Navigation – Plan du site
L'enfant de justice pendant la guerre et l'immédiat après-guerre : Les jeunes

Un enfant de la guerre devant le juge des enfants

Jean Mérat
p. 107-108

Entrées d’index

Mots-clés :

récit de vie

Index géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le 5 septembre 1945 un jeune de 17 ans était arrêté Porte de Clignancourt par les forces de l’ordre. Le même jour, ces dernières effectueront une perquisition dans un hôtel meublé. Dans la chambre du mineur, elles trouveront une feuille maladroitement rédigée, l’adolescent se raconte1.

2« Elevé chez ma mère jusqu’à l’âge de 15 ans, je commençais ma vie d’aventure car nous autres jeunes gens de 1941 à 1944 nous avons vécu une liberté autrement que tout autre jeune (...), un peu gangster, un peu voyou plutôt zazou ». Pour Jean, la guerre fut, semble-t-il, un espace de liberté. En cet automne 1945, l’équilibre allait se rompre ; il se fait prendre place Pigalle en portant une valise pleine de vêtements. La police économique avait l’oeil, de  nombreux jeunes se retrouvaient au poste suite au transport d’un bagage volumineux. Pendant l’interrogatoire, Jean affirmera avoir acheté les vêtements à un inconnu pour les revendre en « prélevant un petit bénéfice». Le système D fonctionnait toujours en cette fin d’année 1945.

3En fait, les années d’occupations ne furent pas toujours faciles. A Savigny, centre d’observation du  Tribunal pour enfants du département de la Seine, le jeune se confie : « pendant cette période, il n’y avait pas à manger, je ne gagnais pas beaucoup, j’avais toujours faim ». Jean, de nationalité italienne, vivait avec sa mère, femme de ménage, et son demi frère à Montreuil sous bois. Il n’avait jamais connu son père. Il quitta l’école en 1941 à 14 ans sans son certificat d’études ; il fit un début d’apprentissage comme mécanicien, puis vint le temps des petits boulots et sûrement de la faim.

4Toujours sur la même feuille manuscrite, trouvée dans sa chambre, l’adolescent poursuit son récit. « Après 2 ans à peine de ce genre de vie coulante, je rentrais à partir de novembre 43 dans le fameux maquis, une vie de cow-boy... 3 mois de guerre, d’embuscades et de vie errante ». L’aventure continuait pour lui, aventure qui le conduira à la prison du Cherche Midi, et enfin dans un camp en Allemagne d’où il sera libéré par les américains. Ainsi, lors de son arrestation en 1945, place Pigalle, il sera trouvé porteur d’une arme à feu. Il voulait  retrouver celui qui avait dénoncé son groupe de résistants.

5Au vue de ce qui précède, Jean donne le sentiment d’avoir senti le souffle de l’histoire. La feuille manuscrite était le plan pour « monter avec des amis un scénario du film de [sa] vie ». En attendant le mineur vivait seul dans un hôtel meublé. De retour du camp, un médecin lui aurai conseillé de se reposer ; il ne travaillait donc pas, grâce à des allocations perçues au titre de déporté. Il vivotait avec bien sûr des petites combines qui le conduiront devant le juge des enfants.

6Un psychiatre qui vient le voir au centre de Savigny conclura : « il semble que ce soient les circonstances exceptionnelles, la vie du maquis et de déporté qui l’ait passagèrement déséquilibré (...) [Jean] n’est ni un arriéré, ni un aliéné, ni un pervers. Il apparaît seulement comme passagèrement déséquilibré, exalté, hyperimaginatif ».

7Le juge, le 14 décembre 1945, le confiera à la garde de sa mère sous le régime de la liberté surveillée.

Haut de page

Notes

1 Les sources : Archives, ville de Paris, dépôt de Villemoison, Cabinet juge des enfants n° 2. N° Boite 1418 W 51.
Ordonnance n° 10062 (Jean n’est pas son prénom)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Mérat, « Un enfant de la guerre devant le juge des enfants », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 3 | 2000, 107-108.

Référence électronique

Jean Mérat, « Un enfant de la guerre devant le juge des enfants », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 3 | 2000, mis en ligne le 11 juin 2004, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rhei.revues.org/106 ; DOI : 10.4000/rhei.106

Haut de page

Auteur

Jean Mérat

Etudiant en histoire

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page