Navigation – Plan du site
Archétypes et représentations

De Delacroix à Poulbot, l'image du gamin de Paris

Jean-Jacques Yvorel
p. 39-72

Résumés

L'auteur étudie la place de l'iconographie dans la construction et l'évolution de l'archétype “gamin de Paris”. Il part du tableau de Delacroix, La liberté guidant le peuple, et des représentations liées aux Trois Glorieuses, puis étudie la mise en place des images du “gamin”, notamment de celle de Gavroche. Enfin, il se penche sur l'évolution de ce symbole de l'enfance irrégulière vers la fin du XIXe siècle et la Belle Époque.

Haut de page

Texte intégral

1Comme sa grande sœur la grisette, le gamin de Paris est l'un de ces types sociaux que le XIXe siècle, et plus précisément la Monarchie de Juillet, a construits. En général, ces “idéaux-types” sont des productions multimédiatiques à l'élaboration desquelles même la sociologie savante naissante contribue. Nous ne faisons pas là référence à d'actuels produits de haute technologie, mais à la façon dont s'élaborent ces archétypes : ils mobilisent presque toutes les formes de productions culturelles disponibles et suscitent entre elles un “dialogue”, un jeu d'emprunts et de renvois que nous croyons pouvoir qualifier d'intermédiatique. Ainsi, notre gamin “se promène” dans les différentes formes de littérature pittoresque, dans le théâtre, dans la chanson, dans la poésie et, bien sûr, il se retrouve dans toutes sortes de représentations iconographiques : peintures, gravures, caricatures, estampes... Si, contrairement à la grisette, il n'est pas statufié,1 il est néanmoins sculpté par Étienne Marin Melingue.2 Mais, en plus, et c'est là un trait particulier de notre gamin, il connaît au mitan du siècle la consécration de la “grande littérature” : Victor Hugo va « créer un personnage là où il n'existait qu'un être collectif. Et ce personnage présente une particularité décisive : il est la voix des misérables ».3 Le nom propre efface le nom commun, le mythe écrase l'archétype, Gavroche est désormais synonyme de gamin de Paris. Si, après la Commune de 1871, la silhouette du gamin s'estompe,4 elle ne disparaît pas complètement de la représentation symbolique de Paris. Gavroche et ses pairs survivent un temps au dernier grand soulèvement de la capitale. On utilise même sa notoriété à des fins publicitaires et la réclame s'empare de sa silhouette désormais bien reconnaissable. Ironie du sort, ce parangon de la liberté est le héros d'une série d'aventures à la gloire du colonialisme publiées par Louis Boussenard dans le Journal des voyages, sous le titre générique Le tour du monde d'un gamin de Paris. Plus fondamentalement, le gamin de Paris se transforme en “gosses des rues”. Des écrivains à tendance populiste comme Léon Frapié, des illustrateurs comme Steinlen, Naudin ou bien sûr Poulbot, nous décrivent un enfant pauvre de “la butte”ou “des fortifs”, confronté à un quotidien difficile. Assurément, le gosse de la Belle Epoque a perdu une part de la liberté de son ancêtre de la Monarchie de Juillet : le maître d'école, la famille, le concierge, le policier, le voisin, le boucher, en un mot les adultes surveillent ses jeux, ce qui est aussi la marque d'une prise de conscience des devoirs de la société à l'égard de l'enfance populaire.

2Nous avons essayé de suivre “en images”, la naissance, les évolutions, les diverses facettes de notre type social. Il nous faudra bien évidemment mettre en relation ces images avec d'autres représentations du gamin de Paris, car elles ne sont pas compréhensibles en dehors du lien intermédiatique.

I. “L'Enfant aux pistolets” ou la première apparition du “gamin de Paris” ?

I.1 Le tableau de Delacroix

3La Liberté guidant le peuple, d'Eugène Delacroix, est un tableau plus que célèbre et probablement le plus reproduit de notre pays. Cette huile polychrome sur toile de grandes dimensions, 2m60 sur 3m25, est peinte entre septembre et décembre 1830. Elle est présentée au Salon de 1831, entre le 1er mai et le 15 août. Le peintre lui a donné pour titre Le 28 juillet et pour sous-titre la Liberté guidant le peuple. Seul le sous-titre est passé à la postérité.

Fig.1 : Eugène Delacroix, la liberté guidant le peuple. L’enfant au pistolet (détail). Musée du Louvre.

4Deux enfants figurent sur le tableau. Celui de gauche est coiffé du bonnet des voltigeurs de la Garde nationale, cette milice civique bourgeoise dissoute par Charles X après une revue de troupe mouvementée, en avril 1827, où le roi est accueilli aux cris de Vive la réforme. L'enfant de droite, la faluche des étudiants en guise de couvre-chef et brandissant deux pistolets, est plus remarquable.

5La plupart des commentateurs en ont fait le prototype du gamin de Paris. En effet, Eugène Delacroix représente là un enfant du peuple (malgré sa coiffure, il ne peut s'agir d'un étudiant), participant à une insurrection urbaine symbolisée par une barricade, même si elle est peu élevée. Or, l'extraction populaire et l'appétence pour les barricades sont deux caractéristiques attribuées au gamin de Paris.

I.2 Un thème largement traité

6Cependant, Delacroix n'est pas le seul à immortaliser par l'image les Trois Glorieuses et, si la facture esthétique de son tableau lui donne une place singulière et importante dans l'histoire de l'art, les éléments que le peintre fait entrer dans sa composition se retrouvent dans bien d'autres représentations. Rappelons que, dans l'euphorie qui suit la chute de Charles X, les propos comme les images exaltent cette union de toutes les classes de la société qui a permis l'avènement du “règne de la liberté”. Pas une gravure, pas un tableau des événements de juillet qui ne s'efforcent de faire figurer tous les types sociaux parmi les insurgés. Le couvre-chef sert alors bien souvent de marqueur et le haut-de-forme du bourgeois se mêle à la casquette de l'ouvrier, le tricorne du polytechnicien au bonnet du garde national, la faluche de l'étudiant au schako de quelques vieux soldats de l'Empire. Les commentaires qui accompagnent souvent les gravures détaillent même parfois les diverses coiffes et leur signification symbolique.5

7Dans ce concert unanimiste, la participation des fils au combat des pères est glorifiée et vue comme le gage de la régénération. Alexis Eymery, par exemple, publie sous le pseudonyme de A. de Sainte un ensemble de douze histoires édifiantes, illustrées par autant de vignettes et mettant en scène des enfants et des adolescents. Dans l'introduction de son ouvrage, il écrit :

« Quoique la jeunesse ne doive s'occuper que d'études, quoique ses devoirs ne lui permettent pas de s'immiscer dans la politique, qui est du domaine de l'âge mûr, cependant l'empire impérieux des circonstances en a décidé autrement pendant les 27, 28 et 29 juillet ; c'est la jeunesse qui a presque tout fait. On a vu des enfans de Paris,6 dont la plupart étaient de jeunes ouvriers, des étudians, des apprentis, que quelques citoyens plus âgés dirigeaient parfois, donner l'impulsion et amener ce beau mouvement qui, s'emparant, en définitive, de toutes les classes de la société, a déterminé ce changement heureux dans nos institutions qui doit assurer pour toujours le bonheur des Français et des peuples qui les imiteront. »7

8Le frontispice de ce livre est formé par la vignette qui illustre la première scène de l'ouvrage, intitulée Les Barricades. Le jeune Apprenti imprimeur. (voir figure 2)

Fig. 2 : A. de Sainte, les enfans de Paris ou les petits patriotes (frontispice), Paris, Nepveu, 1831. Cliché Bibliothèque nationale de France

9Une légende nous apprend que le personnage qui va planter un drapeau tricolore au milieu de cette barricade construite au Carré Saint-Martin est un apprenti imprimeur et que l'enfant de six ans qui porte des cartouches aux combattants dans son tablier d'écolier est son petit frère. L'histoire précise que ce héros de Juillet, nommé Ernest Dutocq, avide de savoirs, est désormais patronné par une personne de qualité. Il étudie les mathématiques et prépare son entrée à Polytechnique. Tous les autres enfants et adolescents dont l'auteur nous conte l'histoire ont des vies aussi exemplaires que celle du jeune Ernest.

10Il consacre bien évidemment un chapitre à l'histoire du jeune Arcole. Arcole, dont « le souvenir demeurait chargé de valeurs révolutionnaires à la fin du Second Empire »,8 est un jeune garçon qui, durant les combats pour la conquête de l'Hôtel de Ville, se serait élancé sur la passerelle de Grève afin de planter un drapeau tricolore. La scène a été immortalisée par ailleurs dans plusieurs œuvres picturales.9 C'est lors du remplacement du vieil édifice par une construction en pierre, en 1855, que le pont prendra le nom d'Arcole. En fait, il semble que le jeune héros se nommait Jean Fournier.

11Dans le tableau qu'Hippolyte Lecomte consacre à l'un des épisodes des Trois Glorieuses, les combats de la porte Saint-Denis,10 deux enfants, dont l'un porte un fusil, sont visibles au premier plan.

Fig. 3 Hippolyte Lecomte, combats de la porte Saint-Denis. Musée Carnavalet, PMVP, cliché Toumazet

12L'enfant aux pistolets” est même présent dans le texte qui accompagne la lithographie que Jazet a tirée de cette œuvre :

« Lors de l'affaire de la porte Saint-Denis, un enfant de quinze ans s'est avancé au milieu des feux de la mitraille et de mousqueterie jusqu'auprès d'un des officiers commandant la cavalerie […] et d'un coup de pistolet il lui a cassé la tête. »11

13Dans le tableau de Philippe Auguste Jeanron,12 Les petits patriotes, même si sa facture est très différente, nous retrouvons des éléments de la composition de Delacroix : la barricade, les armes, les chapeaux (ici un tricorne de polytechnicien et un schako de lancier). La tranquillité de ces jeunes combattants, qui se reposent alors que l'échauffourée se poursuit au loin (l'un d'entre eux est même endormi), symbolise allégoriquement « le triomphe paisible du peuple sûr de son bon droit ».13

I.3 Entre Bara et Gavroche

14Tous ces tableaux, toutes ces gravures empruntent au mythe des enfants héros de la Révolution, notamment aux représentations des épopées de Bara et Viala. Une des vignettes du livre de A. de Sainte représente le jeune Émilien, « fils d'un pauvre perruquier », mourant sous les coups de sabres des cavaliers du maréchal Marmont,14 en « tenant son drapeau et en s'écriant je mœurs pour la patrie ! » C'est en criant Vive la République que Bara tombe sous les coups des Vendéens et David le peindra serrant une cocarde tricolore.15 Le petit tambour est un bon fils, qui « se bornant aux dépenses d'une absolue nécessité a fait passer à sa famille nombreuse et indigente tout ce qu'il pouvait économiser », précise la légende d'une estampe de l'an II.16 Nous trouvons les mêmes vertus chez les enfants héros de 1830, que ce soit chez A. de Sainte17 ou chez le Baron de La Mothe-Langon, auteur d'un roman dont le héros, Fanfan bonnet bleu, est un apprenti titulaire de la Croix de Juillet.18 L'association d'un enfant combattant et de la Liberté symbolisée par une femme au sein nu et coiffée d'un bonnet phrygien n'est pas l'apanage du peintre si bien chanté par Baudelaire. Nous la retrouvons également dans l'iconographie révolutionnaire.19

Fig. 4 Philippe Auguste Jeanron, les petits patriotes. Musée des beaux-Arts de Caen, cliché M. Seyve.

15Par leur extraction fréquemment populaire et leur rôle dans le soulèvement insurrectionnel, les enfants de 1830 sont proches du gamin de Paris, mais, par bien d'autres traits, ils s'en éloignent fortement. Présentés comme d'honnêtes travailleurs et des fils respectueux qui luttent aux côtés de leurs pères, comme Darruder le petit tambour de l'an II,20 ils n'ont rien d'enfants des rues plus ou moins délaissés par des familles auxquelles, de leur côté, ils chercheraient à échapper. Le tableau de Jean-Alphonse Rœhn, l'Inhumation des victimes de juillet devant la colonnade du Louvre,21 en témoigne.

16Il peint deux familles frappées par les événements. À droite, un jeune combattant mort - dont le corps d'éphèbe nous fait penser au Bara de David - est pleuré par une femme et un homme en redingote et chapeau haut-de-forme qui a participé à la lutte, comme le prouve son bras en écharpe. À gauche, deux enfants à la mise “prolétarienne” contemplent tristement un homme mort qu'une femme éplorée enlace.

Fig. 5 Jean-Alphonse Roehn, Inhumation des victimes de juillet devant la colonnade du Louvre. Musée Carnavalet, PMVP, cliché Ph. Joffre.

17Les jeunes émeutiers ont un langage toujours “politiquement correct” et très éloigné de la gouaille de Gavroche et de ses pairs. Ils ne meurent pas le lazzi à la bouche, mais se contentent de crier Vive la charte, Vive la patrie ou d'entonner des chants patriotiques.

18Il nous semble que le corpus iconographique "juvénile” de 1830 peut être vu comme un ensemble d'images intermédiaires. En effet, nous retrouvons dans ces représentations certains caractères de l’enfant-soldat héros de la Grande Révolution, mais aussi quelques traits de l’enfant-émeutier des révolutions perdues du XIXe siècle, à commencer par un statut de civil. “L'enfant aux pistolets” n'est plus vraiment le petit frère de Bara, il n'est pas encore tout à fait le grand frère de Gavroche.

II. La construction d'un archétype ambigu et ses représentations iconographiques

19Dès 1831, la quasi-unanimité faite autour de l'enfant des barricades se fissure, alors que parallèlement la silhouette du gamin de Paris se précise.

II.1 L'enfant émeutier : un héros contesté

20La participation des enfants et des adolescents aux événements de Juillet n'est guère péjorée que par quelques légitimistes. Ainsi Chateaubriand qui, dans ses Mémoires d'outre-tombe, porte un regard très négatif non seulement sur le rôle joué par la progéniture des classes populaires durant les Trois Glorieuses, mais sur leur personnalité :

« Les enfants, intrépides parce qu'ils ignorent le danger, ont joué un triste rôle dans les trois journées : à l'abri de leur faiblesse, ils tiraient à bout portant sur les officiers qui se seraient crus déshonorés en les repoussant. Les armes modernes mettent la mort à la disposition de la main la plus débile. Singes laids et étiolés, libertins avant d'avoir le pouvoir de l'être, cruels et pervers, ces petits héros des trois journées se livraient à des assassinats avec tout l'abandon de l'innocence. »22

21Cette opinion, minoritaire au lendemain des Trois Glorieuses, se renforce considérablement alors que les insurrections républicaines et les soulèvements ouvriers se multiplient. En février 1831, un service religieux à la mémoire du duc de Berry provoque une émeute et le saccage de l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois. En novembre de la même année, les canuts lyonnais se soulèvent. À Paris, les républicains prennent les armes contre le régime de Louis-Philippe en juin 1832. Ces mouvements ressurgissent dans ces deux grands bastions du républicanisme et du socialisme en avril 1834. Tous les témoignages concordent pour relever à chaque fois la participation des enfants aux combats.23 Si les républicains et les démocrates continuent de voir en eux des petits héros,24 pour les défenseurs de l'ordre instauré par “l'aristocratie des écus”, ils deviennent des “pousse à l'émeute” et de la graine de violence. Canler, ancien chef de sûreté, raconte dans ses mémoires un épisode des émeutes de 1832 qui suivent l'enterrement du général Lamarque. Un geste, bien proche de l'épisode de la porte Saint-Denis, considéré dans le contexte de 1830 comme héroïque, est réévalué dans le sens que lui donnait Chateaubriand :

« Un gamin d'une douzaine d'années, vêtu d'une veste couleur auvergnate, s'était, bon gré mal gré, faufilé au premier rang.

Tout le monde connaît cette race du gamin de Paris, qui dans nos rassemblements a toujours poussé le premier cri séditieux, dans nos émeutes a porté le premier pavé à la première barricade, et qui presque toujours a tiré le premier coup de feu.

Le mauvais garnement avait à la main un pistolet d'arçon presque aussi long que son bras, et, au moment où le commandant Chollet commençait à adresser aux individus qui l'entouraient quelques paroles qui vraisemblablement auraient désarmé leur colère, l'infernal gamin avait pressé la détente de son pistolet et avait disparu aussitôt, avant même qu'on se fût aperçu du déplorable résultat de son action. »25

22Que l'action politico-insurrectionnelle des enfants soit évaluée favorablement ou pas, elle est désormais l'œuvre des gamins. Rey-Dussueil, traducteur d'un des livres-phares du risorgimento italien, Les fiancées, d'Alessandro Manzoni, consacre un roman à l'insurrection républicaine de 1832. Joseph, fils d'ouvrier, meurt en résistant jusqu'au bout aux assauts des forces royales. Cet enfant « à l'air mutin et tendre » est, nous dit l'auteur, « le vrai type de ce qu'on est convenu d'appeler le gamin du Paris, enfants qui promettent à la France une génération de héros, bercés au bruit des gloires de l'Empire, nourris dans l'amour de la liberté et dans le mépris de la vie. Ils vont aux combats comme jadis, à leur âge, on allait au jeu. »26 Joseph est le vrai ancêtre de Gavroche… Moins de deux ans après la chute du régime de Charles X, l’enfant-émeutier ne peut appartenir qu'à “la race des gamins de Paris”et, réciproquement, derrière chaque gamin sommeille un émeutier. De la rue Transnonain27 à la Commune, il n'y a guère d'images de barricades d'où sa silhouette soit absente. La vision développée par les artistes à l'égard de cet enfant dépendra aussi de leur opinion face aux mouvements insurrectionnels du XIXe siècle et, plus globalement, de la manière dont ils appréhendent le peuple. Le gamin sera représenté tantôt comme un « singe étiolé et laid […] cruel et pervers », tantôt comme un héros « mutin et tendre ».

II.2 La construction de l'archétype

23La construction de l'archétype du “gamin de Paris”mobilise, nous l'avons dit, dans les années 1830-1840, toutes les formes de littérature. Les tableaux de Paris, genre inauguré au XVIIIe siècle par Louis-Sébastien Mercier, comme les fresques dédiées à la France pittoresque, réservent désormais un chapitre à cet enfant un peu particulier de la capitale. Les physiologies28 ne pouvaient pas éviter ce type et le théâtre se devait de lui consacrer quelques pièces. La chanson et la poésie ne sauraient l'ignorer. Les diaristes et autres auteurs de mémoires, s'ils ne sont pas strictement provinciaux, le croisent nécessairement. Les romanciers en font un personnage au moins secondaire de leurs intrigues. Il ne s'agit pas ici d'analyser, même succinctement, cette masse d'imprimés à plus ou moins grand tirage, mais de voir comment ces textes sont, directement ou indirectement, illustrés au sens premier du terme.

24Les arts graphiques, comme la littérature, représentent le gamin sous un jour plus ou moins favorable. Cependant, au-delà des contrastes, nous trouvons un socle commun sans lequel l'archétype n'existerait pas. Le gamin, qu'on le vilipende ou qu'on l'encense, conserve toujours certaines caractéristiques que les artistes s'efforcent de souligner dans leurs dessins ou tableaux.

II.2.1 Le gamin : un enfant du peuple

25S'il peut y avoir un doute sur l'identité sociale de l'enfant de 1830, si, selon les sources, le jeune Arcole est étudiant comme sur une gravure anonyme conservée au musée Carnavalet,29 ou ouvrier comme sur une gravure de Goblain,30 il n'y a pas d'hésitation sur l'origine populaire du gamin.

Fig. 6 Anonyme, Pont d’Arcole, le 28 juillet 1830. Musée Carnavalet, estampe, PMVP, cliché R. Briant.

Fig. 7 Goblain, Hôtel de Ville (Pont d’Arcole). Musée Carnavalet, estampe, PMVP, cliché inconnu.

26Les auteurs qui partagent la vision positive de Georges d'Outremont en font un apprenti : « Le gamin a de dix à quinze ans ; fils d'ouvrier, il est apprenti… »31 ; un apprenti peu discipliné qui, « oubliant tout à fait la commission dont il est chargé, vague dans les rues, flâne aux devantures des boutiques, fait la grimace aux marchandes, des niches aux passants, aigrit le caractère des chiens et parcourt gaiement la capitale assis sur le marchepied des voitures »32. Quand la légende noire l'emporte, il devient un enfant naturel, né dans une mansarde, engendré par le vice, l'alcoolisme, l'irréligion et la misère.33

27Pour traduire cette extraction plébéienne, peintres, dessinateurs ou caricaturistes utilisent le vêtement qui, au XIXe siècle, dit beaucoup de l'appartenance de classe. Nous pourrions penser que tous les artistes qui ont peint, gravé ou dessiné un gamin ont lu Paris ou le livre des cent-et-un, tant nous retrouvons sous leurs pinceaux, leurs burins ou leurs plumes la description de Georges d'Outremont :

« Et puis le gamin n'a pas de costume attitré ; il porte tantôt le tablier vert, ou la blouse noircie par le fer ; tantôt un bonnet de papier, une chétive casquette, une calotte à la grecque. Pour des bas, c'est du luxe ; pas de mouchoir de poche, à quoi bon ; quelques lambeaux de chemise passent à travers son pantalon troué, et complètent son costume. Il faut que ses vêtements soient percés, ou du moins qu'ils aient des pièces non assorties. »34

28Le tableau d’Ernest-Louis Pichio,35 avec son petit coursier qui a encore sa hotte sur le dos et l'enfant qui, au premier plan, ramasse un fusil, fournit un bon exemple de représentation de la vêture du gamin, mais c'est tout notre corpus qui aurait pu être appelé pour illustrer notre propos.

Fig. 8 Ernest-Louis Pichio, Alphonse Baudin sur la barricade. Musée Carnavalet, PMPV, cliché R. Briant.

II.2.2 Le gamin : un amateur de spectacles, joueur, frondeur et moqueur

29Le gamin a un « goût immodéré pour les spectacles du boulevard, sans parler de ceux de la rue, où il forme toujours le premier noyau du cercle. […] Il est l'ami et le public de tous les plaisirs gratuits, et vous le trouverez tour à tour au spectacle de la morgue, à celui de Guignol, dans le cercle d'un chanteur ou d'un équilibriste en plein vent. On connaît son fanatisme pour certaines pièces et pour certains acteurs des théâtres populaires », écrit Victor Fournel en 1867.36 L'auteur de Ce qu'on voit dans les rues de Paris reprend là un trait de caractère bien établi. Déjà en 1831, dans ses Scènes populaires, Henri Monnier raconte les efforts de Titi et Lolo pour assister à une exécution capitale37 et M.-A. Bazin, dans ses Esquisses de Paris, note, tout comme Georges d'Outremont, cette aptitude à être « toujours le premier là où il y a quelque chose à voir ».38 Aussi, quand il n'est pas représenté comme soldat de quelque révolution plus souvent perdue que victorieuse, le gamin est au poulailler d'un théâtre, comme sur une lithographie de Provost, au premier rang d'un attroupement écoutant un bonimenteur, perché sur un lampadaire pour voir passer une revue ou mieux observer la guillotine39 et, bien sûr, dans la foule en liesse d'un quelconque carnaval.40

30« Encore un an de bouchon41 et ce sera fini », promet Joseph, le gamin de Paris de la pièce éponyme de Bayard et Vanderbusch. Ces auteurs de pièces de boulevard soulignent là un trait de caractère maintes fois relevé : « Le gamin est joueur, mais joueur dans l'âme, joueur avec frénésie. […] C'est avec passion qu'il joue des gros sous ; vous jouez de l'or : voilà la différence. Le jeu national du gamin, c'est le bouchon. »42 Frégier en fait une cause importante de la déviance juvénile des enfants des classes laborieuses ; « il était joueur, il devient vagabond », écrit-il, avant de décrire la façon dont le vagabondage conduit à la délinquance.43

31Face au canon, au théâtre ou dans la rue, le gamin braille, raille, gouaille. Si tous les textes qui lui sont consacrés, avant ou après Victor Hugo, s'arrêtent sur son langage et soulignent sa tendance à se moquer de ses contemporains, surtout ceux qui, de près ou de loin, ont à voir avec l'autorité, il est plus difficile de traduire par l'image la faconde de nos titis44 parisiens. Le côté frondeur du personnage est cependant bien rendu par Daumier : pour illustrer les journées de février 1848, il juche sur le trône de Louis-Philippe un ancêtre de Gavroche à l'air goguenard.45

Fig. 9 Honoré Daumier, Le Charivari, 4 mars 1848. BHVP, cliché M. Basdevant.

II.2.3 Le gamin : un vagabond parisien

32Le gamin vague, vaque, erre, flâne, muse, se promène. Cette propension à parcourir le pavé parisien, parfois considérée avec sympathie, devient le plus souvent la matrice de toutes les déviances qui, plus ou moins brutalement, transforment le gamin en "pâle voyou". Sur ce point, il est facile de croiser les discours du philanthrope Bérenger de la Drôme devant les assemblées plénières de la Société pour le patronage des jeunes libérés du département de la Seine46 ou les descriptions de Frégier47 avec les propos lus dans les littératures pittoresques. En effet, l'archétype est construit alors que les observateurs sociaux et les “bienfaiteurs de l'humanité” découvrent le vagabondage juvénile, et les discours sur l'enfance populaire s'interpénètrent autant que les discours sur le crime de la Belle Époque étudiés par Dominique Kalifa.48 Louis Chevalier a relevé dans Les mystères de Paris et Les misérables, les emprunts à Frégier de Sue et Hugo.49 Nous pouvons aussi repérer dans Frégier les emprunts à Bérenger (Frégier est membre de la Société pour le patronage des jeunes libérés du département de la Seine) et, dans les rapports de Bérenger, les emprunts à la littérature pittoresque.

33Le sentiment de cette errance juvénile est si fort que, même si les auteurs évoquent l'atelier et l'usine (où le gamin est initié au vice), même si la locution “galopin industriel”est utilisée comme synonyme de gamin,50 notre personnage n'est jamais représenté dans un lieu de travail. Il est toujours croqué dehors, sur une barricade, dans un lieu de spectacles ou de plaisirs (théâtre ou cabaret). Par réciproque, si des enfants sont représentés au travail, les légendes et sous-titres ne parlent pas de gamin, alors que le mot lui-même est issu de l'atelier.51

34Last but not least, même si quelques auteurs se consacrent aux gamins de Londres52 ou de Lyon,53 le véritable gamin ne peut être que de Paris. « Il lui faut l'air de la Seine et les rumeurs du faubourg pour donner à son sang cette ardeur fiévreuse et vagabonde, pour allumer dans ses veines cette flamme intérieure qui l'anime et le consume. »54 L'évidence est telle, que les artistes cherchent rarement à souligner le fait en situant nos gamins dans un décor explicitement parisien. Les arrières-plans sont simplement urbains, sans que nous puissions désigner une ville précise.

II.3 Les images contrastées du gamin de Paris

35Au-delà de ces traits communs, le gamin a une face de lumière et une face d'ombre. S'il peut être présenté comme farceur, gouailleur, indiscipliné, mais bon, généreux, courageux, comme dans la pièce de Bayard et Vanderburch,55 il effraye aussi bien les frères Goncourt que l'inspecteur des prisons Moreau-Christophe, qui en font le symbole du vice.56 En réalité, dans la masse des textes qui lui sont consacrés, les opinions négatives l'emportent largement et, pour la majorité de “la classe qui écrit”, le gamin appartient indiscutablement “aux classes dangereuses”. Dès 1831, Auguste Barbier, auteur de Iambes et poèmes, transforme les petits patriotes de A. de Sainte en voyous :

« La race de Paris, c'est le pâle voyou
Au corps chétif, au teint jaune comme un vieux sou ;
C'est l'enfant criard que l'on voit à toute heure
Paresseux et flânant, et loin de sa demeure
Battant les maigres chiens, ou le long des grands murs
Charbonnant en sifflant mille croquis impurs57 ;
Cet enfant ne croit pas, il crache sur sa mère,
Le nom de ciel pour lui n'est qu'une farce amère ;
C'est le libertinage enfin en raccourci ;
Sur un front de quinze ans c'est le vice endurci.
[…]
Ô race de Paris, race au cœur dépravé,
Race ardente à mouvoir du fer ou du pavé !
Mer, dont la grande voix fait trembler sur les trônes
Ainsi que des fiévreux tous les portes-couronnes !
Flot hardi qui trois jours s'en va battre les cieux,
Et qui retombe après, plat et silencieux ! » 58

36La face sombre du gamin, sa légende noire, aurait pu être personnalisée par Tortillard. Fils, comme Gavroche, d'un aubergiste véreux, mais malingre et contrefait, cruel et même sadique, nous trouvons dans le personnage inventé par Eugène Sue bien des éléments mis en avant par les contempteurs des enfants des classes dangereuses. Mais l'auteur des Mystères de Paris n'a pas fait de lien entre le rejeton de Bras-Rouge et le type “gamin” pourtant désormais bien individualisé. Le mot gamin ne figure jamais dans l'ouvrage pour désigner Tortillard.

37Dans l'iconographie, nous retrouvons les deux faces du gamin (voir figures 10, 11 et 12). Cependant, faute d'un inventaire exhaustif, nous ne pouvons pas affirmer que la tendresse d'un Gavarnie ou d'un Charlet l'emporte sur la dureté d'un Travies (qui semble avoir illustré le poème de Barbier) ou d'un Markl, même si, dans le corpus que nous avons constitué, la lumière l'emporte sur l'ombre.

38Dans son versus voyou, le gamin est, comme l'écrit, entre autres, le philanthrope belge Ducpétiaux, tôt initié à tous les vices :

« L'apprenti se fait gamin à Paris, il devient polisson dans nos grandes villes. Il s'essaye à boire, à fumer ; il jure. Au sortir de l'atelier il est bruyant, querelleur ; ses jeux ne sont plus ceux des enfants de son âge. Il a dépouillé la robe d'innocence, et l'a jetée loin de lui. »59

39La présence d'une pipe ou d'un cigare à un sou, qu'il fume « aux jours solennels »,60 nous renvoie vers la légende noire… D'ailleurs, Gavroche ne fume pas…

Fig. 10 Nicolas-Toussaint Charlet, illustration pour “Le Gamin de Paris” de Jules Janin dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, 1840. BHVP, cliché M. Basdevant.

Fig . 11 Gavarni, illustration pour “Le Gamin de Paris” de Jules Janin dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, 1840. BHVP, cliché M. Basdevant.

Fig. 12 Charles Joseph Travies de Villiers, Titi le talocheur, galerie physionomique n° 26. Musée Carnavalet, PMVP, cliché I. Andréani.

II.4 L'héroïsation hugolienne et les images de Gavroche

40En 1862, après la publication des Misérables, le gamin se personnalise. Plus encore que Joseph, le premier rôle de la pièce jouée par Bouffé, Gavroche, généreux, drôle et courageux, est un héros positif. Remarquons tout de même, après Guy Rosa, que « Gavroche ne fonctionne pas seul mais en relation avec Petit-Gervais, qui est son passé historique, et avec Montparnasse, qui est son avenir personnel. »61 Si le cadet des Thénardier ne suit pas la pente fatale de Montparnasse, s'il reste de bout en bout un héros positif, c'est qu'il meurt sur la barricade. Nous n'analyserons pas ici la construction du personnage Gavroche. Nous retiendrons simplement que Victor Hugo n'innove pas vraiment. Il consacre un chapitre au gamin en général, où nous retrouvons, dans leurs acceptions positives, toutes les caractéristiques de l'archétype que nous avons énumérées,62 avant de nous présenter Gavroche comme « un petit garçon de onze à douze ans qui eût assez correctement réalisé cet idéal du gamin ébauché plus haut. »63 Vu le retentissement des Misérables, cet “idéal du gamin”, idéal dans les deux sens du terme, tend à se substituer aux descriptions moins héroïques. Autrement dit, après la publication des Misérables, « la profusion des images s'évanouit »64 et, alors même que les appréhensions partiellement ou totalement négatives l'emportaient, survit essentiellement dans la mémoire collective l'image de cet enfant partageant le peu qu'il possède avec plus déshérité que lui, avant de mourir héroïquement sur une barricade au nom de la liberté. Le vicomte d'Haussonville a beau regretter, dans la Revue des deux mondes, ce manque de réalisme, la vision hugolienne s'impose :

« Ce type bien connu devient, sur la scène ou dans la fiction, le gamin de Paris de Bouffé ou le Gavroche des Misérables,65 c'est-à-dire un mélange attrayant d'esprit, de courage et de sensibilité. Dans la réalité, c'est un être profondément vicieux, familier depuis son jeune âge avec les dépravations les plus raffinées, un mélange de ruse, de couardise et, un jour donné, de férocité. »66

Fig. 13 Victor Hugo, Gavroche à onze ans. Maison de Victor Hugo, PMVP, cliché R. Briant.

41Dans cette “victoire”posthume de Gavroche, la figuration a-t-elle jouée un rôle ? Les représentations de Gavroche contribuent sûrement à fixer l'image de “l'idéal du gamin”. En tout cas, le petit héros de l'auteur d'Hernani est très vite croqué. Victor Hugo lui-même en fait plusieurs portraits.67 Il semblerait que, pour faire son célèbre dessin à l'encre de Chine, Gavroche à onze ans, il ait suivi la description de Georges d'Outremont :

« Chaque fois que vous le rencontrerez, il aura l'air de vous narguer avec ses longs cheveux en désordre, son nez retroussé et sa bouche sardonique, l'air railleur et surtout insolent. »68

42Tous les illustrateurs des Misérables représentent Gavroche. Ils cherchent à rendre l'esprit, la générosité et le courage du jeune garçon. En face du livre premier de la troisième partie, Paris étudié dans son atome, ils en dressent comme Émile Bayard le portrait en pied, en soulignant le côté farceur et ludique. Surtout, ils mettent Gavroche en situation dans les deux épisodes du roman où il montre sa générosité et son courage : le sauvetage des enfants de la Magnon, qui sont en fait ses frères, et l'insurrection. François Flameng, par exemple, nous offre un beau dessin de Gavroche et des deux “mioches”.69

Fig. 14 François Flameng, Gavroche. Collection de l’auteur, cliché M. Basdevant.

43Les illustrateurs de l'édition Eugène Hugues,70 comme Brion,71 mettent en image l'action de Gavroche aux divers moments de l'insurrection. La mort tragique de Gavroche, quand la petite grande âme s'envole, est toujours représentée dans les éditions du XIXe siècle.

44En 1872, Victor Hugo “ressuscite”Gavroche le temps d'un poème de l'Année terrible. Un jeune communard de 12 ans demande l'autorisation de porter sa montre à sa mère avant d'être fusillé…

[…]
- Piège grossier !
Et les soldats riaient avec leur officier,
Et les mourants mêlaient à ce rire leur râle ;
Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.

45Dans l'édition illustrée du recueil,72 Léopold Flameng fixe la scène.

Fig. 15 Léopold Flameng, “Me voilà”, L’année terrible, Paris, 1873. Collection de l’auteur, cliché M. Basdevant.

III. Du gamin de Paris au gosse des rues

III.1 La fin du gamin

46Le gamin participe donc à la Commune, Victor Hugo lui-même en convient. Il est partout présent, dans l'iconographie, dans les archives militaires, dans l’Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars… Après le dernier grand soubresaut révolutionnaire du XIXe siècle, si l'on en croit Pierre Larousse, « le gamin admirablement dépeint par Victor Hugo se fait rare, grâce à la sévérité des lois sur le vagabondage ; on rencontre bien quelques pâles voyous ; mais le vrai gamin, le gavroche dont le romancier nous a laissé l'inimitable portrait est disparu ».73 En fait, le gamin ne disparaît pas totalement, mais c'est sous une forme bien abâtardie qu'il survit.

47D'abord le gamin devient un "agent publicitaire". La réclame utilise sa silhouette, « preuve que l'image reste ancrée dans l'imaginaire »,74 pour vanter les mérites de divers produits.

48Ensuite, le gamin, dont Victor Hugo disait : « Pour eux, à deux lieues des barrières, il n'y a plus rien »,75 entreprend un tour du monde et se fait colonisateur. En 1879, dans le Journal des voyages, sous la “conduite”de Louis Boussenard, notre héros, trahissant la liberté qu'il avait chérie jusqu'à la mort (!), entreprend un périple autour du monde qui semble destiné à promouvoir la politique coloniale de la France.76 Le feuilleton sera repris en volumes et, dans les années 1880-1890, ce succédané de gavroche parcourt l'Océanie77 et l'Asie,78 en passant par l'Afrique.79

49Dans le dernier quart du XIXe siècle, le gamin est devenu une image anecdotique80 et, s'il est encore représenté, il est très largement déréalisé. Comme le petit Savoyard ou la Bretonne en coiffe, il relève de plus en plus d'un folklore suranné. Un autre type le remplace : le gosse des rues, le môme de la Butte.

III.2 Le gosse des rues

50Un véritable travail sur les représentations de l'enfance à la Belle Époque dépasse largement l'objet de cette étude. La production des Naudin, Steinlen, Willette ou Poulbot est trop riche pour être traitée en si peu de lignes. Nous voulons juste introduire quelques remarques sur les écarts et les continuités entre le gosse et le gamin.

III.2.1 Un nouveau regard sur l'enfance

51Le début de la Troisième République correspond à un développement considérable de la notion d'intérêt de l'enfant.81 Les lois scolaires, les lois réglementant le travail des enfants, les lois protectrices qui n'épargnent plus la "divine”puissance paternelle,82 élaborées durant les premières décennies du nouveau régime, attestent, par leur nombre et plus encore par leur effectivité, de l'importance de ce souci de l'enfance. Dans ce contexte, les enquêtes se multiplient et la déviance juvénile est de plus en plus souvent corrélée au milieu socio-familial dans lequel évolue l'enfant. Jules Simon, auteur de L'ouvrier de huit ans, parle des « orphelins qui ont le malheur d'avoir des parents », pour désigner les mineurs concernés par la loi de 1889.

52La littérature, et notamment la littérature dite populiste,83 mais aussi le naturalisme84 incorporent ce nouveau regard sur l'enfant. Dès lors, le roman nous propose une vision plus “réaliste”de la vie enfantine. Prolongeant les enquêtes des spécialistes, les romanciers rendent compte du quotidien avec un souci du détail que le renvoi au type cohérent constitué par le gamin épargnait au narrateur précédent.

53Jusque-là, seul Hugo avait détaillé avec un minimum de minutie les jeux des gamins. Généralement, les auteurs soulignaient le ludisme de ces petits parisiens et, en particulier, leur goût pour le “bouchon”…, mais il fallait avoir recours au dictionnaire pour savoir en quoi ledit bouchon consistait. Zola, lui, décrit soigneusement les jeux de Muche85 et Frapié ceux des bambins de la maternelle.86 Les relations enfants/adultes sont désormais au cœur du dispositif narratif. Le gamin est sans famille ou il entretient avec elle des liens distendus ; le gosse en a une qui pèse de tout son poids et est présente jusqu'au milieu de ses jeux, qui sont souvent des mises en scène du quotidien familial. Enfin, les rapports de genre et la curiosité sexuelle ne sont plus occultés, alors même que le gosse est bien souvent plus jeune que le gamin (8-11 ans contre 12-15 ans). Par contre, si le gamin lisait fréquemment « quelques vieux fragments du Constitutionnel dans lequel il puise la haine des tyrans et l'amour du peuple »,87 le gosse semble moins politisé.

54Les crayons de Naudin, de Steinlen, de Willette et, bien sûr, de Poulbot88 traduisent graphiquement cette transformation du regard. Ils montrent aussi qu'entre Gavroche et les petits héros anonymes qu'ils croquent, notamment dans l'Assiette au beurre, la rupture n'est pas totale.

III.2.2 Continuités et ruptures

55Le gosse partage avec le gamin plus d'un trait de caractère, et d'abord son extraction populaire qui se lit directement sur le vêtement. Il est aussi farceur, gouailleur et insolent, aussi irrespectueux des autorités, fussent-elles religieuses, mais beaucoup plus surveillé que son aîné.

56On a pu écrire, à propos des petits poulbots, que « ce gosse des faubourgs vit, en toute innocence, sans ressentiment ni révolte, une situation sociale révoltante ».89 Le propos est par trop absolu ; la révolte, du moins jusqu'en 1914, n'est pas absente chez les enfants qui naissent sous la plume de Francisque Poulbot. Il suffit de contempler la couverture qu'il réalise en novembre 1910 pour le journal libertaire Les hommes du jour ou la une de l'Humanité du 1er mai 1911, légendée « Aux Petits Prolétaires l'Avenir appartient », également due à sa plume, ou encore le dessin qu'il exécute pour le supplément du Socialisme, journal de Jules Guesde, où l'un de ses gosses crie Vive la Commune.90

Fig. 16 Dessin de Poulbot pour le journal libertaire Les Hommes du jour. Collection de l’auteur.

57Même si Victor Hugo note : « Quelquefois, dans ces tas de garçons, il y a des petites filles »,91 le gamin n'a pas vraiment de féminin. D'ailleurs, le père des Misérables ne consacre que quatre lignes à la gamine sans même la nommer et le lexicographe soulignera, dix ans plus tard, la rareté de l'usage du féminin.92 Les filles du peuple ont généré un autre archétype, la grisette et, même si Jules Janin93 unit fraternellement Rigolette94 et Gavroche, le frère et la sœur ne se fréquentent pas. Pour le moins, aucun crayon, aucune plume, aucun pinceau n'a portraituré de gamines. Rien de tel avec les gosses. Le mot, qu'un changement de genre ne modifie pas, est usité pour les deux sexes et les illustrateurs ont dessiné autant de gosses en jupes que de gosses en pantalons. Surtout, la question des rapports entre hommes et femmes, garçons et filles, inexistante dans le monde de la gaminerie,95 est omniprésente dans l'univers des gosses. Elle surgit à travers les nombreux échos de la vie familiale qui transparaissent dans les jeux des enfants. Nos dessinateurs dénoncent notamment la violence des relations intrafamiliales. Souvent néo-malthusiens, ils critiquent le “lapinisme”de certains milieux populaires. Enfin, contrairement au gamin, le gosse n'est pas plus ou moins asexué. Il est plein d'une curiosité que Poulbot a traduite avec beaucoup d'humour dans Les hommes du jour. Humour qui lui vaut les foudres du sénateur Bérenger, surnommé le Père la pudeur, qui essaie de le faire condamner pour outrage aux bonnes mœurs.

Fig. 17 Francis Poulbot, “La première cigarette”, Les Hommes du jour. Collection de l’auteur.

Conclusion

58La nouvelle image de l'enfant pauvre de Paris est fabriquée à base de petites touches, de saynètes réalistes, de notations éparses qui relèvent « d'une esthétique du fragment »96. Cet enfant est d'abord un enfant victime, même s'il n'est pas totalement sans défenses. L’archétype du gamin qui englobait l'enfance “classe dangereuse”et l'enfance “classe malheureuse”a éclaté. La Troisième République entend bien faire profiter du progrès l'enfance populaire. Elle a conçu pour atteindre ce but une formidable machine à intégrer et à acculturer : l'école républicaine gratuite, laïque et obligatoire. Parallèlement, elle s'efforce de mieux identifier et protéger l'enfant malheureux, comme le montre le vote de la loi du 24 juillet 1889 relative à la protection des enfants maltraités ou moralement abandonnés ou celle du 19 avril 1898 sur la répression des violences, voies de fait, actes de cruauté et attentats commis envers les enfants. Désormais, pour personnifier le “péril jeune”, il faudra une figure plus irrémédiablement négative que le gamin ou que le pauvre gosse. C'est dans l'Apache, plus âgé, inéducable et inassimilable, que l'on retrouvera le symbole des classes dangereuses juvéniles.

Haut de page

Notes

1 Nous pouvons contempler une statue dédiée À la grisette au carrefour de la rue du Faubourg-du-Temple et du boulevard Jules-Ferry.
2 Il s'agit plus précisément d'un petit bronze de l'acteur Bouffé dans le rôle du “Gamin de Paris” dans la pièce éponyme de Bayard et Vanderbusch. Cette œuvre date de 1837 et est visible au Musée des arts décoratifs.
3 Luce Abélès, “Le gamin de Paris”, Cahiers-Musée d'art et d'essai, 1985, p. 11. Nous devons beaucoup à cette remarquable présentation.
4 Frédéric Chauvaud, “Gavroche et ses pairs : aspect de la violence politique du groupe enfantin en France au XIXe siècle”, Cultures & conflits, n° 18, été 1995, p. 21-33.
5 Voir, par exemple, Le 28 juillet, défense d'une barricade, gravure “à la manière noire” de Marriner, BN, Estampe, ou le tableau d'Hippolyte Lecomte, Combat de la rue de Rohan, musée Carnavalet.
6 Souligné par l'auteur.
7 A. de Sainte, Les enfans de Paris ou les petits patriotes, scènes de courage, de présence d'esprit, de magnanimité, de grandeur d'âme et de désintéressement de la jeunesse parisienne pendant les journées des 27, 28, 29 juillet 1830, Paris, Nepveu, 1831, p. 10.
8 Jean Maitron, [dir.], Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières, 1964, tome 1. A. de Sainte fait d'Arcole un apprenti serrurier.
9 La scène du pont de Grève a notamment été peinte par M.A. Bourgeois, Prise de l'Hôtel de Ville, Musée de Versailles, MV. 5186.
10 Hippolyte Lecomte, Combats à la porte Saint-Denis, Paris, Musée Carnavalet,
11 Cité par Luce Abélès, art. cit. , p. 11.
12 Sur ce peintre, voir Madeleine Rousseau, La vie et l'œuvre de Philippe-Auguste Jeanron, Paris, Réunion des Musée nationaux, 2000, 356 p.
13 Luce Abélès, art. cit., p. 9.
14 Le maréchal Marmont, duc de Raguse, major général de la Garde royale, s'est vu confier par Charles X la répression du soulèvement.
15 Jacques-Louis David, La mort de Bara, musée Calvet, Avignon.
16 Mort de Bara dédiée aux jeunes Français. Dessiné et peint par P. L. Debucourt, an II., BN, Estampe, collection Hennin.
17 L'apprenti serrurier Arcole donnait scrupuleusement à sa mère les 5 francs que son patron lui remettait chaque semaine.
18 Etienne-Léon de la Mothe-Langon, Le gamin de Paris histoire contemporaine, Paris, C. Lachappelle, 1833, 5 vol. in 12.
19 Bara couronné par la Liberté, gravure à l'aquatinte de Boissier, BN, Estampe, collection de Vinck.
20 « Le petit tambour Darruder combattait aux côtés de son père, quand ce dernier fut tué […] ; s'emparant du pistolet de son père, il tua le meurtrier et continua à battre la charge ». Raymonde Monnier, “Le culte de Bara en l'an II”, dans Joseph Bara (1779-1793). Pour le deuxième centenaire de sa naissance, Paris, Ville de Palaiseau, Société des études robespierristes, 1981, p. 51.
21 Jean-Alphonse Rœhn, Inhumation des victimes de juillet devant la colonnade du Louvre, musée Carnavalet.
22 François René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, (1841), rééd. Paris, Gallimard, 1951, tome II, p. 430, cité par Jean-Pierre A. Bernart, Les deux Paris. Les représentations de Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle, Paris, Champ Vallon, 2001, p. 254.
23 Pour Lyon, voir par exemple les témoignages de Jean-Baptiste Montfacon ou d'Eugène Baune, cités par Fernand Rude, La révoltes des canuts 1831-1834, Paris, François Maspéro, 1982, p. 41 : ou celui d'Aimable Guillon, cité par Maurice Moissonnier, Les canuts, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1988, p. 188. Pour Paris, voir entre autres Alexandre Dumas, Mes mémoires (1831-1833), rééd. Paris, Robert Laffont, 1989, p. 835 ; ou Mémoires de Canler, ancien chef de sûreté, édition présentée et annotée par Jacques Brenner, Paris, Mercure de France, 1968, p. 105-106. Mais on pourrait citer bien d'autres textes.
24 Voir, par exemple, le personnage de Joseph dans Antoine-François-Marius Rey-Dussueil, Le cloître Saint-Merry, Paris, A. Dupont, 1832, 405 p.
25 Mémoires de Canler, ancien chef de sûreté, op. cit., p. 105-106.
26 Antoine-François-Marius Rey-Dussueil, op. cit., p. 72-73, cité par Luce Abélès, art. cit., p. 9.
27 Célèbre épisode des révoltes de 1834 immortalisé par Honoré Daumier.
28 Sur ce genre littéraire, voir Richard Sieburth, “Une idéologie du lisible : le phénomène des Physiologies”, Romantisme, 1985, n° 47, p. 39-60.
29 Pont d'Arcole, le 28 juillet 1830, Eau forte burin et pointillé, Musée Carnavalet.
30 Goblain, Hôtel de Ville (Pont d'Arcole), Estampe, Musée Carnavalet.
31 Georges d'Outremont, “Le gamin de Paris”, dans Paris ou le livre des cent-et-un, Paris, 1832, p. 125.
32 Louis Huart, Physiologies du flâneur, Paris, Lavigne, 1841, p. 69.
33 Ernest Bourget, Physiologie du gamin de Paris. Galopin industriel, Paris, J. Laisné, 1842, (chapitre 2, "Naissance du gamin").
34 Georges d'Outremont, op. cit., p. 126-127.
35 Ernest-Louis Pichio, Alphonse Baudin sur la barricade, musée Carnavalet.
36 Victor Fournel, Ce qu'on voit dans les rues de Paris, Paris, Dentu, 1867, p. 350.
37 Henry Monnier, Scènes populaires dessinées à la plume, Paris, Canel, 1831, p. 97-110.
38 M.-A. Bazin, L'époque sans nom, esquisses de Paris 1830-1833, Paris, A. Mesnier, 1833, cité par Luce Abélès, art. cit., p. 2.
39 Vignette en couleur du livre d'Henry Monnier, op. cit., p. 96.
40 Voir par exemple Jean Pezous, La descente de la Courtille, musée Carnavalet.
41 Le bouchon est un jeu dans lequel on met des pièces de monnaie sur un bouchon qu'il s'agit d'abattre avec un palet (Émile Littré).
42 Georges d'Outremont, op. cit., p. 133.
43 H.-A. Frégier, Des classes dangereuses de la population des grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, Paris, 1840, vol. 2, p. 69-73.
44 Titi est utilisé comme nom propre dès 1830 et comme substantif synonyme de gamin dans les années 1860, notamment par Victor Fournel, op. cit., p. 351.
45 Honoré Daumier, “Le gamin de Paris aux Tuileries”, Le Charivari, 4 mars 1848.
46 Société pour le patronage des jeunes libérés du département de la Seine, Assemblée du 18 mars 1834, rapport du président Alphonse Bérenger (de la Drôme), p. 12-13.
47 H.-A. Frégier, op.cit., Paris, 1840, vol. 1, p. 195-200.
48 Dominique Kalifa, L'encre et le sang, Paris, Fayard, 1995, 350 p.
49 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Plon, 1958, p. 37 et p. 120-130.
50 Voir le titre de la Physiologie d'Ernest Bourjet, op. cit.
51 Selon l'Encyclopédie, un gamin est l'aide d'un souffleur de verre.
52 Marie Théaulon de Lambert, Jules Gabriel de Lurieu, Le gamin de Londres, comédie-vaudeville en 3 actes, Porte-Saint-Martin, 1841, Paris, imp. Boulé, (s.d.), 29 p.
53 Le gamin de Lyon, Bordeaux, imp. H. Grazay, 1843, n. p.
54 Victor Fournel, op. cit., p. 357-358.
55 Jean-François-Albert Bayard, Emile Vanderburch, Le gamin de Paris, comédie-vaudeville en 2 actes, Paris, Dubuisson, (s.d.). La pièce, dont le rôle-titre est tenu par Bouffé, est jouée au Gymnase (Bonne Nouvelle) plus de 300 fois.
56 Voir encadré.
57 Dans les textes plus favorables, le gamin dessine des poires sur les murs (la poire est la synecdoque caricaturale de Louis-Philippe). Voir, par exemple, Louis Huart, op. cit., p. 73.
58 Auguste Barbier, Iambes et poèmes, Paris, Paul Masgana, 1840, p. 94 et 96. Ce poème, composé en octobre 1831, est cité par plusieurs auteurs, notamment par Ernest Bourget, op. cit., p. 32.
59 Edouard Ducpétiaux, De la condition physique et morale des jeunes ouvriers et des moyens de l'améliorer Bruxelles, Méline, Cans et compagnie, 1843, p. 37.
60 Victor Fournel, op. cit., p. 356.
61 Guy Rosa, “Histoire sociale et roman de la misère : Les misérables de V. Hugo”, Revue d'histoire du XIXe siècle, n° 11, 1995, p. 101.
62 Victor Hugo, les Misérables, (1862) 3e partie, livre premier, “Paris étudié dans son atome”, rééd. Paris, Robert Laffont, 1985, p. 457-470.
63 Ibid., p. 470-471.
64 Frédéric Chauvaud, art. cit., p. 25.
65 Nous retrouvons le même rapprochement Hugo/Bouffé à l'article gamin du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse. Mais là, la vision est positive.
66 Vicomte d'Haussonville, “L'enfance à Paris”, Revue des deux mondes, 1er juin 1878, p. 600.
67 Victor Hugo, Gavroche à six ans, dessin à l'encre de chine ; Gavroche rêveur, dessin à l'encre de chine ; Gavroche à onze ans, dessin à l'encre de chine. Tous ces dessins sont conservés à la Maison de Victor Hugo.
68 Georges d'Outremont, op. cit., p. 140.
69 Dessin exécuté pour l'édition J. Hetzel – A. Quantin, dite ne varietur, de 1881.
70 Eugène Hugues, éditeur (impr. J. Claye), s.d. (1879-1882), 5 vol. Grand in 8°. Dessins de Lix, E. Bayard, Brion, H. Scott, E. Morin, D. Vierge, Valnay, A. de Neuville, des Brosses, J. P. Laurens, A. Marie, E. Zier, E. Delacroix, Vogel, Hersent, Haenens, Benett.
71 Brion réalise 200 dessins pour illustrer l'édition J. Hetzel et A. Lacroix de 1865.
72 Victor Hugo, L'année terrible, illustration de Léopold Flameng, Paris, Levy Frères, 1873.
73 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, cité par Luce Abélès, art. cit., p. 12. L'article du “Larousse” est de 1872.
74 Luce Abélès, art. cit., p. 12.
75 Victor Hugo, op. cit., p. 461.
76 Sur le colonialisme de Boussenard, voir Jean-Marc Proust, “Idéologie nationale et roman populaire sous la IIIe République”, Tapis-Franc. Revue du roman populaire, n° 8, 1997, p. 102-103.
77 Louis Boussenard, Les aventures d'un gamin de Paris à travers l'Océanie, Paris, E. Dentu, 1883, 403 p.
78 Louis Boussenard, Les aventures d'un gamin de Paris au pays des tigres, Paris, Librairie illustrée, 1886, 343 p.
79 Louis Boussenard, Les aventures d'un gamin de Paris au pays des lions, Paris, Librairie illustrée, 1886, 337 p.
80 Expression de Luce Abélès, art. cit., p. 15.
81 Michelle Perrot, “La notion d'intérêt de l'enfant et son émergence au XIXe siècle”, Actes, cahier d'action juridique, n° 37, été 1982.
82 Principalement la loi du 24 juillet 1889 relative à la protection des enfants maltraités ou moralement abandonnés (déchéance de la puissance paternelle), JO, 25 juillet 1889, p. 3653.
83 Notamment Alfred Machard et sa série L'épopée au faubourg démarrée en 1912 avec Les cent gosses, suivis l'année suivante de Titine.
84 Voir, par exemple, notre étude sur Le ventre de Paris, Jean-Jacques Yvorel, “Les enfants du ventre de Paris”, à paraître.
85 Émile Zola, Le ventre de Paris, (1873), Paris, Gallimard, 1960.
86 Léon Frapié, La maternelle, Paris, Librairie universelle, 1905, 305 p.
87 Jules Janin, “Le gamin de Paris”, in Les Français peints par eux-mêmes, Paris, Léon Curmer, 1840, tome II, p. 164.
88 François Robichon, Poulbot, le pire des gosses, Paris, Hoïbeke, 1994, 111 p.
89 Les petits Poulbots : Poulbot 1875-1946, Musée départemental de l'éducation de Saint-Ouen-l'Aumône, 1991.
90 Le socialisme, supplément du Journal-Revue paraissant le samedi, premier numéro, 14 mars 1908, p. 1.
91 Victor Hugo, Les misérables, op. cit., p. 461.
92 Pierre Larousse, Grand dictionnaire du XIXe siècle, article Gamin.
93 « Il est le frère de la grisette : frère légitime ou illégitime qu'importe ». Jules Janin, op. cit., p. 161.
94 Personnage de grisette dans Les mystères de Paris.
95 L'expression est de Victor Hugo, op. cit., p. 463.
96 Luce Abélès, art. cit., p. 15.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot, l'image du gamin de Paris », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 4 | 2002, 39-72.

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot, l'image du gamin de Paris », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 4 | 2002, mis en ligne le 08 juin 2007, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rhei.revues.org/52 ; DOI : 10.4000/rhei.52

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Historien, chargé d'études au CNFE-PJJ, Vaucresson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page