Navigation – Plan du site
Dossier
Des psychiatres en circulation

Des médecins suisses au congrès de Psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale

Swiss Physicians at a Child Psychiatric Congress: Mental hygiene and its relevance
Martine Ruchat
p. 185-200

Résumés

Cet article montre que la création d’une psychiatrie infantile met en tension le monde des médecins affiliés à des traditions différentes. Si pour Heuyer les indications du psychiatre doivent être à la base de la pédagogie, Édouard Claparède, lui, ne veut pas réduire l’hygiène mentale à la psychiatrie. L’auteure reconstruit une tradition helvétique de médecins intéressés par l’enfance dans une perspective de prévention, dans la tradition de l’hygiène sociale chère à Auguste Forel. Elle pose l’hypothèse de l’hygiène mentale comme produit de celle-là expliquant un moindre engouement pour ce premier congrès de Psychiatrie infantile à Paris en 1937. Ces différentes conceptions entraînent un regard distinct sur les traitements et les manières d’intervenir qui met aux prises les tenants d’une approche physiologique et psychanalytique, de l’environnement social et des tares mentales, même si l’hygiène mentale peut servir de chapeau. Car ce sont bien les définitions qui sont également en jeu avec de nouveaux mots pour de nouvelles réalités.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Les pressentis, les attendus et les présents
L’engagement sur le terrain
Une tradition d’hygiène sociale
Des thérapies pour l’hygiène mentale
Des médecins qui prévoient plutôt qu’ils ne guérissent

Aperçu du texte

Alors que le premier congrès de Psychiatrie infantile, du 24 juillet au 1er août 1937, réunit 450 congressistes venus de plus d’une vingtaine de pays, peu de Suisses s’y sont rendus. Le Dr Heuyer, président du comité d’organisation, a transmis par voie diplomatique une invitation au gouvernement. Le Conseil fédéral a estimé nécessaire d’y envoyer deux délégués, les médecins Moritz Tramer et André Repond, compte tenu que « Plusieurs de nos compatriotes figurent parmi les organisateurs de la manifestation ». Ce moment originel, réunissant autour de Georges Heuyer tous ceux qui s’intéressent à l’enfance « difficile », aurait pu attirer plus d’un médecin ou pédagogue de Suisse. Le pays n’est-il pas reconnu pour sa tradition en pédagogie (depuis Johan Heinrich Pestalozzi), ses instituts privés, ses grands pédagogues et Genève en particulier pour y être le siège de l’Institut Jean-Jacques Rousseau (Ijjr) (1912) – haut lieu de la psychopédagogie et médico-pédagogie – de la première charte ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Ruchat, « Des médecins suisses au congrès de Psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 185-200.

Référence électronique

Martine Ruchat, « Des médecins suisses au congrès de Psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 26 février 2017. URL : http://rhei.revues.org/3940 ; DOI : 10.4000/rhei.3940

Haut de page

Auteur

Martine Ruchat

Professeure associée, laboratoire d’histoire sociale et culturelle de l’éducation, faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page