Navigation – Plan du site
Dossier
Le champ de la psychiatrie de l’enfant

Les premiers moments de la psychanalyse de l’enfant en France dans les années 1920 et 1930

The first developments of French child psychoanalysis in the 1920s and 1930s
Annick Ohayon
p. 233-251

Résumés

Cet article décrit la situation de la psychanalyse de l’enfant dans les années 1920 et 1930 en France. Malgré l’affirmation de Freud que l’éducation devrait être une des plus importantes applications de sa théorie, on ne constate alors ni pratiques ni institutions consacrées à l’éducation ou à la rééducation des enfants dans une perspective psychanalytique, comme c’est le cas en Suisse ou en Autriche par exemple. L’auteur discute les raisons de cette absence d’intérêt, et décrit les efforts de quelques pionnières du mouvement psychanalytique français, en particulier Marie Bonaparte et Sophie Morgenstern, pour faire évoluer cette situation et développer la psychanalyse de l’enfant. Mais c’est seulement après la seconde guerre mondiale qu’une telle dynamique sera à l’œuvre, dans les domaines de la psychopédagogie et de la neuropsychiatrie infantile.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

La création de la Société psychanalytique de Paris : un tout petit monde (1921-1927)
Sophie Morgenstern, pionnière de la psychanalyse de l’enfant en France
La Revue de pédagogie psychanalytique
Marie Bonaparte : l’éducation à la réalité, un combat laïque
Débats sur la théorie des constitutions
1937 : le premier congrès international de Psychiatrie infantile

Aperçu du texte

Aux commencements de la psychanalyse, l’enfant n’a pas été un objet de recherche ni de traitement en tant que tel. Freud ne pensait pas qu’on pouvait psychanalyser un enfant, et ne l’a jamais fait lui même. Le petit Hans, l’un des cas princeps de la jeune science, fit simplement l’objet de conversations entre Freud et le père de Hans, Max Graf, qui s’efforça d’analyser son fils et de l’aider à surmonter sa névrose phobique grâce aux conseils et aux interprétations que lui avait soufflés son ami Freud. Le petit Hans devint ainsi l’exemple paradigmatique destiné à illustrer les troubles de la sexualité infantile et le complexe d’Œdipe.

De ce fait, c’est la pédagogie, et surtout l’une de ses composantes, le mouvement dit de l’Éducation nouvelle, qui fut la plus précocement influencée par la psychanalyse et qui l’influença en retour. Ce n’est d’ailleurs pas Freud qui le premier a soulevé l’intérêt de cette rencontre, mais son disciple alors préféré : Sandor Ferenczi, dans une conférence ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Ohayon, « Les premiers moments de la psychanalyse de l’enfant en France dans les années 1920 et 1930 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 233-251.

Référence électronique

Annick Ohayon, « Les premiers moments de la psychanalyse de l’enfant en France dans les années 1920 et 1930 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rhei.revues.org/3957 ; DOI : 10.4000/rhei.3957

Haut de page

Auteur

Annick Ohayon

Maître de conférences honoraire en psychologie, université Paris 8 Saint-Denis, Centre Alexandre Koyré (Ehess, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page