Navegación – Mapa del sitio

Numéro 8 | 2006
Le corps du délinquant

Des idéologues du début du xixe siècle aux chercheurs d’aujourd’hui, le corps occupe une place privilégiée et déterminante dans les sciences de l’homme. Pressenti à différentes époques comme susceptible de révéler la « véritable » nature humaine, le corps apparaît indispensable à la fabrique simultanée de l’identité et de l’altérité. Par là même, il joue un rôle déterminant dans la construction des savoirs sur les déviances et la criminalité. De la phrénologie à la biotypologie, l’observation du corps et le relevé précis de caractéristiques physiques ou d’attitudes corporelles sont au centre de dispositifs de savoirs sur lesquels se fondent des projets de rationalisation des techniques d’éducation, de redressement et de punition.

Ce huitième numéro de la Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière”– le Temps de l’histoire propose de mettre en perspective cette prégnance du corps, d’en décliner les formes et la nature, d’en interroger la pertinence et la redondance dans la production des savoirs, d’en questionner l’impact sur les modalités de prise en charge de la jeunesse “irrégulière” au cours des deux derniers siècles.