Navigation – Plan du site
La justice à l'épreuve

Le parricide à l’aune de la justice au XIXème siècle

Sylvie Lapalus
p. 141-154

Résumés

Au XIXème siècle, bien que relativement rare dans les faits, le parricide occupe le sommet de la hiérarchie pénale. Mais pour la justice, c’est un crime difficile à appréhender comme en témoignent les obstacles rencontrés pour établir le corps du délit, les controverses juridiques sur la nature précise du crime et surtout le caractère aléatoire de la qualification légale des faits. En déplaçant progressivement son regard du crime vers le criminel, la justice du XIXème parvient à envisager avec moins d’effroi un acte criminel qui, en tant que tel, la laisse désemparée. Mais si les magistrats perçoivent les parricides comme des monstres “froids”, une appréciation plus fine et plus nuancée du crime s’esquisse dans les prétoires, qui distingue le parricide monstrueux du parricide tolérable et tend à individualiser davantage la peine. L’attention toute particulière que le corps judiciaire porte au supplice spécifique des parricides atteste très clairement l’importance que revêt un tel crime dans une société profondément patriarcale, encore très imprégnée du souvenir du régicide.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

XIXème siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Lapalus, « Le parricide à l’aune de la justice au XIXème siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série | 2001, 141-154.

Référence électronique

Sylvie Lapalus, « Le parricide à l’aune de la justice au XIXème siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série | 2001, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rhei.revues.org/440 ; DOI : 10.4000/rhei.440

Haut de page

Auteur

Sylvie Lapalus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page