Skip to navigation – Site map
Dossier
Le champ de la psychiatrie de l’enfant

Les premiers moments de la psychanalyse de l’enfant en France dans les années 1920 et 1930

The first developments of French child psychoanalysis in the 1920s and 1930s
Annick Ohayon
p. 233-251

Abstracts

This paper considers the situation of child psychoanalysis during the 1920’s and 1930’s in France. In spite of Freud’s assertion that Education should be one of the most important application of his theory, there were no practices or institutions devoted to the education or reeducation in a psychoanalytical perspective (unlike the Austrian and Swiss case for example, at that same period.) The author examines the reasons of this lack of interest and describes the efforts of some pioneers of the French psychoanalytic movement, especially Marie Bonaparte and Sophie Morgenstern, to change this situation and to develop child psychoanalysis. But it is only after World War II that this orientation will take a main place in the fields of Psychopedagogy and Child Psychiatry.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on November 2018.

Outline

La création de la Société psychanalytique de Paris : un tout petit monde (1921-1927)
Sophie Morgenstern, pionnière de la psychanalyse de l’enfant en France
La Revue de pédagogie psychanalytique
Marie Bonaparte : l’éducation à la réalité, un combat laïque
Débats sur la théorie des constitutions
1937 : le premier congrès international de Psychiatrie infantile

First lines

Aux commencements de la psychanalyse, l’enfant n’a pas été un objet de recherche ni de traitement en tant que tel. Freud ne pensait pas qu’on pouvait psychanalyser un enfant, et ne l’a jamais fait lui même. Le petit Hans, l’un des cas princeps de la jeune science, fit simplement l’objet de conversations entre Freud et le père de Hans, Max Graf, qui s’efforça d’analyser son fils et de l’aider à surmonter sa névrose phobique grâce aux conseils et aux interprétations que lui avait soufflés son ami Freud. Le petit Hans devint ainsi l’exemple paradigmatique destiné à illustrer les troubles de la sexualité infantile et le complexe d’Œdipe.

De ce fait, c’est la pédagogie, et surtout l’une de ses composantes, le mouvement dit de l’Éducation nouvelle, qui fut la plus précocement influencée par la psychanalyse et qui l’influença en retour. Ce n’est d’ailleurs pas Freud qui le premier a soulevé l’intérêt de cette rencontre, mais son disciple alors préféré : Sandor Ferenczi, dans une conférence ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Annick Ohayon, « Les premiers moments de la psychanalyse de l’enfant en France dans les années 1920 et 1930 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 233-251.

Electronic reference

Annick Ohayon, « Les premiers moments de la psychanalyse de l’enfant en France dans les années 1920 et 1930 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [Online], 18 | 2016, Online since 30 November 2018, connection on 19 August 2017. URL : http://rhei.revues.org/3957 ; DOI : 10.4000/rhei.3957

Top of page

About the author

Annick Ohayon

Maître de conférences honoraire en psychologie, université Paris 8 Saint-Denis, Centre Alexandre Koyré (Ehess, Paris).

By this author

Top of page

Copyright

© PUR

Top of page