Navigation – Plan du site

Texte intégral

1C’est à titre tout à fait exceptionnel et à la demande des animateurs de la revue, que je rédige l’avant-propos de ce numéro hors série du Temps de l’histoire. Je le fais avec d’autant plus de satisfaction que pour trois raisons au moins, je me félicite de cette parution.

2À l’invitation du professeur Frédéric Chauvaud, le département Recherche études développement du CNFE s’est associé matériellement et scientifiquement, avec l’université de Poitiers, la Mission de recherche droit et justice, et tous les partenaires des journées d’études qui se sont tenues dans la ville où Michel Foucault fit ses humanités afin de dresser un bilan de la recherche sur la justice. Cette participation tend à redonner au CNFE une place dans la réflexion scientifique que la disparition du Centre de recherche interdisciplinaire de Vaucresson lui avait fait perdre mais que je considère comme centrale. Il n’y a pas, dans un domaine aussi complexe et mouvant que l’éducation spécialisée, de formation véritable sans lien avec la recherche.

3En accueillant les textes issus de ce travail, Le temps de l’histoire, publication scientifique éditée par l’Association pour l’histoire de l’éducation surveillée et de la protection des mineurs et le CNFE, contribue à diffuser auprès d’un public d’universitaires et de praticiens les derniers résultats du travail des chercheurs. Or c’est une des missions de notre institution que de diffuser les savoirs et d’organiser la rencontre, voire la confrontation constructive, entre chercheurs et praticiens.

4En cette période d’incertitudes – mais existe-t-il dans notre domaine des périodes de certitudes ? Faut-il même qu’il en existe ? – l’histoire n’a jamais été aussi nécessaire. Encore faut-il que cette histoire soit véritablement scientifique, qu’elle confronte rigoureusement les sources, s’applique à décrire et comprendre le passé. Seule cette histoire là peut éclairer notre compréhension du présent. Elle n’a peut-être pas aujourd’hui, malgré quelques avancées, la place qui lui revient dans la formation. C’est une question dont nous entendons débattre.

5Ce numéro exceptionnel n’est pas consacré à la seule histoire de la justice des mineurs, même si cette dernière n’est pas négligée. Cet élargissement ne peut que favoriser la réflexion. Je dois avouer que le travail de Stéphane Trayaud sur un thème apparemment bien loin des préoccupations d’un éducateur, puisqu’il traite des pratiques notariales, m’a fait comprendre bien des aspects de la médiation ou que le bel article de Virginie Berger amène à réfléchir sur les liens entre justice pénale et question sociale.

6Merci à Frédéric Chauvaud d’avoir coordonné ce travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Berton, « Avant-propos », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série | 2001, 7-8.

Référence électronique

Pierre Berton, « Avant-propos », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série | 2001, mis en ligne le 06 février 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rhei.revues.org/389

Haut de page

Auteur

Pierre Berton

Directeur du Centre national formation et d’études de la Protection judiciaire de la jeunesse, Vaucresson

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page