Navigation – Plan du site
Hommages

Des coupables aux victimes, l’archéologie de l’identité du mineur délinquant au xixe siècle

Jean-Claude Vimont
p. 37-54

Notes de la rédaction

Jean-Claude Vimont, maître de conférences à l’université de Rouen, a contribué à la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » depuis sa création en acceptant de devenir membre de son comité scientifique dès la mise en place de ce dernier en 1999. Il ne s’agissait nullement d’une charge honorifique mais d’un travail effectif fait de comptes rendus, de relectures d’articles, de suggestions de contributeurs. Par deux fois, c’est même en qualité d’auteur, qu’il contribue à notre revue. En 2006, dans le numéro consacré au corps du délinquant il publie un article sur Les « boîtes à horloge » du Bicêtre rouennais et très récemment (2014) il rappelait à nos lecteurs l’histoire de Bruno T., dernier mineur condamné à mort en 1975. En effet, grand spécialiste de l’histoire de la prison et notamment de la prison politique (objet de sa thèse), découvreur de l’histoire de la relégation depuis l’abandon du bagne en 1945 jusqu’à la fin en 1975 de cette peine après la peine, Jean-Claude Vimont était aussi un fin connaisseur de l’histoire de l’enfance « irrégulière » et de la justice des mineurs, sujets auxquels il a consacré près d’une vingtaine d’articles. Celui que nous proposons aujourd’hui a initialement été publié dans le numéro 15 de la revue du laboratoire de recherches historiques de l’université de Rouen, les Cahiers de GRHis, numéro entièrement consacré à « Jeunes, déviances et identités – xviiie-xxe siècle », que Jean-Claude Vimont avait dirigé. Nous remercions chaleureusement la rédaction des Cahiers du GRHis qui nous a autorisé à reproduire cet article.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Les limites des classifications pénales
L’impossible catégorisation en fonction des infractions
L’éducation correctionnelle comme « définisseur » ?
Le critère de l’âge
Réprimer les enfants vicieux
Des circonstances atténuantes

Aperçu du texte

Nous soumettons ici à l’analyse une hypothèse. Au-delà des normes juridiques qui définissent les mineurs de justice, depuis les premières lois pénales de la constituante jusqu’aux débuts du xxe siècle, des catégorisations issues de représentations accompagnent les jeunes délinquants et ce sont elles, bien plus sûrement que le droit, qui ont déterminé le mode de répression judiciaire et donc le choix d’éducation correctionnelle qui leur fut appliqué. La loi offrait toute une gamme de mesures de correction : remises aux parents après admonestation, emprisonnements à durée variable, placements en apprentissage sous la tutelle d’une société de patronage, envois dans une colonie pénitentiaire… Le choix de l’une ou de l’autre par les juges des tribunaux correctionnels était conditionné par les appréciations dont ils disposaient sur la personnalité des enfants et par l’usage d’une grille de lecture stéréoty...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Vimont, « Des coupables aux victimes, l’archéologie de l’identité du mineur délinquant au xixe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 37-54.

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Des coupables aux victimes, l’archéologie de l’identité du mineur délinquant au xixe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rhei.revues.org/3878 ; DOI : 10.4000/rhei.3878

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page