Navigation – Plan du site
Enfance assistée, réseaux confessionnels

L’enfant et le réseau charitable catholique montréalais : le cas de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 1848-1930

Éric Vaillancourt
p. 173-189

Résumés

En choisissant de fonder, en 1848, une succursale montréalaise de la Société de Saint-Vincent de Paul (SSVP), l’évêque de Montréal accordait par la même occasion un statut particulier à l’œuvre de charité laïque. Grâce à la réalisation d’un nombre considérable de visites à domicile, les laïcs ont été en mesure d’évaluer les besoins de plusieurs milliers d’enfants des familles pauvres. La SSVP est devenue un intermédiaire privilégié entre les familles et les institutions charitables. Notamment en ce qui concerne l’assistance à l’enfance, le contexte socio-religieux a fait en sorte que la succursale s’est vue confinée à jouer ce rôle d’intermédiaire. Pendant quelques décennies, la succursale a dû faire la sourde oreille au conseil général de Paris et se contenter de pratiquer un patronage des écoliers tronqué de sa dimension spirituelle. Comme elle a dû se retirer des instances directionnelles du premier patronage montréalais des apprentis. Paradoxalement, cela a permis d’accroître sensiblement l’importance du laïc au sein d’un réseau d’institutions charitables tenues principalement par les communautés religieuses. Au moins jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, la SSVP constitue un rouage fondamental du réseau charitable catholique montréalais.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

1Alors que le phénomène d’urbanisation et d’industrialisation gagne en ampleur au cours du XIXe siècle, l’enfant devient progressivement un enjeu majeur pour les sociétés occidentales2. Happés par de nouveaux impératifs socio-économiques, les parents immédiats travaillent durant de longues heures3 et l’enfant est souvent laissé à lui-même. Survient la nécessité d’assister l’enfance afin de préserver ou, le cas échéant, de rapiécer un environnement familial en lambeaux.

2La société québécoise n’échappe pas à ce phénomène qui symbolise un profond processus de réorganisation du tissu social. La timidité de l’État en matière d’assistance sociale permet à l’Église catholique d’occuper largement ce secteur. Elle y voit l’opportunité de légitimer son emprise sur la vie sociale4, tout en continuant de poursuivre un objectif plus général : forger une Nation-Église5 catholique et canadienne-française. Le clergé québécois, et plus particulièrement celui de Montréal, s’active à développer, à partir du milieu du XIXe siècle, un véritable réseau catholique6 d'institutions charitables, dont les communautés religieuses, de femmes surtout, seront les figures les plus marquantes. Plusieurs des institutions de ce réseau charitable se consacreront entièrement ou partiellement à protéger l'enfance, c’est-à-dire le germe de la future cellule familiale.

3D’un point de vue historiographique, nous comprenons relativement bien les tenants et aboutissants du rôle joué par les communautés religieuses au sein du réseau de charité montréalais7. Il n’en est pas de même en ce qui a trait à l’apport des laïcs au développement du dit réseau charitable. Malgré un certain engouement pour les études historiques concernant les laïcs dans l’Église catholique8, beaucoup de travail reste à accomplir, surtout lorsqu’il est question de la Société de Saint-Vincent-de-Paul (SSVP)9, une association charitable laïque qui fut implantée à Montréal en 1848.

4Pourtant, par son seul effectif, la SSVP assurera une présence incontournable. Bien qu’il soit nécessaire de préciser que les laïcs participent à une association charitable selon leurs disponibilités, plus de 2.000 membres œuvraient à Montréal vers la fin du XIXe siècle. À titre de comparaison, les quatre communautés religieuses montréalaises les plus significatives (les Sœurs Grises, les Sœurs de la Providence, les Sœurs de la Miséricorde et les Sœurs du Bon-Pasteur d’Angers) représentaient à la même époque un réservoir d’un peu plus de 1.500 religieuses10. Sachant l’énergie que déploie le clergé montréalais à développer et à contrôler un réseau d'institutions charitables, une première question se pose. Pour ce qui est précisément de l’aide à l’enfant, quel rôle est appelée à jouer une œuvre laïque d’une telle envergure ?

5De plus, il faut également tenir compte de l’impact des relations entretenues entre la maison-mère de la SSVP et la succursale11 montréalaise. Dotée d’une structure organisationnelle bien établie, la SSVP effectue son véritable travail d’assistance à travers la conférence, ce socle immuable dont les limites correspondent globalement à celles des paroisses. Selon le niveau de croissance de l’œuvre, il se greffe ensuite des conseils particuliers (plusieurs conférences d'une même ville ou quartier), des conseils centraux (dimension diocésaine) et des conseils supérieurs (nations ou grandes régions). Depuis 1841, c’est le conseil général de Paris qui coordonne l’ensemble des différentes instances inférieures et qui veille à la bonne marche de l’œuvre, quel que soit le pays où la SSVP a pignon sur rue. Or, comment le contexte socio-religieux montréalais vient-il influencer les relations entre le conseil général et la succursale montréalaise en matière d’assistance à l’enfance ?

6Afin de dégager quelques hypothèses, nous situerons d’abord brièvement le portrait de la fondation de la succursale à Montréal. Dès son implantation, celle-ci a entrepris de s’occuper de l’enfant à travers deux pôles pour le moins concomitants : la visite à domicile, le fondement même de l’intervention auprès des familles, et le patronage des écoliers et des apprentis. Nous verrons que la succursale joue avant tout un rôle d’intermédiaire. L’évaluation du degré d’application des directives du conseil général et l’étude du cas du premier patronage montréalais des apprentis viendront le confirmer.

1 La naissance de la succursale montréalaise

7En 1833, les sept étudiants, dont Frédéric Ozanam12, qui fondent en France un groupe d'action sociale catholique poursuivent deux objectifs complémentaires : obtenir leur propre salut et celui du prochain. Justement, le salut du prochain peut s’obtenir plus facilement, croit-on, si le contact avec Dieu a lieu tôt dans l’existence. D’une part, la SSVP fera preuve d’un zèle constant en faveur de l’assistance à l’enfance et, d’autre part, la poursuite du double objectif nécessite le respect d’une règle absolue : agir. Un manuel publié périodiquement par le conseil général de Paris le rappelle continuellement aux membres du monde entier.

1.1 Monseigneur Ignace Bourget

8Cette forte volonté d’action, qui se concrétise par le soulagement des pauvres à domicile, incite l’évêque de Montréal, monseigneur Ignace Bourget, à prendre contact avec la SSVP lors d’un séjour en Europe. À son retour au Québec, en mai 1847, l’évêque ramène des exemplaires des manuels de la SSVP. Ces derniers seront remis plus tard à l’homme d’affaires Hubert Paré, qui deviendra le président de la première conférence montréalaise. Sous la surveillance de monseigneur Bourget et en présence de 30 hommes, la séance inaugurale de la conférence Saint-Jacques se tient à l’évêché, le 19 mars 1848. Il est résolu :

« 1°- que l’on adopteront (sic) tous les reglements (sic) de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, telle qu’établie en France et approuvée par Mgr Denis-Auguste Affre Archevêque de Paris, le quatorze Décembre Mil huit cent quarante-cinq. 2°- que l’on procéderait de juste à l’élection des principaux officiers, afin que la dite Société fut immédiatement organisée. 3°- qu’après que telle élection aurait été faite, le Président écrirait au Président général de la Société résident (sic) dans la dite ville de Paris, pour demander au nom de la Société une agrégation régulière à l’Association mère13. »

9Le développement de la succursale montréalaise sera continuel. Présent lors de l'assemblée générale du 8 décembre 1853 du conseil particulier de Montréal, monseigneur Bourget réitère la grande importance qu’il accorde à l’œuvre :

« [La SSVP] est excellente ; d’abord dans le soulagement des pauvres, et principalement des pauvres honteux, en préservant leur détresse des regards du public, en leur apportant des secours dans leurs propres maisons, et sans même les soumettre à l’humiliation de les demander. Elle est excellente, en second lieu, dans ses règles, et dans toutes ses constitutions, qui sont certainement remarquables par l’esprit de charité, de prudence, et de sagesse qui y respire. Elle est, finalement, excellente par l’impulsion énergique qu’elle donne à la pratique de la vertu et de la religion, surtout parmi la jeunesse qui, plus que les autres classes d’individus, est exposée au danger d’être emportée par le torrent du vice14. »

10L’intervention directe auprès des familles vient en tête de liste. Monseigneur Bourget a compris les avantages des secours à domicile qui permettent « d’observer l’assisté, de détecter ses vrais besoins, de contrôler l’utilisation des secours, tout en le laissant dans son cadre de vie habituel15 ». La SSVP vient ainsi rejoindre les Sulpiciens, les Sœurs de la Providence et les Sœurs Grises qui assistaient déjà les pauvres à domicile.

11Néanmoins, en privilégiant une œuvre laïque, l’évêque lui accorde du même souffle un statut particulier au sein d’un réseau charitable à forte propension confessionnelle. De plus, en quelques décennies, la SSVP effectue un travail d’assistance considérable. À titre indicatif, on parle de plus de 32.000 visites à domicile faites à Montréal par les Sœurs de la Providence et les Sœurs Grises en 189016. Tandis que les membres de la SSVP, durant la même année, à raison d’une visite à domicile hebdomadaire auprès de 900 familles, ont effectué plus de 45.000 visites.

1.2 Le laïc de la SSVP, un intermédiaire privilégié

12Mais, mis à part quelques cas, dont le Patronage Saint-Vincent-de-Paul, la SSVP ne dirige pas d’institutions spécialisées. Par surcroît, les visites à domicile, qui sont bien souvent, pour les membres du clergé, des appendices du travail effectué au sein des institutions, demeurent l’activité centrale des conférences. C’est à ce niveau que s’effectue, en premier lieu, l’aide à la famille et, par ricochet, à l’enfant.

13Prenons brièvement le cas de la conférence Notre-Dame. Celle-ci naît en juillet 1848, avec deux autres conférences, de la subdivision de la première conférence montréalaise. Les visites à domicile auprès des familles sont effectuées par une équipe de deux visiteurs qui fait un rapport oral lors des réunions hebdomadaires de la conférence. L’examen des procès-verbaux nous permet de constater que, si l'évaluation se fait plus rapidement dans les premières années, une apparence de méthode est visible dès les années 1860-1870. Les visiteurs font un suivi des mêmes familles et prennent en compte le nombre d'enfants à soutenir, les revenus familiaux, les conditions physiques, etc. En somme, ils considèrent l’ensemble des besoins des familles pauvres. La plupart du temps, la conférence procure une assistance matérielle (victuailles, vêtements ou autres). Mais, s’il ressort parfois de leur évaluation la nécessité de recourir à l’internement ou à des services très spécialisés, ce sont alors les laïcs qui font les démarches auprès des différentes institutions en question. La différence majeure entre les interventions à domicile des communautés religieuses et celles de la SSVP provient spécifiquement du rôle d’intermédiaire joué par le laïc. Au fil du temps, les membres de la SSVP tissent des liens avec les institutions charitables. Plusieurs laïcs deviennent des personnages familiers du réseau charitable. Il est probable que l’assignation des dossiers s’effectue en tenant compte des relations entretenues avec les intervenants des institutions.

14La SSVP disposait sans doute de certaines facilités, qui ont pu profiter à plusieurs centaines d’enfants. Par exemple, 17 membres actifs17 ont assisté 34 familles au cours de l’année 1905. De ce nombre, deux garçons furent admis à l'École d'industrie Notre-Dame-de-Montfort, tandis qu'une jeune fille malade le fut à l'Hôtel-Dieu18. Le procès-verbal de la réunion du 6 décembre 1908 est encore plus éloquent. On annonce l'admission d’une mère et de ses deux enfants chez les Sœurs Grises19. D’autre part, une fille est placée à l’Hôpital des incurables et une autre à l’Hospice Saint-Joseph. Un garçon est, quant à lui, envoyé à l’École de réforme de Montréal. Finalement, deux garçons se retrouvent au Patronage Saint-Vincent-de-Paul et deux à l'Orphelinat Saint-Arsène20.

15Ce scénario s’applique peut-être plus partiellement lorsqu’il s’agit de situations où la SSVP doit avoir recours à l’appareil étatique. En 1884, le président du conseil particulier de la SSVP, Raphaël Bellemare, décrit ainsi une procédure d’intervention impliquant l’État :

« Quand nos surveillants découvrent quelques-unes de ces familles complètement abruties et désordonnées qui élèvent de jeunes enfants dans un pêle-mêle dangereux, ils s’efforcent de les en retirer ; et dans les cas où la réforme immédiate devient impossible ou désespérée, et où les enfants sont exposés à se perdre, à cause de la conduite scandaleuse et immorale de leurs parents, on a recours à l’intervention d’une police spéciale, reconnue par l’autorité. La cause est portée devant un tribunal de police correctionnelle; les parents sont condamnés à des pénalités pour inconduite, et leurs jeunes enfants, ainsi privés de leurs indignes protecteurs naturels, sont envoyés, eu égard à leur âge et sexe dans des institutions spéciales, ou écoles d’industrie supportées par le gouvernement pour y recevoir l’éducation et l’instruction convenables, sous une surveillance religieuse21. »

16Quoi qu’il en soit, au moins jusqu'à la veille de la crise économique des années 1930, l’aide à l’enfant demeure un aspect central de la dynamique d'assistance à domicile des familles. De façon générale, dans la seule période qui va du 8 décembre 1916 au 21 juin 1917, la succursale montréalaise de la SSVP assiste 1.181 familles composées de 3.396 enfants22. Une décennie plus tard, soit pour l'année 1928, les conférences montréalaises aident 2.802 familles dont 9.799 enfants23. On parle, dans ce dernier cas, du résultat des visites à domicile réalisées par les 2.376 membres actifs des 114 conférences, qui sont dorénavant chapeautées par 10 conseils particuliers et ultérieurement par un conseil central.

2 Le patronage des enfants

17Toutefois, en plus de procurer une assistance matérielle à l’enfant, dans le cadre de l’intervention familiale, ou de faciliter l’accès à différentes institutions spécialisées, la SSVP montréalaise exerce également un patronage des écoliers et des apprentis, à l’instar du conseil général qui en fait la promotion.

2.1 Le conseil général de Paris

18Le modèle que propose le conseil général de Paris aurait à son origine deux inquiétudes indissociables ; l’une serait religieuse et l’autre sociale24. La naissance, à Paris et au début des années 1840, du patronage des écoliers et des apprentis de la SSVP apparaît empreinte de cette double préoccupation.

19Les bulletins mensuels du conseil général25 illustrent un patronage des enfants de la SSVP qui consiste à aimer et à prendre en charge :

« Nous avons eu des parents pieux, à tout le moins de mœurs honorables, des parents qui se dévouaient à nous et n'avaient rien tant à cœur que d'éloigner de nos yeux la vue du moindre mal [...]. Ces pauvres enfants, au contraire, entre un père toujours occupé au dehors, et d'ailleurs souvent fort rude et mal élevé, et une mère absorbée par son travail, ont grandi, se sont développés comme ils ont pu26. »

20Le patronage des écoliers de la SSVP est en somme le « complément naturel de la visite des familles »27, par lequel on renforce ou on complète l’éducation morale et religieuse des enfants. La SSVP devient l’assistante de parents souvent surchargés de travail. L'action commence auprès des enfants en âge de communier. À long terme, on veut être en mesure de donner à la société des fils qui auront les éléments de la foi profondément ancrés en eux.

21En filigrane, on distingue le souci de préserver l’ordre social. Ce souci est encore plus palpable lorsqu’il s’agit du patronage des apprentis. Sous la supervision de la SSVP, des garçons appartenant à des familles démunies sont placés, dès leur sortie de l'école, en apprentissage chez des maîtres catholiques qui doivent, outre de leur apprendre un métier, s'assurer de leur éducation chrétienne (messe le dimanche, prière journalière, première communion, etc.) et de leur bien-être moral. On cherche à former de bons ouvriers qui fonderont des familles chrétiennes et qui seront des citoyens exemplaires.

22Vers la fin du XIXe siècle, bien que les difficultés soient récurrentes en milieu rural28, le patronage des enfants de la SSVP est des plus florissants. Seulement à Paris, douze succursales patronnent 4.264 enfants29. À la fin des années 1920, le patronage des enfants demeure l'objet d'une préoccupation de tous les instants de la part du conseil général, qui entend toujours participer activement à la formation du bon citoyen et ouvrier chrétien.

2.2 Le patronage des écoliers à Montréal

23Il faut comprendre que le conseil général de la SSVP essaie d’agir constamment en éclaireur. Or, il appert que le contexte socio-religieux montréalais va avoir un impact sur le développement du patronage des enfants. La succursale de la SSVP fera longuement la sourde oreille aux appels du conseil général, ce qui occasionnera des tensions pendant quelques décennies.

24Déjà, en 1864, le président Bellemare du conseil particulier, expliquait au conseil général la singularité du contexte socio-religieux montréalais :

« Les conditions de notre société sont bien différentes de celles de la Société de Paris et de Londres. Nous trouvons ici comme là, sans doute, beaucoup de dégradation, beaucoup de vices, et surtout beaucoup d’ivrognerie comme causes directes de la pauvreté, mais il serait difficile, pour ne pas dire impossible, de trouver dans Montréal une famille qui ignore l’existence de Dieu ou qui n’aurait jamais pratiqué aucun culte religieux30. »

25Cependant, en 1869, le conseil général demande des comptes au sujet du patronage des enfants et des apprentis31. Et encore en 1877, une lettre du président Muir du conseil supérieur du Canada fait état des commentaires du vice-président Dangin du conseil général. Au nom du conseil général, ce dernier salue le patronage des écoliers qui est pratiqué depuis les débuts de la SSVP à Montréal. Paris semble constater que les « classes inférieures sont notées plus religieuses »32 à Montréal qu'en Europe. Mais on se désole du délaissement des apprentis et des jeunes ouvriers, « une classe bien intéressante et exposée à bien des dangers33 ».

26Quelques années plus tard, la situation est sur le point de se modifier lors du dépôt du rapport annuel de 1881 du conseil particulier de Montréal au conseil supérieur du Canada. Raphaël Bellemare y écrit :

« Jusqu’à présent nous avions pensé que notre ville étant exceptionnellement favorisée d’écoles catholiques établies dans tous les centres, et mises à la portée des pauvres comme des riches par la munificence (sic) des messieurs de St-Sulpice, nous avions moins besoin qu’ailleurs d’un tel patronage. Cependant, après consultation, et avoir pris l’avis de M. le Supérieur du Séminaire, il est admis que cette œuvre peut être d’une grande utilité, et j’ai l’espoir que durant la présente année, elle sera régulièrement organisée34. »

Haut de page

Notes

1 Cet article s’insère donc dans un projet de recherche beaucoup plus vaste, consistant globalement à fournir des éléments qui permettront de mieux caractériser l’influence sociale de l’Église catholique et les rapports clercs-laïcs au cours de la période 1848-1930. Il a bénéficié du soutien financier du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (Québec) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. L’auteur tient à remercier Jean-Marie Fecteau, Martine Lafleur et Jean Trépanier pour leurs judicieux conseils. Il souligne également la chaleureuse coopération du conseil central de Montréal de la Société de Saint-Vincent-de-Paul et de la maison provinciale canadienne des Frères de Saint-Gabriel.
2 Très récemment, on a tenté de tracer le cadre historique de l’enfance en Occident. Voir spécifiquement, Egle Becchi et Dominique Julia [dir.], Histoire de l’enfance en Occident. 2. Du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 1998, 516 p.
3 Au Québec, par exemple, ce n’est qu’en 1885 qu’une législation, l’Acte des manufactures de Québec, vient limiter la durée du travail à 72,5 heures par semaine pour les hommes et à 60 heures par semaine pour les enfants et les femmes. Pour plus de renseignements : Renée Joyal, Les enfants, la société et l’État au Québec, 1608-1989. Jalons, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 1999, 312 p.
4 Jean-Marie Fecteau en arrive à un tel postulat dans « La construction d’un espace social : les rapports de l’Église et de l’État et la question de l’assistance publique au Québec dans la seconde moitié du XIXe siècle », in Gilles Gallichan et Yvan Lamonde [dir.], L’histoire de la culture et de l’imprimé. Hommage à Claude Galarneau, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1996, p. 61-89.
5 L’expression est tirée de Louis Rousseau et al., Atlas historique des pratiques religieuses. Les Sud-Ouest du Québec au XIXe siècle, Ottawa, Presses de l'Université d'Ottawa, 1998, 235 p.
6 Le réseau charitable protestant se développera en parallèle. À ce propos, nous renvoyons les lecteurs au texte de Janice Harvey dans ce même numéro.
7 Voir notamment Micheline d'Allaire, Les communautés religieuses de Montréal, 1 : Les communautés religieuses et l'assistance sociale à Montréal, 1659-1900, Montréal, Éditions du Méridien, 1997, 168 p., et Huguette Lapointe-Roy, Charité bien ordonnée. Le premier réseau de lutte contre la pauvreté à Montréal au 19e siècle, Montréal, Éditions du Boréal, 1987, 330 p.
8 Les recherches sont de plus en plus nombreuses, particulièrement au sujet des confréries de dévotion ou des marguilliers de la région montréalaise. Signalons celles de Brigitte Caulier, Les confréries de dévotion à Montréal du 17e au 19e siècle, thèse de doctorat (histoire), Université de Montréal, 1986, 586 p., et de Jean-François Hardy, La fabrique et les marguilliers de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul en l’Île Jésus, 1743-1880, mémoire de maîtrise (histoire), Université du Québec à Montréal, 2000, 114 p.
9 On peut cependant mentionner, au passage, les travaux récents de René Hardy, Contrôle social et mutation de la culture religieuse au Québec, 1830-1930, Montréal, Éditions du Boréal, 1998, 267 p., et de Lucia Ferretti, Entre voisins. La société paroissiale en milieu urbain, Saint-Pierre-Apôtre de Montréal, 1848-1930, Montréal, Éditions du Boréal, 1992, 264 p.
10 Micheline d’Allaire, op. cit.
11 Il faut savoir que la reconnaissance juridique distingue la succursale de la filiale. Étant donné que la SSVP montréalaise n’obtiendra cette reconnaissance qu’en 1916, nous avons opté pour l’emploi du terme « succursale ».
12 Reconnu pour son zèle, Frédéric Ozanam meurt en 1853, dans la fleur de l’âge, à 40 ans. Il devient du coup la figure emblématique par excellence de la SSVP. Il fut d’ailleurs béatifié le 22 août 1997 par le pape Jean-Paul II.
13 Archives de la Société Saint-Vincent-de-Paul de Montréal (ASSVPM), séance inaugurale du 19 mars 1848 de la conférence Saint-Jacques, livres des minutes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 19 mars 1848 au 9 février 1863, p. 1-3 (P61/1).
14 ASSVPM, assemblée générale du 8 décembre 1853 du conseil particulier, livre des minutes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Montréal, 19 mars 1848 au 9 février 1863, p. 175-181 (P61/1).
15 Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France, 1789-1848, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 232.
16 Micheline d’Allaire, op. cit., p. 88 et 112. Société de Saint-Vincent-de-Paul, Statistiques du Conseil supérieur de Québec pour l’année 1890, Québec, C. Darveau imprimeur, 1891.
17 Il existe deux types de membres : les membres actifs sur le terrain et les membres qui sont essentiellement des bienfaiteurs et des souscripteurs.
18 ASSVPM, séance hebdomadaire du 3 décembre 1905 de la conférence Notre-Dame, livre des minutes, 29 avril 1900 au 3 mars 1912, 4 p. (P6 4/28).
19 Le procès-verbal de la séance suivante indique qu'un père alcoolique en est la cause. ASSVPM, séance hebdomadaire du 13 décembre 1908 de la conférence Notre-Dame, livre des minutes, 29 avril 1900 au 3 mars 1912, 5 p. (P6 4/28).
20 ASSVPM, séance hebdomadaire du 6 décembre 1908 de la conférence Notre-Dame, livre des minutes, 29 avril 1900 au 3 mars 1912, 2 p. (P6 4/28).
21 ASSVPM, assemblée générale du 2 mars 1884, livre des minutes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 8 décembre 1877 au 13 décembre 1885, p. 377-398 (P61/3).
22 ASSVPM, séance mensuelle du 21 juin 1917 du conseil central de Montréal, livre des minutes du conseil central de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 11 octobre 1911 au 28 mars 1927, p. 158-159 (P61/4).
23 ASSVPM, assemblée générale du 9 décembre 1928 du conseil central de Montréal, livre des minutes du conseil central de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 30 mars 1927 au 31 janvier 1938, p. 37-38 (P61/5).
24 Rares sont ceux qui ont étudié, d’un point de vue historique, la problématique du patronage. Voir Gérard Cholvy, Le patronage, ghetto ou vivier? Colloque des 11 et 12 mars 1987, Actes réunis par Gérard Cholvy, Paris, Nouvelle Cité, 1988, 368 p.
25 L'analyse des enseignements du conseil général de Paris, en ce qui concerne l'enfance et l'œuvre du patronage, a été réalisée grâce à l'étude exhaustive des bulletins mensuels de la SSVP.
26 « Les devoirs dans la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Les membres chargés du patronage des apprentis », Bulletin de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 20. 229 (janvier 1868), p. 6.
27 Vincent Rogard, Les Catholiques et la question sociale. Morlaix, 1840-1914 : L’avènement des militants, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997, p. 96.
28 L’encadrement est notamment moins efficace lorsque les enfants sont hébergés chez les cultivateurs. « Le patronage dans les campagnes », Bulletin de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 25. 293 (mai 1873), p. 129.
29 « Note sur nos patronages de Paris », Bulletin de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 52. 620 (août 1900), p. 211.
30 ASSVPM, lettre du conseil particulier de Montréal au conseil supérieur du Canada, assemblée générale du 14 février 1864, livre des minutes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 22 février 1863 au 3 novembre 1877, p. 39-49 (P61/2).
31 ASSVPM, séance mensuelle du 8 février 1869 du conseil particulier, livre des minutes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 22 février 1863 au 3 novembre 1877, p. 190-195 (P61/2).
32 Ibid.
33 ASSVPM, séance mensuelle du 12 novembre 1877 du conseil particulier de Montréal, livre des minutes, 22 février 1863 au 3 novembre 1877, p. 473-478 (P61/2).
34 ASSVPM, séance mensuelle du 13 février 1882 du conseil particulier de Montréal, livre des minutes, 8 décembre 1877 au 13 décembre 1885, p. 177-189 (P61/3).
35 ASSVPM, assemblée générale du 11 février 1883, livre des minutes, 8 décembre 1877 au 13 décembre 1885, p. 328-345 (P61/3).
36 Ibid.
37 ASSVPM, assemblée générale du 2 mars 1884, livre des minutes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 8 décembre 1877 au 13 décembre 1885, p. 377-398 (P61/3).
38 Cette étude de cas est somme toute assez partielle. Pour un examen plus approfondi, voir Stéphane Divay, Le Patronage Saint-Vincent-de-Paul de Montréal, 1892-1913, mémoire de maîtrise (histoire), Université d'Angers, UFR Lettres et sciences humaines, juin 1999, 127 p.
39 Les Frères de Saint-Gabriel étaient en sol québécois depuis 1888. Ils dirigeaient l'Orphelinat industriel Saint-François-Xavier. Voir Guy Laperrière, Les congrégations religieuses : de la France au Québec, 1880-1914, tome I : Premières bourrasques, 1880-1900, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1996, 228 p.
40 La situation n'est pas sans précédent, car le patronage des apprentis de Paris était aussi le fruit d’une collaboration entre la SSVP et les Frères des écoles chrétiennes.
41 Une étude a récemment été réalisée, celle de Christelle Burban : Les origines institutionnelles de la protection de l’enfance au Québec : l’école d’industrie de Notre-Dame-de-Montfort (1883-1913), mémoire de maîtrise, Université de Rennes, 1996, 183 p.
42 Malheureusement, il faut se rabattre sur un ouvrage vieux de plus de 60 ans pour comprendre un peu mieux cette institution : Marie-Claire Daveluy, L'orphelinat catholique de Montréal (1832-1932), Montréal, A. Lévesque, 1933, 344 p.
43 Précisons que, dans 20% des cas, ce sont tout simplement des garçons de familles pauvres.
44 Stéphane Divay, op. cit., p. 88.
45 Il est clair que la SSVP ne pouvait patronner que les garçons. Le conseil général de Paris avait très tôt rappelé à certaines conférences qu'une société d'hommes ne pouvait venir en aide aux jeunes filles, séparation des sexes oblige. « Faits généraux », Bulletin de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 3. 29, (juillet 1851), p. 113-114.
46 Stéphane Divay, op. cit., p. 47-48.
47 Archives des Frères de Saint-Gabriel à Montréal (AFSGM), procès-verbal de la réunion du 19 septembre 1894 du comité spécial de direction du Patronage Saint-Vincent-de-Paul.
48 AFSGM, procès-verbal de la réunion du 3 juin 1895 du comité spécial de direction du Patronage Saint-Vincent-de-Paul.
49 Ibid.
50 AFSGM, procès-verbal de la réunion du 18 juillet 1895 du comité spécial de direction du Patronage Saint-Vincent-de-Paul.
51 AFSGM, procès-verbal de la réunion du 8 juillet 1895 du comité spécial de direction du Patronage Saint-Vincent-de-Paul.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Vaillancourt, « L’enfant et le réseau charitable catholique montréalais : le cas de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 1848-1930 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 5 | 2003, 173-189.

Référence électronique

Éric Vaillancourt, « L’enfant et le réseau charitable catholique montréalais : le cas de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 1848-1930 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 5 | 2003, mis en ligne le 02 juin 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://rhei.revues.org/968 ; DOI : 10.4000/rhei.968

Haut de page

Auteur

Éric Vaillancourt

Doctorant au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page