Navigation – Plan du site
Dossier
Des psychiatres en circulation

Entre psychiatrie et anthropologie criminelle. Les Italiens au congrès de Psychiatrie infantile de Paris

Between Psychiatry and Criminal Anthropology. The Italians at the First International Congress of Child Psychiatry in Paris
Elisabetta Benetti
p. 167-183

Résumés

Les médecins italiens intervenants au premier congrès de Psychiatrie infantile n’étaient pas exclusivement psychiatres mais aussi psychologues, comme Agostino Gemelli, ou spécialistes d’anthropologie criminelle comme Benigno di Tullio. Leurs interventions étaient axées autour de deux thèmes principaux : les réflexes conditionnés et la délinquance juvénile. L’article explore les interventions des Italiens en les inscrivant dans la situation complexe d’une discipline en construction et aux contours encore mal définis et ce dans le contexte politique et culturel dominant du fascisme. En ce qui concerne la délinquance juvénile, la partie la plus importante fut assurée par un spécialiste d’anthropologie criminelle qui était non seulement capable de produire des données chiffrées et une analyse quantitative mais plus encore de se faire le porte-parole des priorités du fascisme en matière de sécurité et d’ordre. Di Tullio présenta une proposition de rééducation des mineurs – les délinquants aussi bien que les prédisposés – basée sur le concept de bonification de la personne qui consistait autant dans une volonté de contrôle que de rééducation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Les réflexes conditionnés pour l’étude de l’enfance
Mineurs délinquants
Mineurs dévoyés et prédisposés : rééducation et bonification de la personnalité
Après Paris

Aperçu du texte

La délégation italienne qui prit part, en l’été 1937, au premier congrès international de Psychiatrie infantile se composait de plusieurs psychiatres. Certains y participèrent comme auditeurs, d’autres eurent un rôle plus actif durant le congrès en qualité de rapporteurs. D’autres encore tinrent le rôle de délégués officiels. Chaque délégation nationale avait choisi un président honoraire : pour l’Italie, c’était Ugo Cerletti, tandis que plusieurs psychiatres faisaient partie du comité d’honneur.

À des titres divers se trouvaient là certains psychiatres s’intéressant depuis longtemps déjà à la question de l’enfance, tandis que d’autres au contraire participaient en tant que figures de proue de la psychiatrie et des disciplines limitrophes comme la psychologie et l’anthropologie criminelle.

Au premier congrès international de Psychiatrie infantile qui se tint à Paris en 1937, les Italiens proposèrent à la discussion deux sujets principaux : d’un côté, le thème des réflexes conditionnés...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabetta Benetti, « Entre psychiatrie et anthropologie criminelle. Les Italiens au congrès de Psychiatrie infantile de Paris », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 167-183.

Référence électronique

Elisabetta Benetti, « Entre psychiatrie et anthropologie criminelle. Les Italiens au congrès de Psychiatrie infantile de Paris », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rhei.revues.org/3930 ; DOI : 10.4000/rhei.3930

Haut de page

Auteur

Elisabetta Benetti

Université de Padoue

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page