Navigation – Plan du site
Naissance et mutation de la justice des mineurs

Délinquance juvénile et crise de subsistance : les familles belges à l’épreuve de la pénurie (Belgique, 1914-1918)

Juvenile delinquency and the crisis of subsistence: Belgian families subjected to penury (Belgium, 1914-1918)
Aurore François
p. 137-148

Résumés

Les crises économiques, et notamment celles inhérentes à la situation de guerre, constituent des moments privilégiés pour saisir le fonctionnement d’institutions régulatrices, souvent amenées à redéfinir leurs priorités et contraintes d’adapter, leur fonctionnement à l’urgence que réclament certaines situations. À peine installés par la loi du 15 mai 1912, les tribunaux pour enfants se sont retrouvés face à une transformation de la délinquance juvénile rapportée. Très directement liée à la subsistance, cette spécificité du temps de guerre témoigne de la vulnérabilité économique des auteurs des délits, mais aussi de leurs victimes. Cette contribution propose d’examiner ces juridictions en prise directe avec des familles plongées dans la pénurie, sous l’angle précis de la réponse judiciaire réservée aux comportements plus ou moins directement liés à la crise de subsistance : maraudages, glanages, vols, vagabondage, mendicité. Durant la guerre et l’immédiat après-guerre, les acteurs de la protection de l’enfance ont livré une analyse très différenciée de la délinquance de subsistance, affichant une relative tolérance vis-à-vis des vols tout en condamnant fermement la mendicité, a fortiori lorsqu’elle était inscrite dans une stratégie familiale. L’évaluation de ces différents comportements, mais aussi des familles qui les mettent en œuvre de manière plus ou moins stratégique révèle donc, dans le chef des acteurs de la protection judiciaire de l’enfance, une lecture relativement complexe des contextes de guerre et de crise économique, mais aussi de leur incidence sur la délinquance juvénile et, plus généralement, sur la moralité des familles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

De la transformation de la délinquance juvénile enregistrée durant la guerre
Recrudescence du vagabondage et de la mendicité
Vols, rapines et maraudages
De l’ajustement des seuils de tolérance en temps de guerre
Crispations autour des ressources raréfiées
Absolue nécessité ou apprentissage du crime ? La réponse des acteurs du judiciaire
Conclusion

Aperçu du texte

L’analyse des effets de la guerre 1914-1918 sur les populations civiles des pays impliqués invite les historiens à la nuance : altérant les conditions matérielles et les niveaux de vie à des degrés divers selon les périodes et les territoires, ils apparaissent désormais très contrastés. Dès la fin de l’année 1914, la Belgique s’est trouvée confrontée à de sévères problèmes d’approvisionnement. L’occupation du pays par les troupes allemandes, son lot de réquisitions, d’augmentation des prix, de chômage, de pénuries et de famines durera près de 50 mois, affectant la démographie du pays (baisse des naissances, hausse de la mortalité dans certaines villes) et engendrant des tensions sociales.

L’historiographie récente invite au dépassement d’une lecture exclusivement victimaire des souffrances des populations durant la guerre, qui a nettement prévalu dès le conflit. Loin d’être les récipiendaires passifs des décisions des autorités occupantes ou occupées, certains groupes sociaux non-éli...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore François, « Délinquance juvénile et crise de subsistance : les familles belges à l’épreuve de la pénurie (Belgique, 1914-1918) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 17 | 2015, 137-148.

Référence électronique

Aurore François, « Délinquance juvénile et crise de subsistance : les familles belges à l’épreuve de la pénurie (Belgique, 1914-1918) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rhei.revues.org/3842 ; DOI : 10.4000/rhei.3842

Haut de page

Auteur

Aurore François

Université catholique de Louvain, université de Liège. Membre du laboratoire de recherches historiques (LaRHis).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page