conclusion

Aperçu du texte

Jusqu’à la fin du xixe siècle et les premières années du xxe siècle, les terminologies de « mineurs » ou d’« enfants » employées au Congo, comme ailleurs en Afrique, sont polysémiques et ne renvoient à aucune catégorie juridique bien définie. De ce fait, aucune législation spécifique n’existe pour régler les infractions commises par les mineurs. Dès lors, les « délinquants juvéniles » ou « enfants criminels », notions qui semblent s’étendre à tous les garçons et filles « indigènes » et « non indigènes » âgés de 7 à 16 ans ayant commis une infraction soumise aux sanctions prévues par le Code pénal congolais, mais également celles et ceux ayant commis des faits de vagabondage, de mendicité ou ayant fait preuve d’inconduite ou d’indiscipline, sont soumis au régime de droit commun. Tout est réglé au cas par cas en fonction de leur âge, de leur sexe, du type d’infraction et de la présence de discernement. L’« o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enika Ngongo, « « Un danger pour les honnêtes gens » », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 17 | 2015, 193-215.

Référence électronique

Enika Ngongo, « « Un danger pour les honnêtes gens » », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rhei.revues.org/3761 ; DOI : 10.4000/rhei.3761

Haut de page

Auteur

Enika Ngongo

Doctorante en histoire, université Saint-Louis – Bruxelles. Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page