Skip to navigation – Site map
Dossier
Des psychiatres en circulation

Des médecins suisses au congrès de Psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale

Swiss Physicians at a Child Psychiatric Congress: Mental hygiene and its relevance
Martine Ruchat
p. 185-200

Abstracts

This article asserts that the creation of child psychiatry arouses tension within the world of practitioners from different traditions. According to Heuyer, the option defended by the psychiatrist should be the basis of its pedagogy. Édouard Claparède is not inclined to reduce mental hygiene to the field of psychiatry. He wishes to maintain a Swiss heritage, more committed to childhood. He considers prevention as a central concept, and he is influenced by the figure of Auguste Forel who praised the notion of social hygiene. This option conceives mental hygiene as a byproduct of social structures. That could explain a lesser enthusiasm toward the 1937 child psychiatry congress in Paris. Those different understandings lead to a distinct approach regarding the treatments and the ways of addressing the question. Mapping the Swiss delegation gives a rather complex picture between those who favor a physiological approach and focus on mental defects and the supporters of a psychoanalytical oriented method giving greater attention to the social environment. In its context, mental hygiene could become a kind of temporary common space (encompassing oppositions). It is clearly a battle over the definitions which is at stake ; the challenge is about new words—to grasp—new realities.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on November 2018.

Outline

Les pressentis, les attendus et les présents
L’engagement sur le terrain
Une tradition d’hygiène sociale
Des thérapies pour l’hygiène mentale
Des médecins qui prévoient plutôt qu’ils ne guérissent

First lines

Alors que le premier congrès de Psychiatrie infantile, du 24 juillet au 1er août 1937, réunit 450 congressistes venus de plus d’une vingtaine de pays, peu de Suisses s’y sont rendus. Le Dr Heuyer, président du comité d’organisation, a transmis par voie diplomatique une invitation au gouvernement. Le Conseil fédéral a estimé nécessaire d’y envoyer deux délégués, les médecins Moritz Tramer et André Repond, compte tenu que « Plusieurs de nos compatriotes figurent parmi les organisateurs de la manifestation ». Ce moment originel, réunissant autour de Georges Heuyer tous ceux qui s’intéressent à l’enfance « difficile », aurait pu attirer plus d’un médecin ou pédagogue de Suisse. Le pays n’est-il pas reconnu pour sa tradition en pédagogie (depuis Johan Heinrich Pestalozzi), ses instituts privés, ses grands pédagogues et Genève en particulier pour y être le siège de l’Institut Jean-Jacques Rousseau (Ijjr) (1912) – haut lieu de la psychopédagogie et médico-pédagogie – de la première charte ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Martine Ruchat, « Des médecins suisses au congrès de Psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 185-200.

Electronic reference

Martine Ruchat, « Des médecins suisses au congrès de Psychiatrie infantile : l’hypothèse de l’hygiène mentale », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [Online], 18 | 2016, Online since 30 November 2018, connection on 30 March 2017. URL : http://rhei.revues.org/3940 ; DOI : 10.4000/rhei.3940

Top of page

About the author

Martine Ruchat

Professeure associée, laboratoire d’histoire sociale et culturelle de l’éducation, faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, université de Genève

By this author

Top of page

Copyright

© PUR

Top of page