Navigation – Plan du site
Pratiques judiciaires

La sociabilité dans le ressort du présidial de Reims au siècle des Lumières

Véronique Garrigues
p. 193-206

Résumés

Les registres d’audiences criminelles du présidial de Reims au siècle des Lumières fourmillent d’affaires banales : insultes, coups, filles séduites. Le désordre naît des activités quotidiennes d’une population ordinaire. A travers le prisme judiciaire apparaît un trait majeur de la sociabilité rémoise : la défense de l’honneur. Ce sentiment gouverne les relations entre les individus. La perte de l’honneur projette la victime en dehors de l’espace sociable. Le recours à la justice est un moyen de le retrouver, car au XVIIIème siècle, cette institution est aussi détentrice d’une part d’honneur.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France, Reims
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Garrigues, « La sociabilité dans le ressort du présidial de Reims au siècle des Lumières », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série | 2001, 193-206.

Référence électronique

Véronique Garrigues, « La sociabilité dans le ressort du présidial de Reims au siècle des Lumières », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série | 2001, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rhei.revues.org/453 ; DOI : 10.4000/rhei.453

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page