Navigation – Plan du site
Naissance et mutation de la justice des mineurs

Juvenile courts américaines et tribunaux pour enfants français : les variations d’un modèle à travers la comparaison Paris/Boston (début xxe siècle-années 1950)

American juvenile courts and French tribunaux pour enfants: model’s variations (a comparison between Paris and Boston, early 20th century-1950s)
Guillaume Périssol
p. 79-99

Résumés

L’exposé des motifs de la loi du 22 juillet 1912, créant les tribunaux pour enfants en France, cite en « exemple » les États-Unis comme « le type le plus achevé de cette méthode plus humaine ». C’est en effet dans l’Amérique de la Progressive Era que naît, en 1899, à Chicago, le premier tribunal des enfants. Le modèle de la juvenile court connaîtra rapidement un succès mondial, avec des déclinaisons nationales et, dans un État fédéral comme les États-Unis, des variations locales, d’un État à l’autre. En comparant les tribunaux pionniers et dynamiques de deux capitales, de la France et du Massachusetts, l’objectif est de repérer quelques éléments structuraux de cette nouvelle forme de justice, « plus humaine », pour la période allant du début du xxsiècle aux années 1950. Afin de dresser un panorama et d’expliquer l’impact et le retentissement du modèle de la juvenile court, seront successivement analysés, à partir d’une recherche en cours, les cadres juridiques, les populations visées et les pratiques de jugement à Paris et à Boston.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une version anglaise de cet article a fait l’objet d’une publication sous la référence : Perissol Guillaume, « “The Quality of Mercy is not Strain’d”: Ideological and Repressive modes of juvenile justice – A Comparison between Paris and Boston in the Mid-Twentieh Century », Journal of social history, vol. 48, n° 2, Winter 2014, p. 289-312.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

I – Les lois et traditions juridiques
II - Les populations visées (l’exemple des années 1950)
III - Les juges et leurs jugements
Conclusion

Aperçu du texte

L’exposé des motifs de la loi du 22 juillet 1912, qui crée les tribunaux pour enfants (TE) en France, cite en « exemple » les États-Unis comme « le type le plus achevé de cette méthode plus humaine ». Six ans avant, Édouard Julhiet, dans sa fameuse conférence au Musée social où il présentait le fonctionnement encore mal connu des TE américains, définissait le « tribunal-type » par trois éléments de base : « la spécialisation du tribunal », « la suppression de la prison pour les enfants » (de la « prison commune », en tous cas) et « la mise en liberté surveillée », qui traduit le terme anglais de probation. Mais il rappelait que « les tribunaux pour enfants aux États-Unis sont très différents les uns des autres ». Le fédéralisme laisse, en effet, à chaque État l’essentiel des compétences en matière de justice des mineurs et, si des normes peuvent être posées au niveau fédéral, comme ce sera le cas en 1923, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Périssol, « Juvenile courts américaines et tribunaux pour enfants français : les variations d’un modèle à travers la comparaison Paris/Boston (début xxe siècle-années 1950) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 17 | 2015, 79-99.

Référence électronique

Guillaume Périssol, « Juvenile courts américaines et tribunaux pour enfants français : les variations d’un modèle à travers la comparaison Paris/Boston (début xxe siècle-années 1950) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://rhei.revues.org/3819 ; DOI : 10.4000/rhei.3819

Haut de page

Auteur

Guillaume Périssol

Doctorant en histoire à l’université Paris-Sorbonne. Attaché temporaire d’enseignement et de recherche au département des sciences de l’éducation de l’université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis. Chercheur invité (lauréat Arthur Sachs) en 2012 au département d’histoire de l’université Harvard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page