Navigation – Plan du site
Naissance et mutation de la justice des mineurs

« Promesses » et trahison, une histoire de la liberté surveillée au lendemain de la seconde guerre mondiale en France

Jean-Pierre Jurmand
p. 169-190

Résumés

Après la seconde guerre mondiale, un vent de réformes souffle sur la justice des mineurs en France. La liberté surveillée instituée en 1912 témoigne de ces transformations et d’un regain d’intérêt. Elle est considérée comme la mesure symbolique du secteur émergeant, symétrique à la rééducation en internat, de la « cure libre ». L’Éducation surveillée souhaite en maîtriser le développement, les magistrats les plus avancés dans le processus de réforme, en font l’instrument de leur politique sociale et éducative, tandis que certains juristes y voient la préfiguration d’une justice humaniste et individualisée, plus protectrice que répressive, étendue aux adultes. Le processus de professionnalisation des délégués permanents participe de ce renouveau, en même temps qu’il est assimilable à un processus de normalisation. L’Éducation surveillée ne s’investit pas à la hauteur de la promesse qu’elle éveille au sujet de la liberté surveillée. Son choix pour soutenir la structuration du secteur du milieu ouvert autour de l’équipement de base des tribunaux pour enfants dans les années 1960 ne porte pas sur l’expansion des services de la liberté surveillée. Elle lui préfère le regroupement de spécialistes. Plus profondément, cet épisode d’un rendez-vous manqué avec la liberté surveillée (très relatif en termes de nombre de mesures prises à l’égard des mineurs délinquants et au regard de sa progression au sein de la justice des mineurs après les années 1990) s’explique par deux raisons : dès son origine, la liberté surveillée a été greffée sur un système judiciaire étranger au système de la probation, d’autre part les circonstances particulières du développement d’un État social au lendemain de la seconde guerre mondiale offre à la direction de l’Éducation surveillée, une place déterminante dans la régulation de l’articulation entre le judiciaire et l’éducatif.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

La liberté surveillée au lendemain de la seconde guerre mondiale en France
Du côté de l’Éducation surveillée
La liberté surveillée des juristes et des juges des enfants
Le point de vue des professionnels et la prise de position de l’Éducation surveillée
La liberté surveillée en trompe-l’œil
Le déclin annoncé de la liberté surveillée
Conclusion

Aperçu du texte

Au cours des années 1970, alors qu’à l’Éducation surveillée le milieu ouvert prend de l’ascendant sur les autres modalités de prise en charge éducative des mineurs de justice, la mesure de liberté surveillée décline. Celle-ci est cependant considérée, avec l’action sociale spécialisée, être à l’origine, au lendemain de la seconde guerre mondiale, d’un nouveau secteur d’intervention dit en milieu naturel – en comparaison avec celui des internats de rééducation. Comment traduire et expliquer ce paradoxe ? En retraçant l’histoire d’une trahison. En effet, le milieu ouvert se serait construit, en partie, sur le reniement de sa double filiation dont les figures professionnelles emblématiques sont, dans les années 1950, l’assistante sociale et le délégué à la liberté surveillée, et dont les lieux institutionnels singuliers sont les services sociaux spécialisés et les services à la liberté surveillée auprès des t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Jurmand, « « Promesses » et trahison, une histoire de la liberté surveillée au lendemain de la seconde guerre mondiale en France », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 17 | 2015, 169-190.

Référence électronique

Jean-Pierre Jurmand, « « Promesses » et trahison, une histoire de la liberté surveillée au lendemain de la seconde guerre mondiale en France », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rhei.revues.org/3851 ; DOI : 10.4000/rhei.3851

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Jurmand

Chercheur à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page