Navigation – Plan du site
L'enfance irrégulière au coeur des institutions

Figures de l'arriéré scolaire et caricatures d'Edouard Claparède : Genève, 1908

Martine Ruchat
p. 113-126

Résumés

A partir d'une étude anamnestique des élèves des classes spéciales réalisée en 1908 par le médecin et psychologue genevois Edouard Claparède, l'auteure se propose de comprendre la présence de caricatures d'enfants dans ses cahiers d'observation, ainsi que leur rôle dans l'étude scientifique de l'enfance anormale, en particulier dans sa conceptualisation psychopathologique. A partir de ces documents de nature “privée professionnelle”, l'auteure conclut à un usage du croquis proportionnellement plus important pour la catégorie d'enfants dite “anormal léger”. Par la caricature, Claparède a participé à faire glisser la figure de “l'arriéré scolaire” vers celle de “l'arriéré mental”.

Haut de page

Texte intégral

Pourquoi 1908 ?

1Pourquoi 1908 et non pas 1898, année de l'ouverture, à Genève, des classes spéciales pour arriérés scolaires ? Ou alors 1901, année de l'introduction, dans le champ naissant de l'enseignement spécial genevois, du médecin et psychologue Edouard Claparède (1873-1940) ? Ou encore 1904, année pendant laquelle celui-ci réalise une première étude anamnestique, au mois de décembre, des élèves des classes spéciales, dont le but est l'amélioration du classement des arriérés et donc de leur enseignement ?1

2Parce que 1908 est l'année d'une seconde étude, menée au mois de mai par le psychologue, étude contenue dans deux cahiers bleus d'école, écrits inédits jusqu'à aujourd'hui.2 Sur la couverture du second cahier, l'assistant de Claparède, le psychologue genevois André Rey, qui conservera ces documents, a écrit au crayon gris : « dessin de la main de Claparède ». En effet, sur 43 élèves, 18 ont été dessinés.3 Cette seconde étude modifiera sensiblement la figure de l'arriéré scolaire, la faisant glisser vers celle psychopathologique de l'anormal léger. Y aurait-il un lien entre croquis et “pathologisation” de l'arriéré scolaire ?

3Ces croquis sont inattendus dans une étude anamnestique qui se veut scientifique, car tel était le mandat donné par le Conseil d'Etat genevois à la Commission des anormaux, dont fait partie Claparède, lors de la première enquête de 1904 : établir un classement scientifique des élèves des classes spéciales, classement meilleur que celui, empirique, réalisé par les institutrices, et ce dans le but de réintégrer un certain nombre d'arriérés simples dans les classes ordinaires et d'exclure de l'école les anormaux qui seraient inéducables. L'historienne s'interroge. Quel est le statut de ces dessins ? Pourquoi 18 croquis dans le deuxième cahier, alors que le premier n'en contient que trois et les cinq cahiers de 1904 aucun ? Quelle est la part prise par ces croquis dans l'étude scientifique de l'enfance arriérée scolaire et de la conceptualisation psychopathologique de l'enfant naissante ? A contrario, le croquis n'est-il qu'un acte privé, intime, lequel n'aurait d'effet “scientifique” que subrepticement, voire à l'insu même de son auteur ? Autrement dit Claparède, aurait-il pu, ou non, tenir le propos que je développe aujourd'hui ?

4En esquissant quelques réponses à ces questions, il s'agit d'une part, en amont, de comprendre la méthode de travail du psychologue genevois, quitte à aller rechercher dans sa biographie des éléments explicatifs de l'usage du dessin. D'autre part, en aval, par une analyse des archives, j'avancerai quelques explications quant aux conséquences de l'étude de 1908 et, en particulier, quant au rôle de ces croquis dans la transformation de la figure de l'arriéré scolaire, figure en quelque sorte institutionnelle, en un anormal léger à l'intelligence touchée, figure psychopathologique, voire psychiatrique.

5La recherche porte autant sur la dimension privée de l'acte de dessiner que sur la dimension publique, à savoir la méthode scientifique et la conceptualisation de l'enfant arriéré. En effet, le contenu des cahiers n'était nullement destiné à la publication. Seuls les résultats seront communiqués par Claparède à la Commission des anormaux nommée par le Conseil d'Etat. Le contenu relève donc d'un “privé professionnel”, de l'intimité du travail professionnel, de la méthode personnelle de travail, voire de la manie. On sait, par des témoignages, que le psychologue genevois avait pour habitude de dessiner, pendant les conférences, le visage et les expressions des conférenciers et des auditeurs.

6Quoi qu'il en soit, dans son étude de 1908 (comme en 1904 d'ailleurs), chaque page est organisée spatialement ; il y a indéniablement pour Claparède une visualisation de la fiche, dans laquelle prend place le dessin. Le dessin semble être intentionnellement intégré au dispositif anamnestique. Deux tendances du psychologue genevois semblent être ici concomitantes : l'approche clinique relevant la singularité de l'enfant et l'approche classificatrice, descriptive de la maladie. Autrement dit, les dessins de Claparède renvoient à la fois à l'intériorité du sujet, à l'histoire du sujet et à une sémiologie qui les inscrit dans une classification.

Devenir psychologue en désignant la pathologie

7En 1908, Edouard Claparède, qui est alors âgé de trente-cinq ans, est une personnalité connue du monde scientifique européen et américain. Présenté souvent comme un homme des congrès et des relations - il sera jusqu'à sa mort le secrétaire général du Congrès international de psychologie -, ce médecin et psychologue genevois a aussi créé, en 1901, avec son cousin le psychologue Théodore Flournoy (1854-1920), Les archives de psychologie. Cette revue est conçue comme un lieu important d'échanges intellectuels entre les psychologues européens et américains.4 Elle contribuera à participer à la fois à la formation de Claparède et à sa notoriété. Le Genevois est présenté par son biographe Trombetta comme le psychologue le plus informé de son époque. Considéré aujourd'hui comme un grand psychologue, il reste l'auteur de La psychologie de l'enfant et la pédagogie expérimentale, publié en 1905, de L'école sur mesure, édité en 1920, et de L'éducation fonctionnelle, qui date de 1931.

8Au début du XXe siècle, les psychologues cherchent à construire leur science en la distinguant de la médecine et de la philosophie. La question des arriérés scolaires sera un des moyens de construire cette autonomie. Un réseau d'échanges intellectuels particulièrement prometteur, et qui mériterait aujourd'hui d'être étudié, existe entre la France, la Belgique et la Suisse, grâce à Alfred Binet (1857-1911), Ovide Decroly (1871-1932) et Claparède.

9Cette notion d'arriéré, en particulier, est empruntée à Decroly que Claparède rencontre en 1901, suite à la demande des institutrices des classes spéciales genevoises d'être formées et aidées dans leur évaluation des élèves. Il l'exprimera trente ans plus tard dans son autobiographie :

« Depuis quelques années on avait créé à Genève des classes spéciales pour les arriérés et les anormaux. Mais les maîtresses qui en étaient chargées n'avaient reçu presqu'aucune préparation spéciale et elles étaient un peu désemparées. Elles vinrent me demander conseil. Je n'en savais pas beaucoup plus qu'elles. J'allai donc visiter leurs classes et commençai à me mettre au courant du problème des anormaux. Une visite à Bruxelles, où Demoor et Decroly s'occupaient de la même question, me fut très utile. Et je pus alors donner à ces dames les quelques conférences qu'elles réclamaient. »5

10Dans une lettre manuscrite non datée, Claparède présente sa rencontre avec le pédagogue belge :

« C'est dans les premières années du siècle que je fis connaissance d'Ovide Decroly, qui s'occupait alors, avec Jean Demoor, des classes spéciales pour enfants arriérés. J'étais venu à Bruxelles pour les consulter sur des questions de médico-pédagogie. Decroly avait à peine trente ans. Déjà il était un maître auprès duquel on allait quérir la lumière.

Je le vis, je l'aimai. Nous nous liâmes tout de suite. Bientôt nous nous tutoyons. Au cours des trois décades qui me séparent de cette première rencontre, nous nous sommes vus bien souvent, mais trop rarement cependant, à mon gré. »6

11Claparède, dès 1901, applique dans les classes spéciales genevoises le classement de Decroly, soit les arriérés simples ou pédagogiques et les arriérés médicaux. Le premier groupe comprend les arriérés par négligence et par maladie antérieure ou venant de l'étranger ("A") et les indisciplinés et les paresseux invétérés ("B"); le second groupe les débiles physiques à mentalité normale et les débiles nerveux ("C") et les anormaux à mentalité anormale ("D").

Les limites de la normalité scolaire

12L'analyse détaillée de la première étude claparédienne montre la difficulté du psychologue à faire entrer dans cette nosographie les enfants qu'il a sous ses yeux. Il lui est malaisé de distinguer entre l'arriéré simple et le débile (Claparède note A/C), entre le débile et l'anormal (C/D), entre le débile et l'indiscipliné (C/B). Le classement des enfants semble se faire autour de quatre problèmes : leur éducabilité (c'est-à-dire le rattrapage scolaire), leur état physique, leur capacité à respecter la discipline et l'idiotie supposée de certains. En 1904, il y aurait 3 idiots sur les 167 élèves des classes spéciales de la ville de Genève7.

13Quel que soit le retard (de une ou sept années sur le niveau d'instruction par rapport à l'âge biologique) et quel que soit son âge, si le rattrapage est possible, l'enfant sera placé par Claparède dans la catégorie "A" (qu'il ait une vue faible, un goitre, un développement lent, un défaut de prononciation, la paralysie d'un membre, ou qu'il soit négligent ou indiscipliné). Il en va ainsi de Marguerite, qui est dans la classe d'Alice Elmer ; elle a en effet quatorze ans et est en deuxième année (élèves de 8 et 9 ans). Malgré ce retard lié à une vue basse, une surdité, un défaut d'attention, une sclérose médullaire congénitale, un goitre, un défaut de prononciation et une difficulté d'articulation, Claparède note qu'après avoir été placée en catégorie "C" (débile physique et débile nerveux) et même "D" (anormal à mentalité anormale), Marguerite est bien une arriérée qui s'est beaucoup améliorée et qui va très bien.8 Les arriérés rattraperont moyennant d'être scolarisés régulièrement et d'apprendre le français.

14Or, quatre ans plus tard, en 1908, cette catégorie désignée comme "A", arriéré, va glisser vers l'anormalité à la faveur d'une “nouvelle” approche. La catégorie "A" est maintenue, mais la figure de l'arriéré qui lui correspondait est remplacée par celle de retardé. Ce terme de retardé, qui d'ailleurs était déjà présent depuis la fin du XIXe siècle, utilisé en synonymie avec l'arriéré, correspond aux élèves d'intelligence normale. La notion d'arriéré, qui prend la lettre "D" munie du chiffre 1, est incluse désormais dans les figures de l'intelligence touchée, avec celle de l'idiot "D2" et de l'idiot "D3". En 1908, une distinction est nettement faite entre type d'intelligence et degré d'intelligence.

Normaliser l'intelligence

15Claparède connaît Alfred Binet ; il lui écrit en 1892 au sujet d'une expérience de psychologie qu'il a effectuée. Intéressé par ses résultats, Binet les publie dans un article de la Revue des deux mondes. C'est à cette occasion, d'ailleurs, qu'il le présente comme un distingué psychologue (il n'a alors que 19 ans)9. Cette même année, Théodore Simon contacte Binet pour lui demander conseil sur l'éducation des enfants anormaux dont il a la charge.

16A la fin du XIXe siècle, un instituteur du canton de Glaris dans la Suisse allemande, Conrad Auer, établissait déjà, pour évaluer le retard et l'anormalité des enfants, le rapport entre l'âge et le degré d'instruction : plus de quatre années de retard scolaire définissait pour lui l'arriéré. Dans les cinq cahiers de Claparède qui couvrent l'ensemble des observations pour l'année 1904, seuls les cinq derniers enfants observés dans la commune de Plan-les-Ouates, dans le canton de Genève, le 23 décembre 1904, portent l'annotation retard de deux, quatre, cinq et six ans.

17Or, c'est au Congrès international de psychologie de Rome, en 1905, que Binet présente son échelle de diagnostic, Méthode pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux, qui est sa première version de l'échelle métrique, laquelle va être mise au point les années suivantes. La même année, à Genève, Claparède inscrit ses résultats dans un cahier bleu intitulé Observations psychologiques, sur lequel est écrit au crayon gris Binet-Simon pris par Claparède10. Faut-il dès lors penser que Claparède découvre ce rapport par l’intermédiaire de Binet, qui, lui, évalue l'arriération à deux ou trois ans de retard, et non par celui d’Auer ? A moins que cette idée ne soit, comme on dit, “dans l'air du temps”.

18Outre qu’il attribue des notes sur les épreuves de Binet à huit enfants lors de leur visite d'entrée à l'école, Claparède en classe certains par degré d'intelligence compte tenu de leur âge et de leur rang pédagogique, puis par âge biologique.

Test ou croquis ?

19Alors que la rubrique retard n'est présente, en 1904, que pour 5 enfants sur 194, soit 2,6 %, en 1908, elle l'est, dans 43 cas sur 54 pour le premier cahier, soit 79,6 %, et dans 23 cas sur 41 (2 fiches sont incomplètes parce que déchirées) pour le deuxième cahier, soit 56 %.

20Dans ce deuxième cahier, qui fait l'objet de mon étude, sur les 18 cas pour lesquels la rubrique n'apparaît pas, 12 ont un croquis d'enfant (6 n'ont donc pas de croquis). Si on ajoute 1 cas sur les 11 du premier cahier, on a donc 13 croquis sans la mention de retard sur une totalité de 19 dessins.11 Alors qu'il y a 10 cas pour lesquels ni la rubrique retard ni le croquis n'apparaissent dans le premier cahier, il n'y en a plus que 6 dans le second. Certes, les chiffres sont peu significatifs, mais ils restent indicatifs d'un changement.

21Alors même que Claparède possède un outil supplémentaire d'évaluation, soit le test de Binet, lequel s'ajoute au questionnement médical usuel (maladies infantiles, qualité du sommeil, énurésie) et à divers tests médicaux (réflexe du genou, dynamomètre) et d'intelligence utilisés dès 1904, il semble s'en distancier pour, à la place, mettre un dessin. Coïncidence fortuite ou relation volontaire ? Deux réalités se croiseraient-elles en 1908 : celle de la pathologisation de l'enfant, due notamment à l'usage des tests de Binet, dans lesquels Decroly relèvera le rôle excessif du langage qui pénaliserait selon lui les enfants des classes populaires, et celle de l'usage du dessin ? L'hypothèse d'une substitution de l'art à la science pour décrire une pathologie qui parle d'abord de visu et non de intellectu peut-elle se vérifier ?

22Sur ces 13 figures de l'enfance irrégulière croquées par Claparède sans indication de retard, on compte 4 enfants arriérés, soit anormal simple ("D1"), un enfant idiot ("D2"), 3 enfants débiles physiques ("C") et un enfant retardé ("A"). Si l'on prend en compte l'ensemble des 18 croquis - donc y compris les cas d'enfants qui ont l'indication retard - on obtient les diagnostics suivants de la main du psychologue genevois : 10 enfants arriérés ou anormaux légers ("D1"), 2 idiots ("D2"), 4 débiles physiques ("C"), un indiscipliné ("B") et un enfant retardé ("A") ; un n'a aucune attribution. La catégorie "D1", “nouvelle” catégorie, celle qui est désignée comme arriéré ou anormal léger, celle qui a en quelque sorte subi cette mutation pathologisante, est donc aussi celle qui a nécessité ou suscité chez Claparède le plus de dessins.

23En effet, si on prend le deuxième cahier, sur 14 "D1", il y a 9 croquis, soit 64,3 %, alors qu'il n'y a qu'un "A" croqué sur 7 (14,3 %), 4 "C" sur 13 (30,8 %), 1 croquis pour 3 "D2" (33,3 %) ; l'unique "D3" n'est pas dessiné, alors que l'unique indiscipliné "B" l'est.

24Une fois constat et calculs effectués, peut-on tenter d'expliquer l'usage de ces croquis et leurs effets ?

Créer l'intelligence en dessinant l'arriéré

25Claparède est un homme de slogan ; il aime ramasser en une phrase ce qui peut être l'objet de toute une théorie. Ainsi en va-t-il de cette affirmation péremptoire dans un pamphlet datant de 1892 (il a alors 19 ans) : « les leçons sont faites pour les élèves et non les élèves pour les leçons. »12 Neuf années plus tard, il relance sous une autre forme ce qui sera l'essence même de sa pédagogie fonctionnelle : “l'école sur mesure”, c'est-à-dire adaptée à l'enfant et à ses besoins. Il s'exclame lors d'une conférence, en 1901 : « On n'a pas pour l'esprit de nos enfants, les égards qu'on a même pour leurs pieds ! On leur fait des souliers sur mesure ; à quand l'école sur mesure ? »13

26Claparède est aussi un visuel. Les travaux de Trombetta ont montré l'éclectisme du psychologue genevois en matière de connaissance, mais aussi de méthode de travail, en particulier lorsqu'il s'agit de notes pour la préparation d'un cours ou d'un projet d'écriture.14 On est alors face à une page sur laquelle est organisé spatialement le savoir : inventaire de noms, de dates, définitions, tableaux, schémas, statistiques, figures géométriques. Toujours ce besoin de visualisation. Claparède, lui-même, se présente volontiers comme un créateur d'idées plus qu'un réalisateur, et plusieurs projets de livres et d'articles en seraient restés au stade du titre. Il écrit dans son autobiographie :

« Je désirais être un observateur, un explorateur, un expérimentateur, un découvreur. J'ai été surtout un systématiseur, un enseigneur, un organisateur de connaissance, un faiseur de “revue générale” pour “mettre au point” une question. »

27Il lui est plus aisé de concevoir une idée que de la mettre en pratique. Il écrit encore en 1930 :

« Quel curieux contraste existe entre les velléités à faire une chose et la disposition à la faire réellement ! Mon enfance, en dehors de jeux de toute espèce, qui me passionnaient, s'est passée plus en élaboration qu'en réalisation. » Il poursuit : « J'aimais beaucoup dessiner et, stimulé par l'exemple de caricatures de Töpffer, combien de fois n'ai-je pas commencé à crayonner une histoire en image. Mais toujours elle s'arrêtait à la troisième page, sinon déjà à la seconde. »15

28Le célèbre caricaturiste et pédagogue, inventeur de l'histoire en images, Rodolphe Töpffer (1799-1846)16, a incontestablement influencé Claparède dès son plus jeune âge. Des lettres d'Edouard enfant, lettres aussi inédites, montrent déjà des dessins qui rappellent l'essai d'autographie de Töpffer publié en 1842 : Edouard a sept ans ; il dessine la figure de Chalande, munie, comme le fait Töpffer, de trois expressions du visage : « grogne » (écrit « crogne »), « rit » et « pleur ». Par ailleurs, Claparède perpétuera cette tradition töpfferienne des courses en montagne avec les élèves de l'Institut Jean-Jacques Rousseau des sciences de l'éducation qu'il fonde en 1912, autant de voyages en zigzag que, de même, il illustrera.17

Comprendre, c'est voir

29Dans son autobiographie, Claparède explicite très clairement l'usage qu'il fait de la figure, puisqu'il écrit : « [...] je suis très visuel et, pour moi, comprendre, c'est voir. »18 La figuration sous forme de croquis prend alors une autre dimension aujourd'hui, à la lecture de l'histoire de la notion de l'enfant arriéré.

30Sur le plan sémantique, la “figure” est un mot particulièrement riche. Il concentre à la fois l'idée de forme et de représentation de forme. Au sens de forme extérieure, il a signifié, nous informe le dictionnaire historique de la langue française, d'abord l'allure, le comportement, avant que de prendre le sens d'un portrait, d'une représentation graphique (notamment en géométrie, mais aussi en danse, en patinage, en équitation). Le mot a remplacé progressivement le terme de visage et face. Mais il a aussi reçu le sens de cas exemplaire, de modèle. Son usage est aussi reconnu en rhétorique où l'on parle de figures du discours, lesquelles renvoient justement à la polysémie des mots.

31Ainsi, parler de l'arriéré comme d'une “figure”, c'est aussi faire l'analyse de l'action du psychologue comme promoteur d'un terme (figure de rhétorique) qui renvoie à un ensemble de significations, notamment à une représentation problématique de l'écolier au début du siècle, voire à un exemple, au demeurant mauvais, à une description clinique d'un comportement enfantin, et enfin aux portraits dessinés.

32Certes les dessins de Claparède n'ont pas, à mes yeux, joué un rôle essentiel dans la conceptualisation de la pathologie psychologique de l'enfant. Claparède, par ses dessins, ne vise d'ailleurs pas une typologie (elle est déjà donnée par Decroly) ; il reste dans la singularité ; ses dessins ne sont parfois qu'une esquisse, qu'une forme. Ils ont, qui sait ?, rempli la fonction de distraction ou de moyen de concentration, voire d’expression du plaisir de dessiner une jolie figure. Néanmoins, ils ont indéniablement participé à fixer l'anormalité de l'intelligence dans le processus du diagnostic, avec comme conséquence la stigmatisation de l'enfant devenu hors norme : anormal léger ou arriéré, idiot au premier degré, idiot au deuxième degré.

33Le croquis devient une image distanciée, une caricature tendant au pittoresque, car tout laisse supposer que Claparède, par le dessin, exprime ce qu'il ne peut écrire, tout au moins succinctement. Ainsi, en croquant, il révèle certains aspects, voire accentue des détails renforçant l'anormalité de l'enfant, démarche relativement stigmatisante. Par le croquis, il a en quelque sorte fait une caricature, laquelle a incliné la figure de l'enfant arriéré vers celle de l'enfant anormal léger ; en quelque sorte, la figure a glissé de l'arriération scolaire à l'arriération médicale ou mentale. Mais, pour certains enfants, l'artiste fait ombrage au psychologue, et seul le plaisir, sinon l'ennui de la tâche, semble diriger le crayon.

Caricaturer ou étudier ?

34Les 19 enfants ainsi caricaturés, le sont-ils pour leurs traits particuliers qui attirent l’œil du caricaturiste ? Le caricaturiste se double-t-il d'un naturaliste esquissant la forme d'une espèce (on sait que Claparède enfant voulait être naturaliste comme son oncle), ou d'un anthropologue sensible à la forme du crâne (on apprend par Trombetta que Claparède a rencontré Cesare Lombroso lors d'un congrès), ou encore d'un physiognomoniste, tel un Johan Kaspar Lavater (1741-1801) à la recherche d'une relation entre traits du visage et personnalité ? Claparède dessine le contour de la tête, du crâne, souligne une épaisseur de lèvres, un visage aux traits tombant, un regard intense, une dentition proéminente. Que perçoit-il chez Emile, ce polisson, amoral et sale, qui pourrait expliquer son retard d'une année ? Et chez Marius, italien, qui a une mère propre et qui est atteint de crises de sommeil ; ses traits fins, son nez régulier cachent-ils une débilité physique ou nerveuse ? Que cherche-t-il chez Walter qui ne parle que le suisse-allemand et dont, par conséquent, il ignore le nombre d'années de retard ? Pourquoi le glisse-t-il dans la catégorie “intelligence touchée” ? Et le croque-t-il ? Quant à Camille, jeune française de 14 ans qui a une mauvaise vue, Claparède recherche-t-il dans son visage de jeune fille quelque signe d'hérédo-alcoolisme hérité d'un père buveur et violent ? Et pourquoi avoir dessiné ce joli visage de Charles, enfant normal, mais maltraité ? Sont-ce encore des signes d'hérédo-alcoolisme que le psychologue traque ? Et ce crâne en forme de cône qu'il n'attribue à aucun enfant nominativement, est-ce l'ébauche d'une modélisation ?

35Quoi qu'il en soit, les résultats de cette deuxième étude de 1908 le montrent très clairement, le pourcentage d'anormaux augmente, non pas que la réalité ait changé, mais bien parce que la subjectivité et la perception visuelle du psychologue l'a renforcée En 1908, l'arriéré est devenu un anormal léger.

36La catégorie des anormaux - c'est-à-dire des enfants présentant une intelligence touchée - augmente ainsi de manière impressionnante du fait de ce transfert. S'ils formaient 19,7 % des élèves des classes spéciales en 1904, ils en formeront 42,7 % en 1908. Si, en 1904, le critère de distinction des anormaux "D" était l'impossibilité d'une insertion professionnelle, en 1908, ces enfants à l’intelligence touchée ("D1", "D2", "D3") recouvrent aussi bien l'enfant qui, bien qu'il ait des difficultés d'attention ou un défaut de mémoire ou de raisonnement, pourra progresser que celui qui ne raisonne pas, qui ne parle pas. Quant aux idiots, ils passent de 3 sur 167 élèves, soit 4,2 % en 1904, à 15 sur 95, soit 15,8 % en 1908.

Claparède : un romantique aux prises avec la science

37D'un point de vue pédagogique, Claparède a contribué, malgré lui, à faire de l'ombre à son propre slogan d'une école sur mesure, sous-entendu une école devant s'adapter à l'enfant arriéré pour faire de ce dernier un inadapté scolaire.

38On peut s'étonner du fait que l'ouverture de Claparède aux approches cliniques et expérimentales soit ici concurrencée par le dessin, comme si le dessin en dernière instance pouvait retenir les signes de l'anormalité que ni le test sur l'illusion de poids,19 ni les tests de Binet, ni l'histoire du malade ne pouvaient figurer. Serait-ce que se vérifie, alors que la psychologie cherche à se faire une place dans le champ scientifique, une revanche de la subjectivité et de l'art, de ce que Claparède nomme l'attitude romantique, confirmant encore une fois ses propos autobiographiques :

« Lorsque je rédige, je suis en proie au conflit de deux tendances de ma nature : d'une part, j'aimerais bavarder familièrement, haïssant cette sécheresse ennuyeuse et pédante qui caractérise tant de travaux scientifiques. D'autre part, un souci de rigueur logique me contraint à enchaîner dans un ordre rationnel toutes les parties de mon travail. Mais c'est souvent impossible, car le papier sur lequel il écrit n'offre à l'écrivain qu'une surface à deux dimensions (tout au plus les notes au bas de la page en constituent-elles une troisième!) et la pensée se ramifie en de multiples directions. »20

39Nonobstant, l'attitude romantique cache une violence symbolique, celle de pathologiser l'enfant qui, paradoxalement, grâce à Claparède, était devenu la victime d'un système scolaire inadapté à ses besoins.

40Désormais, dès 1908, les figures de l'enfant caricaturées par Claparède deviennent autant de cas psychopathologiques, de cas inadaptés à l'école, désignés et dessinés par un artiste inconnu, qui se prend pour Töpffer.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Martine Ruchat, “Les classes spéciales genevoises pour arriérés : de l'œuvre philanthropique à l'innovation pédago-psychologique (1898-1908)”, Cahier du CTNERHI, n° 73, 1997.
2 En effet, le travail impressionnant de réunion et de traduction en langue italienne des inédits de Claparède, réalisé par le professeur Carlo Trombetta de Bologne, n'en fait nullement mention. Carlo Trombetta, “Inediti psicologici”, Psicologia patologica, vol. 5, Bulzoni Editore, Roma, 1982.
3 Un croquis ne porte pas d'indication nominative.
4 Voir Geneviève Paicheler, L'invention de la psychologie moderne, L’Harmattan, Paris, 1992.
5 Edouard Claparède, “Autobiographie”, Archives de psychologie, t. XXVIII, n° 111, juin 1941, p. 157.
6 En souvenir d'Ovide Decroly (Ed. Claparède), Correspondance adressée à Edouard Claparède, BPU, Salle des manuscrits, Genève, Msfr. 4014, f° 62-64.
7 Si l'on inclut les élèves des classes des communes genevoises, il y a au total 194 élèves.
8 Cahier Claparède, N1d2, Archives Institut Jean-Jacques Rousseau, Fonds Edouard Claparède, Site de Villette.
9 “Autobiographie”, op. cit., p. 147.
10 Cahier Claparède, N1d9, Archives Institut Jean-Jacques Rousseau, Fonds Claparède, Site de Villette.
11 Deux fiches sont déchirées et sont donc incomplètes, et un dessin n'est pas attribué (il s'agit de la forme d'une tête) : ces trois figures ne sont donc pas prises en compte pour l'analyse.
12 Edouard Claparède, Quelques mots sur le collège de Genève, Genève, Librairie Stapelmohr, Corraterie 24, 1892 , p. 6.
13 Edouard Claparède, “Autobiographie”, op. cit., p. 157.
14 Carlo Trombetta, “Inediti psicologici”, op. cit.
15 Edouard Claparède, “Autobiographie”, op. cit.
16 Benoît Peeters, “Le visage et la ligne : zigzag töpfferiens”, in Töpffer. L'invention de la bande dessinée, collection “Savoir : sur l'art”, Hermann éditeur des sciences et des arts, Paris, 1994.
17 Voir Centenaire de la naissance d'Edouard Claparède (1873-1940). Pédagogue et psychologue genevois. Fondateur de l'Institut J.-J. Rousseau.
18 Edouard Claparède, “Autobiographie”, op. cit.
19 L'illusion est un phénomène normal qui consiste à apprécier le poids avant la pesée de l'objet. Ceci a pour conséquence de prendre l'objet évalué comme plus gros (donc plus lourd) avec une force musculaire plus grande. Ce test va être utilisé pour distinguer l'anormalité de l'arriération.
20 Edouard Claparède, “Autobiographie”, op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Ruchat, « Figures de l'arriéré scolaire et caricatures d'Edouard Claparède : Genève, 1908 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 4 | 2002, 113-126.

Référence électronique

Martine Ruchat, « Figures de l'arriéré scolaire et caricatures d'Edouard Claparède : Genève, 1908 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 4 | 2002, mis en ligne le 20 juin 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://rhei.revues.org/55 ; DOI : 10.4000/rhei.55

Haut de page

Auteur

Martine Ruchat

Professeur, université de Neuchâtel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page