Navigation – Plan du site
Hommages

Le droit pénal et les âges de la vie

Pascale Quincy-Lefebvre
p. 15-36

Notes de la rédaction

Pascale Quincy-Lefebvre, historienne, maîtresse de conférences à l’université d’Angers, spécialiste de l’histoire de la protection de l’enfance et de la jeunesse au xxe siècle, était une des collaboratrices de la première heure de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » (rhei). C’est d’abord comme auteure, dès le second numéro publié en 1999 et consacré aux violences à enfants qu’elle entre en contact avec notre revue. Elle contribuera aussi au Panorama de la recherche sur l’histoire de la justice qui a fait l’objet d’un numéro hors-série en 2001. Elle accepte également d’évaluer des articles soumis à la revue. Suite logique de ce compagnonnage, Pascale entre au comité de rédaction en 2008. Très assidue aux réunions, elle multiplie par ailleurs les articles et les comptes rendus. Nous pouvons lire son ultime contribution à la rhei, consacrée à la place de l’opinion dans les transformations de la justice des mineurs, dans le numéro qui précède la présente livraison. Le texte que nous publions ici en forme d’hommage est consacré à un autre chantier ouvert par Pascale : la construction sociale des âges de la vie. C’est en fait le chapitre introductif d’un rapport jamais publié consacré à l’histoire du seul internat approprié (institution réservée aux mineurs d’âge scolaire) géré directement par l’Éducation surveillée.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Le droit pénal moderne et l’invention de la minorité ?
Le débat de 1880 à 1945. Entre nouveau droit et droit classique
De 1945 à nos jours. Une ou des minorités pour grandir ?

Aperçu du texte

L’enfance n’est pas qu’une séquence biologique ; sa place dans les âges de la vie lui est étroitement assignée par l'ensemble des conditions sociales et découle de mutations culturelles. À bien des égards, elle est une vision relativiste portée par les idées des adultes. À l’époque moderne, l’idée est plus particulièrement travaillée par des pédagogues. À partir du xixe, des hommes de sciences et les légistes apportent des contributions essentielles. Avec l’entrée dans la modernité, l’État, après avoir concurrencé, supplante les anciens dispositifs – l’Église et les sacrements – dans le rôle du principal gestionnaire des étapes de la vie. La rationalité des modernes et la bureaucratisation des modes de régulation accentuent la conception comptable de la vie dans bien des domaines et une police des âges se précise.

Les objectifs, les logiques, les conditions qui ont favorisé l’âge comme séparateur et support...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Quincy-Lefebvre, « Le droit pénal et les âges de la vie », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 15-36.

Référence électronique

Pascale Quincy-Lefebvre, « Le droit pénal et les âges de la vie », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rhei.revues.org/3877 ; DOI : 10.4000/rhei.3877

Haut de page

Auteur

Pascale Quincy-Lefebvre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page