Navigation – Plan du site
Varia

« Sauver l’enfant dévoyé » : la Société pour la protection des mineurs d’Athènes après la guerre

« Saving strayed youth »: the Society for the Protection of Minors of Athens in the post-war period
Efi Avdela et Dimitra Vassiliadou
p. 299-317

Résumés

À travers le cas de la Société pour la protection des mineurs d’Athènes (SPMA, 1943), partie prenante du mécanisme de la justice des mineurs, l’article examine le rôle des bénévoles dans l’économie mixte de protection sociale de l’après-guerre. Il retrace la constitution d’un réseau social sur la question de la déviance juvénile dès l’entre-deux-guerres, ses relations changeantes avec l’État et les circonstances qui ont conduit à la création de la SPMA. Entité publique relevant du ministère de la Justice, rassemblant surtout des bénévoles et s’aidant de parrainages privés, la SPMA entreprend des actions collectives dans le but de consolider sa position dominante dans le champ de la protection sociale des enfants « dévoyés ». Sur la base de notions de sacrifice et d’abnégation, ses cadres organisent leurs actions publiques et leurs rapports tant en son sein qu’avec les autres corps et organismes qui œuvrent dans le même champ de protection sociale, tout en produisant une socialité hiérarchique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

« Sauver l’enfant dévoyé » : la Société pour la protection des mineurs d’Athènes après la guerre
La constitution du réseau
La SPMA et ses bénévoles
En action
Sociabilité hiérarchisée
Conclusion

Aperçu du texte

« Sauver l’enfant dévoyé » : la Société pour la protection des mineurs d’Athènes après la guerre

La question de la déviance juvénile a mobilisé dès la fin du xixsiècle des forces considérables et variées constituées de philanthropes, de savants et d’administrateurs au niveau international. Motivées par la conviction que le traitement pénal des mineurs doit différer de celui des adultes, leurs interventions culminent au tournant du siècle avec l’établissement des tribunaux pour mineurs. Au cours des décennies suivantes une multitude d’associations, d’organisations et d’institutions, nationales et internationales, se consacrent à la protection sociale des enfants démunis ou condamnés, détenus ou mis en liberté. Dans l’entre-deux-guerres, elles forment déjà un réseau international de protection sociale des enfants « dévoyés », « délinquants » ou en « danger moral  ». À travers la ci...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Efi Avdela et Dimitra Vassiliadou, « « Sauver l’enfant dévoyé » : la Société pour la protection des mineurs d’Athènes après la guerre », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 299-317.

Référence électronique

Efi Avdela et Dimitra Vassiliadou, « « Sauver l’enfant dévoyé » : la Société pour la protection des mineurs d’Athènes après la guerre », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 21 août 2017. URL : http://rhei.revues.org/3982 ; DOI : 10.4000/rhei.3982

Haut de page

Auteurs

Efi Avdela

Efi Avdela est professeure d’histoire contemporaine du département d’histoire et archéologie de l’université de Crète. Ses travaux les plus récents portent sur l’histoire sociale et culturelle de l’après-guerre et plus particulièrement sur la violence interpersonnelle, les mécanismes de régulation de la jeunesse et la justice des mineurs.

Dimitra Vassiliadou

Dimitra Vassiliadouest docteur en histoire contemporaine, diplômée du département d’histoire et archéologie de l’université de Crète. Sa thèse porte sur les cultures émotionnelles de familles bourgeoises d’Athènes de la fin du dix-neuvième au début du vingtième siècle, à travers la correspondance privée.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page