Navigation – Plan du site
Naissance et mutation de la justice des mineurs

Émotion et opinion dans la justice des mineurs en France durant l’entre-deux-guerres

Emotion and opinion in the French juvenile system during the interwar period
Pascale Quincy-Lefebvre
p. 149-167

Résumés

Comment inscrire la réforme de la justice des mineurs dans le calendrier politique ? Au xxe siècle, alors qu’un espace public se démocratise, les politiques et les experts s’ouvrent davantage aux discours de l’émotion. La civilisation des médias est le théâtre de ces transformations. La France des années trente est propice aux engagements. L’enfance coupable est un levier et les « affaires » autour des « bagnes » d’enfants sont des moyens pour mobiliser l’opinion. En pleine période de lutte anti-fasciste, des hommes, des groupes dénoncent et interpellent. La grande presse joue sa partition. Les communistes donnent de la voix. L’indignation se focalise sur les établissements, l’impossible rééducation et la souffrance du mineur. Passion passagère ou mouvance des normes ? L’émotion est fondatrice de communautés qui dépassent le cercle traditionnel des réformateurs de la justice des mineurs. De nouvelles représentations surgissent ou sont consolidées. À moyen terme, par les pressions et le jeu des mémoires, le processus de réforme se démocratise. La cause est efficace quand elle est en capacité de dépasser son objet : l’enfance coupable.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

Été 1934. Un contexte favorable
La révolte de Belle-Île
La grande presse sur les rangs
Les organisations communistes à l’affût
1934-1937, l’opinion pour dynamiser les réformes
De coupable à victime : temporalités et mentalités
Fédérer des opinions
La nébuleuse réformatrice et le mouvement populaire
Une émotion moins fonctionnelle après 37
L’affaire Abel, pic ou tournant ?
À partir de 1937, contre-campagne et désengagement

Aperçu du texte

L’histoire des émotions a le vent en poupe, non comme simple objet d’étude d’une discipline en « miettes », mais comme possible paradigme des intrigues modernes et « catégorie d'analyse historique utile ». L’enfance est une réserve à sentiments pour une société médiatique en pleine expansion depuis la fin du xixsiècle.

L’histoire de l’enfance, le développement d’une « économie morale de l’enfance » offrent un regard sur les modernités, leurs valeurs et normes. Question plus pointue, l’attention portée à l’enfance dite coupable dans les médias est un indice de la fécondité des émotions dans le sentiment d’indignation et la nouvelle façon de penser l’action civile et politique. Parallèlement, la publicisation des « scandales » autour des « bagnes pour gosses » comme événement et processus éclaire le dynamisme des cultures de masse dans le changement social. Saisissons l’événement : avec quels acteurs ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Quincy-Lefebvre, « Émotion et opinion dans la justice des mineurs en France durant l’entre-deux-guerres », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 17 | 2015, 149-167.

Référence électronique

Pascale Quincy-Lefebvre, « Émotion et opinion dans la justice des mineurs en France durant l’entre-deux-guerres », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://rhei.revues.org/3848 ; DOI : 10.4000/rhei.3848

Haut de page

Auteur

Pascale Quincy-Lefebvre

Maître de conférences en histoire à l’université d’Angers. Membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO) – UMR 6258.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page