Navigation – Plan du site
Naissance et mutation de la justice des mineurs

Is Spain really different ?

Genèse et histoire des tribunaux pour mineurs espagnols de la fin du xixe siècle aux années 1950
Is Spain really different ? History and creation of the Spanish juvenile courts (end of the XIXth century - 1950)
Amélie Nuq
p. 21-36

Résumés

Suivant l’exemple des États-Unis où les enfants ne sont plus envoyés en prison depuis la fin du xixe siècle, l’Espagne met en place en 1918 une justice spécifiquement destinée aux mineurs. L’idée fondamentale est que le mineur est différent de l’adulte et qu’au lieu de le punir, on doit plutôt le traiter, le rééduquer et le transformer. Si la diffusion de ce paradigme protecteur dans les pays occidentaux entre 1880 et 1914 est bien connue, l’inscription de la péninsule ibérique dans ce mouvement international est rarement évoquée. Nous nous proposons d’étudier les modalités de la mise en place des tribunaux pour enfants espagnols (tribunales para niños), la façon dont ceux-ci évoluent de la fin de la décennie 1910 aux années 1950, ainsi que leurs caractéristiques principales. Dans quelle mesure le leitmotiv des réformateurs espagnols qui, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, déploraient le fait que l’Espagne fût en retard par rapport aux autres « pays civilisés », correspond-il à la réalité ? Les régimes politiques qui se succèdent (Restauration monarchique et dictature de Primo de Rivera, Seconde République, dictature franquiste) impriment-ils leur marque au dispositif de prise en charge de l’enfance dangereuse et en danger ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

La création des tribunaux pour enfants et des maisons de redressement
L’adoption de la loi Montero Ríos (1918)
Les principales dispositions
La lente conquête du territoire par les tribunaux pour enfants et leurs institutions auxiliaires
L’évolution du dispositif normatif et institutionnel, des années 1920 aux années 1940
Une intense activité législative sous la dictature de Primo de Rivera (1923-1930)
La parenthèse républicaine : des projets ambitieux, des réalisations limitées (1931-1939)
Quand la dictature franquiste légifère : tout changer pour que rien ne change (1939 – années 1950)
Les principales caractéristiques des tribunaux pour mineurs espagnols
Des tribunaux qui n’en sont pas vraiment
Hiérarchie et omniprésence du secteur privé
Un système sclérosé, archaïque et replié sur lui-même

Aperçu du texte

Suivant l’exemple des États-Unis où les enfants ne sont plus envoyés en prison depuis la fin du xixe siècle, l’Espagne met en place en 1918 une justice spécifiquement destinée aux mineurs. Dans la péninsule ibérique comme ailleurs, l’idée fondamentale est que le mineur est différent de l’adulte et qu’au lieu de le punir, on doit plutôt le traiter, le rééduquer et le transformer. Le tribunal, centré autour de la figure du juge des enfants, prescrit pour cela des mesures à caractère éducatif. Si la diffusion de ce paradigme protecteur dans les pays occidentaux entre 1880 et 1914 est bien connue, le cas de l’Espagne est rarement évoqué dans les études comparatives. Nous nous proposons donc d’éclairer ici un contexte national peu connu. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, les réformateurs et les pénalistes espagnols déplorent le fait que la péninsule soit en retard par rapport aux autres « pays civilisés ». ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Nuq, « Is Spain really different ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 17 | 2015, 21-36.

Référence électronique

Amélie Nuq, « Is Spain really different ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://rhei.revues.org/3773 ; DOI : 10.4000/rhei.3773

Haut de page

Auteur

Amélie Nuq

Maîtresse de conférences à l’université Pierre-Mendès-France (Grenoble). Membre du laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LAHRA), UMR 5190.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page