Navigation – Plan du site
Témoignage

Victor Girard : de la psychiatrie à la prévention spécialisée

Jacques Bourquin
p. 253-254

Texte intégral

1Victor Girard est né en 1917, à Châlons-sur-Saône, dans une famille modeste. Il est très marqué au cours de son adolescence par le scoutisme, activité qu’il poursuivra pendant sa vie universitaire à Lyon, où il débute ses études de médecine. En 1939, il est reçu au concours de l’Ecole des services de santé militaire de Lyon.

2Prisonnier en juin 1940, il restera en captivité en Allemagne jusqu’en février 1944. Il sera libéré pour raison de santé. Il s’engage alors dans le maquis, puis dans l’armée des Alpes, où il participe aux combats jusqu’à la fin de la guerre, en mai 1945.

3Il réintègre alors l’Ecole de santé militaire de Lyon. Il y crée, dans la lignée du scoutisme d’extension, un clan « Arc en Ciel » qui se préoccupe de l’enfance inadaptée.

4Victor Girard soutient, en 1947, sa thèse de docteur en médecine consacrée « aux tests de niveau mental des jeunes irréguliers ».

5Affecté comme médecin militaire à l’Ecole de Cavalerie de Saumur, il prend contact avec les deux institutions d’éducation surveillée voisines : Saint-Hilaire et Chanteloup, qui sont en train de vivre les premières heures de leur réforme, suite à l’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante. Victor Girard contribue avec quelques autres de ses camarades à l’accueil des jeunes délinquants dans les familles de Saumur, premiers pas de ces deux institutions vers une ouverture sur l’extérieur.

6En 1950, la carrière de Victor Girard se poursuit en Indochine, puis au Maroc. Dès son retour en France, en 1954, il est nommé à l’Hôpital du Val de Grâce à Paris, où il prépare les spécialités de neurologie et de psychiatrie, avant de réussir son agrégation, en 1960. Il fait une analyse et est affilié à la Société parisienne de psychanalyse.

7Il est alors sollicité, en 1962, pour lancer le Comité national des associations et clubs de prévention, dont le rôle, sous l’impulsion de Maurice Herzog, haut commissaire à la Jeunesse et aux Sports, est de valider les expériences reconnues des clubs et équipes de prévention qui se multiplient dans les quartiers à la rencontre des jeunes en risque de marginalisation.

8Victor Girard quitte l’armée en 1967 et entame une carrière de médecin psychiatre en libéral à Paris et de psychanalyste, tout en intervenant à la Sauvegarde des Yvelines et à la consultation d’hygiène mentale du 18ème arrondissement.

9Toujours préoccupé des problèmes de prévention spécialisée, dont il est devenu un des théoriciens, il mène des activités de recherche dans le cadre du Centre technique national d’études et de recherche sur le handicap et l’inadaptation (CTNERHI). Ses articles et ses activités de formation auprès des travailleurs sociaux sont nombreux.

10En 1982, Victor Girard se consacre totalement à son activité de conseiller technique auprès de plusieurs associations de prévention spécialisée dont la Sauvegarde des Yvelines. Il siège au Comité technique de la prévention spécialisée.

11C’est alors qu’il publie, en 1988, aux éditions Fleurus, avec J. M. Petitclerc et J. Royer, Cette prévention dite spécialisée. Un peu plus tard, il coordonne La prévention spécialisée en France, qui fait le bilan de l’action menée dans le secteur. L’ouvrage paraît au Presses universitaires de France.

12C’est au travers d’une vie de médecin militaire et civil, d’une action militante et de recherche auprès des jeunes en risque de rupture, autour de phénomènes d’adaptation et d’inadaptation, mais aussi à partir d’une vie de famille intense – il est père de huit enfants – que se tisse l’histoire personnelle et professionnelle de Victor Girard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bourquin, « Victor Girard : de la psychiatrie à la prévention spécialisée », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 6 | 2004, 253-254.

Référence électronique

Jacques Bourquin, « Victor Girard : de la psychiatrie à la prévention spécialisée », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 6 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rhei.revues.org/842 ; DOI : 10.4000/rhei.842

Haut de page

Auteur

Jacques Bourquin

Président de l’Association pour l’histoire de l’éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs (AHES-PJM).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page