Navigation – Plan du site
Compte rendus d'ouvrages et actualité bibliographique
Comptes rendus

L’œuvre de secours aux enfants et les populations juives au xxe siècle

Dominique Dessertine
p. 330-333
Référence(s) :

Paris, Armand Colin, collection « Recherches », 317 p., ISBN : 978-2-200-28546-3

Texte intégral

  • 1 Cf. le compte rendu que Mathias Gardet a donné, dans le numéro 14 de la Revue d’histoire de l’enfan (...)
  • 2 Hazan Katy, Les orphelins de la Shoah, les maisons de l’espoir (1944-1960), Paris, Les Belles Lettr (...)

1Depuis les années 1980, l’OSE (Œuvre de secours aux enfants) est sortie de l’ombre historiographique et n’a cessé de susciter des travaux1, longtemps centrés sur son action auprès des enfants de la Shoah2. L’ambition de cet ouvrage est de remonter aux origines mêmes de l’œuvre dans la Russie de 1912 et d’étendre ses investigations bien au-delà de la seule Europe, dans une histoire transnationale qui court de l’Ukraine aux États-Unis, en passant par la Pologne, l’Allemagne, la Suisse, la France et l’Afrique du Nord. Il est issu de deux colloques tenus à l’initiative de l’OSE en 2012, à l’occasion de son centenaire, dont l’essentiel des contributions se trouve regroupé ici. Ce travail collectif, émanant des plus grands spécialistes, vient ainsi se placer aux côtés des grandes monographies des associations humanitaires publiées par des chercheurs français et permet de découvrir l’esprit et les réalisations d’une association internationale portée par l’histoire dramatique du judaïsme au xxe siècle. Si l’OSE est aujourd’hui une nébuleuse, son histoire est « ancrée aussi bien dans l’histoire de la médecine, et du mouvement hygiéniste, dans l’histoire de la Russie et de ses pogroms, que dans celle de l’histoire de la protection de l’enfance en France », selon les termes de Katy Hazan et Catherine Nicault, qui introduisent le livre. C’est sur ce dernier volet que nous insisterons ici.

2Il faut toutefois résumer rapidement les grandes lignes de l’histoire de l’OZE/OSE, très largement développées dans ce livre. L’OZE (en russe : Organisation sanitaire des populations juives défavorisées) a pour but, à son origine, à Saint-Pétersbourg en 1912, la mise en place d’un système de santé moderne pour « régénérer l’état physique des Juifs ». Le bel article de Michael Beizer souligne qu’elle est fondée sous l’égide de médecins hygiénistes, imprégnés de la science sociale juive occidentale, passionnés d’études statistiques qui veulent améliorer l’état de santé de leurs communautés déshéritées. La révolution de 1905, entraînant la reconnaissance de sociétés non slaves, crée un climat propice à l'émergence de l'OSE, mais par la suite elle doit fuir la Russie bolchevique, se réfugier en Allemagne en 1921-1922, puis en France dans les années 1930, où elle a pour fonction essentielle de venir en aide aux médecins juifs exilés des pays de l’Est. Sabine Zeitoun souligne que l’OSE devient une sorte de fédération des médecins juifs venus d’Europe centrale. Même sous l’Occupation, elle continue à apporter son aide aux médecins juifs allemands. L’ouverture des archives en Europe de l’Est permet aussi d’aborder une histoire est-européenne, largement impossible avant les années 1990. La plongée dans l’Afrique du nord, grâce à l’article très riche et très clair d’Ariel Danan, pose le problème des liens de l’OSE avec l’Alliance juive internationale, fondée à Paris en 1860 soucieuse de diffuser les Lumières dans les milieux juifs déshérités d’Afrique du nord. Ces terres sont, en termes démographiques, l’avenir du judaïsme. Casablanca est entre les deux guerres la quatrième ville juive du monde. L’ouvrage permet de découvrir le rôle fondamental du Joint (American Joint Distribution Committee), crée aux États-Unis, que l’on retrouve en filigrane dans toute l’histoire de la philanthropie juive.

3L’ouvrage est passionnant autour du sauvetage des enfants juifs car il pose de manière très nuancée les problèmes fondamentaux de toute intervention en direction d’enfants en danger de mort. Comment obtenir l’aval des autorités d’accueil ? Quel type de placement offrir pour adoucir au mieux le sort de ces enfants déplacés et leur offrir un avenir ? Se pose aussi le problème de leur assimilation ou non au pays d’accueil. Trois questions majeures que l’on retrouve constamment dans toutes les crises humanitaires qui depuis la seconde guerre mondiale émaillent la destinée du monde. Volonté politique, choix pédagogiques, choix idéologiques, querelles de pouvoir entre organismes, financement, font du sauvetage une affaire extrêmement délicate. Les belles pages de Laura Hobson Faure sur la politique d’immigration restrictive des Américains, problème bien analysé depuis 1968 et la publication du livre de Morse, montre bien que l’OSE n’a pas eu les coudées franches aux États-Unis. Alors qu’elle avait tenu à élever collectivement les enfants venus d’Allemagne, en respectant les pratiques religieuses de leurs parents (les traditionalistes à la ville Chesnaie à Paris, la villa Helvetia, à Montmorency, étant plus laïque) elle doit se résoudre aux placements individuels aux États-Unis. Des querelles de pouvoir éclatent entre l’OSE et des organismes juifs américains, le Joint, en particulier. Jean-Christophe Coffin montre l’impasse dans laquelle se trouve alors Ernst Papanek, pédagogue novateur, chargé de trouver un refuge pour les 250 enfants de l’OSE, parmi les 1 000 non accompagnés que les États-Unis ont finalement acceptés. Le pays redoute une exacerbation de l’antisémitisme et préfère disséminer les enfants dans des familles d’accueil, alors que Papanek désirait reconstituer un internat comme à Montmorency où il avait instauré une pédagogie de la liberté, de la vérité et de la responsabilité. La rupture est brutale pour ces enfants même si l’OSE s’efforce de garder des liens avec eux. Le recours aux biographies, heureuse initiative méthodologique, en dépit de ses difficultés, permet de suivre des itinéraires et d’approcher les réalités des pratiques.

4La spécificité de l’OSE diminue dans les années 1950. Les enfants de la Shoah sont devenus adultes. Les maisons accueillent désormais des « cas sociaux » dont Mathias Gardet dresse la genèse, qui interviennent entre autres pour l’accueil des enfants d’Afrique du nord au lendemain de la décolonisation. Comme dans d’autres institutions de protection de l’enfance, dans les années 1950, les problèmes mentaux et caractériels commencent à faire l’objet d’une prise en charge spécifique en lien avec la consultation du professeur Minkowski à l’hôpital Rothschild. L’OSE se retrouve plus que jamais au carrefour des réseaux transnationaux, et en particulier en lien avec le mouvement des communautés d’enfants, comme le montre Samuel Boussion. Elle y apporte son expérience de la guerre, en particulier pour la formation des personnels d’encadrement et le souci de développer l’esprit de l’éducation nouvelle et des républiques d’enfants.

5Cet ouvrage foisonnant offre une très belle approche non seulement de l’OSE, mais de toute l’histoire des communautés juives au xxe siècle. Comment échapper aux massacres ? Comment conserver son identité ? Faut-il opter pour l’assimilation ? Pour l’émigration en Israël ? Réhabilitant le rôle des hommes et des femmes (biographies des grandes figures de l’association comme le docteur Boris Arkadievitch Tschlenoff et notices biographiques sur une vingtaine de pères fondateurs), ce livre ne perd jamais de vue les deux axes de sa démonstration : la complexité de l’action humanitaire et la richesse et les contradictions des communautés juives confrontées à leur survie au xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Cf. le compte rendu que Mathias Gardet a donné, dans le numéro 14 de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », de Zeitoun Sabine, Histoire de l’OSE, de la Russie tsariste à l’Occupation en France (1912-1944) : l’Œuvre de secours aux enfants, du légalisme à la Résistance, Paris, L’Harmattan, 2012, 2e édition revue et corrigée ; Becquemin Michèle, Une institution juive dans la république. L’œuvre de secours aux enfants. Pour une histoire du service social et de la protection de l’enfance, Paris, Petra, 2013 ; Hobson Faure Laura, Un « plan Marshall juif » ; la présence juive américaine en France après la Shoah (1944-1954), Paris, Armand Colin, 2013.

2 Hazan Katy, Les orphelins de la Shoah, les maisons de l’espoir (1944-1960), Paris, Les Belles Lettres, réédition, 2003, et Le sauvetage des enfants juifs pendant l’Occupation, dans les maisons de l’OSE (1938-1945), Paris, Somogy, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Dessertine, « L’œuvre de secours aux enfants et les populations juives au xxe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 18 | 2016, 330-333.

Référence électronique

Dominique Dessertine, « L’œuvre de secours aux enfants et les populations juives au xxe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rhei.revues.org/3996

Haut de page

Auteur

Dominique Dessertine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page