Navigation – Plan du site

Préface

Jacques Bourquin et Gisèle Fiche
p. 7-8

Texte intégral

L'objet de cette revue est de s'inscrire délibérément dans le temps du présent et du devenir, sans reléguer la mémoire dans un amas de souvenirs incertains déconnectés de leur contexte social, politique et culturel. Nous faisons nôtre cette idée, affinée par de nombreux historiens, selon laquelle une institution sans mémoire est une institution sans devenir.

Le Temps de l'histoire est un projet déjà ancien de l'Association pour l'histoire de l'éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs, fruit d'une collaboration avec le Service des études et de l'international du CNFE-PJJ.

L'histoire de la protection de l'enfance, et plus particulièrement de sa composante judiciaire, est d'une approche encore récente. Elle a pris naissance entre les travaux sur l'assistance et la prison. Les premières publications historiques, en particulier celle de Henri Gaillac sur « les maisons de corrections » portèrent sur les institutions. Depuis quelques années, et ce n'est pas sans lien avec les travaux de Michel Foucault, l'intérêt des historiens s'est élargi à la pénalité, à la délinquance, à l'analyse du discours tenu sur les institutions, à la réaction sociale, à l'enfance ; en témoignent les travaux de Maurice Capul sur les « enfants placés sou l'ancien régime ».

Le domaine qui nous intéresse particulièrement, au croisement du judiciaire et de l'éducatif se situe dans la lignée d'historiens comme Philippe Ariès et Jacques-Guy Petit. D'autres plus jeunes, avec lesquels nous collaborons, ont élargi le champ : Dominique Dessertine, Pascale Lefèbvre-Quincy, Eric Pierre, Jean-Claude Vimont, Françoise Tétard, Jean-Jacques Yvorel, sans oublier les sociologues passionnés par l'histoire du travail social, comme Michel Chauvière et Alain Vilbrod. Sont apparus ensuite des travaux plus empiriques produits par des professionnels de secteurs étudiés, des monographies, des approches de plus en plus diversifiées.

L'histoire, si elle n'est pas encore très présente dans la formation des travailleurs sociaux, apparaît de plus en plus comme une composante indispensable de la connaissance d'un secteur d'intervention, de professions à la recherche à la fois de leurs sources et d'une légitimité.

Il ne s'agit pas de trouver dans le passé des leçons et des modèles, ce serait tout à fait illusoire ; ce qui importe, c'est que l'histoire puisse apporter un éclairage sur des enjeux contemporains.

A l'Education surveillée, pendant de longues années, l'histoire fût absente : le passé était douloureux, guère gratifiant ; les professionnels porteurs de l'esprit de réforme le considéraient comme un repoussoir ; il fallait en annuler la mémoire. Peut-on dire que les internats de rééducation de l'après guerre se sont construits sur les ruines des anciennes maisons de corrections ? Les choses sont certainement bien plus complexes et l'esprit pénitentiaire perdurera bien après 1945. Questions récurrentes ? Lieux communs ? L'histoire a un regard spécifique à apporter.

Ce numéro princeps du Temps de l'histoire, nous l'avons voulu très ouvert ; les auteurs sont autant des chercheurs que des praticiens. Nous l'avons composé à partir de plusieurs interventions faites dans le cadre de journées d'étude au CNFE-PJJ de Vaucresson, mais aussi de travaux plus spécifiques liés aux activités de l'association. Notre but a été, à partir de thème divers qui se réfèrent aux origines de l'Education surveillée dans sa composante publique et associative, d'essayer d'en dégager les contours, les lignes de force, les enjeux, les aspects contradictoires.

Comme le rappelle Jean-Jacques Yvorel dans ce numéro, le travail de l'historien sert à « interroger ce qui se pense » ; il s'agit de prendre le recul nécessaire pour mettre les faits en perspective, de s'attacher à les situer par rapport à un avant, afin de n'être pas prisonnier des pseudo évidences de l'actualité. Le détour par l'histoire est indispensable à celui qui veut penser l'avenir et s'attache à anticiper dès aujourd'hui les choix de demain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bourquin et Gisèle Fiche, « Préface », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 1 | 1998, 7-8.

Référence électronique

Jacques Bourquin et Gisèle Fiche, « Préface », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 1 | 1998, mis en ligne le , consulté le 28 mai 2017. URL : http://rhei.revues.org/4

Haut de page

Auteurs

Jacques Bourquin

Chargé de mission « histoire » au CNFE-PJJ, Vaucresson. Président de l'Association pour l'histoire de l'éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs (AHES-PJM)

Articles du même auteur

Gisèle Fiche

Directrice du Service des études et de l'international, CNFE-PJJ, Vaucresson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page