Navigation – Plan du site
La justice à l'épreuve

Les complaintes judiciaires

Joseph Le Floc’h
p. 93-103

Résumés

Tout est prétexte à chansons dans les rues de Paris sous l’Ancien Régime. Cantiques, chansons politiques, légères ou à boire, trouvent ainsi une diffusion efficace au travers des chanteurs ambulants. Dans cette diversité de genre, la complainte judiciaire présente un statut particulier. Vêtu plus sobrement, presque religieusement, le chanteur de complaintes évolue à l’écart du brouhaha du Pont-Neuf et de ses quais adjacents. Une brève formule d’appel, une longue narration suivie d’une morale édifiante, ainsi se résume le scénario d’un genre essentiellement stéréotypé. Il adopte le plus souvent le ton de la confession et se chante sur un air connu ou nouveau. Le choix des mélodies révèle alors de véritables stratégies. Michel Leclerc, le vielleur du Pont-Neuf, présent sur quelques estampes, est l’un de ces chanteurs spécialistes. Au XIXème siècle, la complainte de Fualdès, et l’affaire du même nom, inaugurent une ère nouvelle. Compte-rendu d’audience, mais aussi expression de la rumeur collective et de ses archétypes, la complainte accompagne alors le succès grandissant des canards.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France, Paris

Index chronologique :

XIXème siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Le Floc’h, « Les complaintes judiciaires », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série | 2001, 93-103.

Référence électronique

Joseph Le Floc’h, « Les complaintes judiciaires », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série | 2001, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rhei.revues.org/421 ; DOI : 10.4000/rhei.421

Haut de page

Auteur

Joseph Le Floc’h

Professeur de musicologie, université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page