Navigation – Plan du site
Le corps, enjeu de savoirs et de contrôles

Des corps meurtris au cœur des expérimentations pénales. Les « boîtes à horloge » du Bicêtre rouennais

Jean-Claude Vimont
p. 37-47

Résumés

Les enfants de la prison de Bicêtre à Rouen surgissent dans les débats sur la réforme des prisons en 1841. Le député Gaëtan de la Rochefoucault-Liancourt dénonce à la tribune de la Chambre les mauvais traitements infligés aux jeunes indisciplinés, enfermés dans des « boîtes à horloge », et les décès enregistrés l’année précédente. Il fustige un règlement disciplinaire qu’il dit inspiré des utopies cellulaires. Le scandale lui a été révélé par le docteur Vingtrinier qui, comme lui, est partisan des placements en apprentissage et hostile aux incarcérations cellulaires et aux colonies pénitentiaires que l’on commence à expérimenter. Les corps meurtris des petits rouennais vont considérablement gêner les gouvernements successifs et servir d’argument aux derniers philanthropes contre le tournant répressif de cette seconde décennie de la Monarchie de Juillet.

Haut de page

Texte intégral

1En 1859, le marquis Gaëtan de la Rochefoucauld-Liancourt1 publie une Histoire des tortures au XIXème siècle.2 Il s’agit certainement de la charge la plus complète, la plus argumentée, contre la prison rigoureuse dont avaient rêvé les Doctrinaires et qu’ils avaient expérimentée sur certaines catégories pénales, notamment les jeunes détenus de la Petite-Roquette.3 Ce « système pénitentiaire », vanté par Tocqueville, Moreau-Christophe, Demetz et bien d’autres, est l’objet d’une dénonciation globale qui délaisse les polémiques entre tenants de différents modèles de régimes d’emprisonnement, « auburnois » – ainsi nomme-t-il le système auburnien d’encellulement de nuit et de travail en commun et en silence de jour – comme philadelphien – l’encellulement de jour et de nuit et le travail en cellule. Le marquis s’inspire de Howard, qu’il évoque en tête de chacun de ses chapitres, et des principes de générosité et d’humanité qui animèrent ce grand voyageur. Il se veut aussi le digne fils de son père, le duc de la Rochefoucauld-Liancourt, qui avait publié pendant la Révolution Des prisons de Philadelphie par un européen4 et dont les recommandations n’ont guère été comprises par ceux qui prétendent s’en inspirer.

2L’œuvre est aujourd’hui oubliée et son auteur n’a pas bénéficié de la même considération que son père. Philanthrope de la Monarchie de Juillet, président de la Société de la morale chrétienne, il lutta avec acharnement contre les souffrances accrues envisagées pour les détenus lors de la promulgation du règlement disciplinaire des maisons centrales en 1839 et lors des débats sur l’introduction d’un régime cellulaire dans les prisons. Lorsque paraît son livre en ce mi-temps du Second Empire, le « tout cellulaire » a été écarté au profit d’une politique pénitentiaire éclectique. Il revient cependant sur la fièvre pénitentiaire qui s’était emparée de ses contemporains et analyse les nombreux échecs d’un système, en cours d’expérimentation en Europe et aux Etats-Unis, système qu’il exècre et assimile à un supplice physique et moral.

3Il en décrit les principaux attributs et ne manque pas d’évoquer les tourments appliqués aux mineurs de justice. Il en est ainsi de la règle du silence qui, malgré un « dévergondage de prescriptions », n’empêcha jamais les communications entre détenus. Des médecins, assure-t-il, ont montré que le silence produit « la débilitation du système digestif, la disposition à l’idiotisme et l’engourdissement de l’intelligence ».5 Pour pallier cet inconvénient, les enfants du pénitencier de Bordeaux, contraints au mutisme pendant les récréations, doivent chanter un cantique lorsque l’horloge sonne les heures de la journée. Même condamnation de l’isolement. Il provoque chez les mineurs de la prison lyonnaise de Perrache paresse, hypocrisie et insubordination, selon un membre de la société de patronage.6 Aberration des rations alimentaires insuffisantes en semaine et des excès de cantine le dimanche chez les mineurs de la Petite-Roquette. Au chapitre des punitions, il déplore les raffinements de cruauté – fers, cachots ténébreux, coups de fouet – inscrits dans les règlements. Mais il ne mentionne pas les sanctions appliquées dans le quartier des jeunes détenus de Rouen à partir de 1839 : les cachots humides et les « boîtes à horloge ». Cette omission surprend, mais peut s’expliquer par la publication d’écrits antérieurs sur le sujet et par ses interventions à la tribune de la Chambre.

4Le 11 mai 1841, le député Larochefoucauld-Liancourt intervient dans le débat sur le budget du ministère de l’Intérieur consacré aux enfants de moins de 16 ans détenus dans les pénitenciers. Après avoir vanté les mérites du préfet de police Delessert et de la société de patronage des jeunes libérés de la Seine, il déplore l’abandon des mises en apprentissage au profit de la création de colonies agricoles. Il cite l’exemple de Rouen, où les effectifs dans le quartier correctionnel croissent depuis qu’on a projeté la création « d’une prétendue colonie agricole » et où les enfants placés en apprentissage sont de moins en moins nombreux, car les administrateurs refusent de les confier aux filateurs et fabricants qui réclament des bras pour leurs manufactures. Il accuse les responsables de la société de patronage rouennaise de détourner les fonds des souscripteurs de cette société fondée en 1835, deux ans après celle de Paris, au profit de leur projet de pénitencier agricole. Il cite le médecin-chef des prisons de Rouen, qui lui a indiqué que 164 enfants s’étiolaient dans la prison.

5Le député est un partisan de la politique initiée par la circulaire du Comte d’Argout du 3 décembre 1832 qui préconise de sortir des prisons les mineurs acquittés en vertu de l’article 66 du Code pénal et de les confier à des artisans pour les élever jusqu’à leur majorité7. Cette alternative à la prison est également défendue par le médecin rouennais qui l’informe, Artus Barthélémy Vingtrinier.8 Ce dernier a publié l’année précédente Des prisons et des prisonniers,9 où il se montre hostile au nouveau règlement disciplinaire des maisons centrales qui prohibe l’alcool, le tabac, impose le silence et rétribue moins le travail des détenus. Il y fustige également les réformes cellulaires projetées dans les prisons et les utopies pénitentiaires agricoles, inspirées de l’initiative du magistrat Frédéric-Auguste Demetz à Mettray. Préserver les enfants dans la prison et de la prison, préserver les enfants dans les colonies et des colonies, tel fut le leitmotiv de ses écrits successifs. Ces deux voix philanthropiques risquent de s’exprimer dans l’indifférence, car les peurs sociales et politiques ont, depuis quelques années, banni les élans humanistes héritiers de Howard et de la Société royale des prisons. La prison se doit d’être intimidante, avait précisé le ministre de l’Intérieur Gasparin dès 1836. La défense de la société primait sur l’amélioration du sort des détenus.

6Gaëtan de la Rochefoucauld-Liancourt poursuit sa démonstration en s’en prenant au régime disciplinaire du quartier des jeunes de Rouen :

« J’ajouterai que j’ai ici l’attestation qu’on a mis au cachot de ces enfants de 8 à 9 ans, et pendant huit jours ! Et quelles étaient leurs fautes ? D’avoir ri pendant la classe ! Oui, messieurs, le règlement d’une école charitable, tenue dans une prison, porte en termes formels que les enfants qui auront ri plusieurs fois pendant la classe seront envoyés au cachot pendant huit jours. »

7Et il précise, après une intervention ministérielle :

« On les met dans des boîtes à horloge, où ils ne peuvent se tenir debout, les coudes même pressés, et ne respirant que par une étroite ouverture. On y a enfermé des enfants de 9 ans pendant plusieurs semaines, en ne leur permettant de s’asseoir qu’une heure dans la journée. Un jeune détenu nommé Monnier, qui était âgé de 12 ans, y a été retenu quinze jours, et il en est mort. »

8Il peut en apporter la preuve, car il détient des certificats de trois médecins rouennais, les docteurs Blanche, Dubois et Vingtrinier. Le philanthrope provoque des exclamations d’incrédulité chez ses pairs. Ne vient-il pas de mettre en cause l’un d’eux, député conservateur et maire de Rouen, Henri Barbet, absent lors de cette séance ? N’est-ce pas une attaque contre les membres de la commission des prisons de Rouen, qui ont promulgué un règlement disciplinaire autorisant de telles sanctions ?

9C’est en effet le cas. Le marquis a été informé des débats qui agitent la commission de surveillance des prisons et la société de patronage de la métropole normande, par le docteur Vingtrinier certainement. Depuis 1833, deux francs maçons membres de la Société pour l’instruction élémentaire, Guillaume Lecointe et Henri Duhamel, ont organisé une école mutuelle dans le quartier des mineurs, mis en place un système de récompenses avec des tableaux d’honneur et des grades – objet des louanges de l’inspecteur des prisons Charles Lucas – et fondé une société de patronage. Ils occupent une place éminente dans l’administration de la prison et ont fait adopter, peu après le nouveau régime disciplinaire des centrales de 1839, un nouveau règlement qui envisage toute une gamme de sanctions dont les fameuses boîtes à horloge ou guérites de punition. Treize punitions sont prévues : quitter les premiers rangs de la classe pour une place plus éloignée, porter un costume de punition avec un collet jaune, être mis au pain et à l’eau, être privé de récréation, être privé de visites, être dégradé – il y avait des caporaux, des sergents… –, être placé dans une guérite de punition, porter une camisole de force, être renvoyé dans une division inférieure, faire des corvées, travailler sans rémunération, être confiné en cellule, être transféré dans la maison centrale de Gaillon. Ils songent également à fonder un pénitencier pour jeunes détenus, soit par l’agrandissement de la prison de Bicêtre à laquelle on adjoindrait des cellules, soit en acquérant une propriété que possède Lecointe, sur la rive gauche de Rouen, à Quevilly. Quelques jours avant ce débat parlementaire, ils ont transmis une pétition qui a été rapportée à la Chambre par le député Montozon.10 Leur proposition est repoussée par le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur Passy, qui précise que l’État peut encourager, subventionner une œuvre privée, mais qu’il ne peut pas fonder dans une propriété privée un établissement aux frais du gouvernement. Gaëtan de la Rochefoucauld-Liancourt se rallie aux vues du ministère :

« Car les pétitionnaires ne proposent pas de faire un établissement à leurs frais et d’y recevoir de jeunes détenus, ils veulent que le gouvernement fasse les frais de construction d’une maison de détention dans leur propriété ; c’est à quoi je me serais opposé. »

10Les deux rouennais n’abandonnent pas leur projet et songent à l’utilisation de l’encaisse de la société de patronage, augmentée du produit d’une souscription, pour créer une colonie pénitentiaire privée. Elle ouvrira en 1843 et fonctionnera jusqu’en 1865.11 Le docteur Vingtrinier et le président de la Société de la morale chrétienne y voient un dévoiement de la philanthropie originelle qui avait animé les fondateurs de l’école mutuelle de la prison. Les sirènes du cellulaire – ils envisageaient cinquante cellules de correction paternelle dans leur pénitencier à vocation agricole et industrielle pour trois cents jeunes originaires de la Seine-Inférieure, de la Manche, du Calvados, de l’Orne et de l’Eure –, et celles de la régénération par la terre sonnaient le glas du patronage auxquels demeuraient attachés les derniers philanthropes. Le soupçon de spéculation immobilière, le détournement d’une souscription destinée à un établissement public au profit d’une œuvre privée et les rivalités entre les courants philanthropiques chrétiens et francs maçons aiguisaient les oppositions.

11Les boîtes à horloge devaient considérablement gêner le gouvernement, car elles allaient être hissées en symbole de la rigueur cellulaire, à un moment où les députés s’apprêtaient à débattre d’une réforme des prisons où l’isolement continu, de jour et de nuit, était la solution envisagée pour combattre la récidive et pour effrayer les malfaiteurs.

12Dans un premier temps, le 11 mai 1841, le ministère allègue de son ignorance des faits rapportés par le marquis, puis prétexte l’absence de preuves et rappelle que des sanctions doivent être prononcées lorsqu’il y a révolte, comme cela avait été le cas à Melun. Deux parlementaires, Mater et Dupin, tentent de moquer la philanthropie du marquis. Il ne s’agit que de cachots d’enfants, de cellules boisées, planchéisées. Dupin provoque à plusieurs reprises l’hilarité avec des interventions comme celle-ci : « Toute peine mérite salaire ». Il est approuvé par la majorité lorsqu’il réclame de la discipline et des châtiments dans les prisons. Le contexte n’est plus à l’apitoiement en faveur des détenus. Une voix isolée, celle d’Alexandre Glais-Bizoin, rappelle qu’il y a eu mort d’enfant et que cela doit susciter une « solennelle réprobation ». Le maire de Rouen, retenu dans une commission mais prévenu, intervient à son tour. Il vante les mérites de son établissement et le zèle des deux administrateurs Lecointe et Duhamel, leur « école modèle », cette « institution tenue de manière admirable », leur succès dans la chute de la récidive chez les mineurs, les moyens moraux et humains employés à leur égard. La mort de Monnier est un accident. Quatre autres enfants sont morts sans avoir été punis, le corps et les jambes gonflées, ce qui semblerait désigner le scorbut. Monnier était un enfant difficile à tenir et il fut placé dans un cachot éclairé pourvu d’un lit et d’une croisée. Le député justifie la sanction : « Comment veut-on qu’on punisse des êtres pervers si on ne les enferme pas ? »

13Comme souvent à cette époque, le député philanthrope publie une brochure où il expose en détail le scandale rouennais, avec la reproduction de toutes les attestations médicales. Il s’agit de Conséquences du système pénitentiaire,12 publié dès 1841. Il s’appuie sur les rapports de visites des docteurs Vingtrinier et Dubois, mais aussi sur une note du chapelain de Bicêtre :

« Malgré mon ignorance en médecine, j’ai cru pouvoir souvent attribuer aux punitions trop sévères, selon moi, exercées contre les malheureux enfants, les maladies d’un grand nombre d’entre eux. […] La corruption me semble à peu près à son comble dans le quartier des jeunes détenus ; j’en ai pris moi-même en flagrant délit d’immoralité. »

14Même si la presse rouennaise, le Mémorial gouvernemental et le Journal de Rouen de sensibilité libérale, se fait discrète, la polémique fait rage au sein des sociétés savantes de la cité normande, dans la Société d’émulation,13 dans l’Académie et à l’Association normande. Gustave Flaubert note dans son journal, le 9 avril 1842 :

« Bienfaits de philanthropes et de moralisateurs : deux jeunes garçons sont morts à Rouen, dans la maison pénitentiaire, par suite d’une punition assez gaillarde qui consistait à les faire tenir debout depuis plusieurs jours de suite dans une boîte à horloge (peut-être pour leur apprendre combien le temps est précieux) ; leur faute était d’avoir ri pendant la leçon, leur faute d’avoir ri ! De plus, ils sont confiés à des gredins qui les enculent. »14

15Les notes de Vingtrinier témoignent du drame qui avait eu lieu, pendant l’année 1840, dans ce quartier de jeunes inauguré à Rouen en 1826. Le 17 janvier 1840, trente enfants étaient punis, douze étaient placés en cellule. Habillés de toile, ils n’avaient ni lit, ni couvertures et la température oscillait entre -5° et -8°. Il notait leur souffrance physique. En mai 1840, il dénombrait à l’infirmerie de la prison vingt-cinq scorbutiques, dont vingt-quatre venaient du quartier de punition. Le 6 septembre 1840, treize jeunes étaient en cellule de punition et sept au cachot, au pain sec et à l’eau, sans soupe. Il exprimait à nouveau sa crainte du scorbut. Le 15 octobre 1840, il évoquait le sort de Michel Noël, 9 ans, enfermé plusieurs jours au cachot sans sabots et dont les pieds étaient gelés. Le 26 du même mois, il notait que Monnier, âgé de 12 ans, venait de subir quinze jours de cellule et quinze jours de guérite de punition. Le 4 novembre, il diagnostiquait le scorbut chez Mousson qui avait subi cinquante et un jours dans une cellule humide du rez-de-chaussée :

« Il se plaint de douleurs et d’engourdissements dans les genoux. Ses gencives sont injectées de tâches rouge brun, que je regarde comme scorbutiques. L’usage de maintenir les enfants plus de huit jours au cachot aura de l’inconvénient pour la santé, si on les laisse au rez-de-chaussée sur la planche, sans paillasses, sans couverture et sans sabots ».

16L’énumération était implacable et valait tous les réquisitoires.

17Les autorités locales ne purent demeurer indifférentes à tant de plaintes. Le 26 février 1841, le préfet Dupont-Delporte et le maire de Rouen, Henri Barbet, se transportent dans la prison de Bicêtre. Ils font modifier le trop sévère règlement. Une intervention ultérieure du ministre de l’Intérieur fera détruire les guérites de punition.

18Le martyr des enfants de Bicêtre fut, dans un premier temps, exploité par les philanthropes catholiques soucieux d’introduire dans les prisons des congrégations religieuses. La critique du règlement intérieur du quartier de jeunes détenus rouennais s’accompagnait de louanges en faveur des frères des écoles chrétiennes qui administraient celui de Lyon. D’ailleurs, après le départ des administrateurs laïques de l’école mutuelle partis fonder une colonie pénitentiaire, des religieux prirent en charge le quartier des mineurs. En 1838, M. Bonnardet, rapporteur de la commission de surveillance des prisons de Lyon recommandait au ministre de l’Intérieur l’introduction de religieuses et de religieux dans les prisons.15 Si l’introduction des congrégations masculines fut à terme un échec,16 il n’en alla pas de même pour les congrégations féminines, comme l’a montré Claude Langlois17. C’est précisément en 1841 que, par plusieurs circulaires du ministre de l’Intérieur Duchâtel, les femmes prisonnières sont confiées à des congrégations religieuses. Aux yeux des autorités, aux yeux de l’inspecteur général des prisons Charles Lucas qui s’est déplacé à Lyon pour apprécier l’expérience des sœurs de Saint-Joseph, les congrégations religieuses et les aumôniers sont des pièces maîtresses dans l’indispensable entreprise de moralisation des détenus. Charles Lucas écrivait à la supérieure des sœurs de Saint-Joseph :

« J’expliquai longuement sur les lieux mêmes à M. l’aumônier et à vos Sœurs que le système pénitentiaire ouvrait une ère nouvelle à l’exercice des vertus chrétiennes, mais que lorsqu’il s’agissait de guérir les maladies de l’âme la tâche est plus rude encore et plus difficile que lorsqu’il ne s’agit que de soigner les maladies du corps. La prison exige plus de vocation chrétienne encore que l’hospice : elle exige aussi plus d’aptitudes et elle demande enfin à la charité qui vous anime de savoir étroitement unir la fermeté de l’esprit à la bonté du cœur. Une réforme aussi nouvelle me semble demander un Ordre Nouveau, qui se livre spécialement à en étudier et à en pratiquer l’esprit. »18

Haut de page

Notes

1 Frédéric-Gaëtan de la Rochefoucauld, marquis de Liancourt (1779-1863), député de 1827 à 1848. La société libérale Aide-toi, le ciel t’aidera écrivait à son propos : « Il a cependant quelquefois de bonnes idées. Sa marche est incertaine, mais ses propositions ne sont pas toujours mauvaises, et ses votes ne sont pas complètement funestes. […] M. Gaëtan est un homme du centre ; il vote comme le centre et avec le centre, à moins qu’une idée ne s’empare de lui, ne le maîtrise, et ne le force à voter avec les patriotes. » Aide-toi, le ciel t’aidera, Notes et jugements sur la Chambre de 1830, publiés par la Société, Paris, Garnier Pagès éditeur, 25 juin 1831, 180 p.
2 Marquis de la Rochefoucauld-Liancourt, Histoire des tortures au XIXème siècle, Paris, Morris, 1859, 475 pages.
3 Michelle Perrot, « Les enfants de la Petite-Roquette », L’Histoire, n° 100, p. 30-38.
4 Duc de la Rochefoucauld-Liancourt, Des prisons de Philadelphie par un européen, Paris, An IV de la République, 63 p. Il vécut de 1747 à 1827.
5 Marquis de la Rochefoucauld-Liancourt, op. cit., p. 106.
6 Ibid., p. 127.
7 Voir, sur cette première phase du patronage, mon article « Innovation sociale et expérimentation pénale : Analyse de l’échec du patronage des mineurs délinquants en Normandie pendant la première moitié du XIXème siècle », Mémoires de la protection sociale en Normandie, n° 3, 2004, p. 25-36.
8 J’ai consacré plusieurs articles à Artus Barthélémy Vingtrinier, médecin philanthrope, qui vécut de 1796 à 1872 : «  La franc maçonnerie rouennaise et la colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly », in B. Plongeron et P. Guillaume, De la charité à l’action sociale, religion et société, Paris, éditions du CTHS, 1995, p. 209-223 ; « Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice », Trames, n° 3-4, 1998, p. 157-167 ; « Un autre médecin-chef des prisons dénonce l’horreur pénitentiaire…le docteur Vingtrinier à Rouen en 1840 », Bulletin de la société libre d’émulation de la Seine-Maritime, Rouen, 1999, p. 29-38.
9 A. B. Vingtrinier, Des prisons et des prisonniers, Versailles, 1840. Le livre fut honoré d’une médaille d’or par la Société de la morale chrétienne, présidée par le marquis de la Rochefoucauld-Liancourt. Nous pouvons présumer de liens étroits entre les deux hommes. Vingtrinier ne manquait pas d’évoquer au sein des sociétés savantes rouennaises les bulletins de la société parisienne.
10 Séance du 8 mai 1841, Moniteur du 9 mai 1841.
11 Cette colonie a été étudiée par Rheila Yadel, La colonie agricole, horticole et industrielle de Petit-Quevilly (1843-1865), mémoire de maîtrise sous la direction de J-C. Vimont, Rouen, université de Rouen, 2000, 123 p. (dact.).
12 Marquis Gaëtan de la Rochefoucauld-Liancourt, député du Cher, Conséquences du système pénitentiaire, Clermont, Imprimerie Carbon, 1841, 168 p. L’année précédente, il avait publié Examen de la théorie et de la pratique du système pénitentiaire.
13 Au sujet du quartier des jeunes détenus, on peut lire dans la revue de la Société d’émulation : « Il s’y passe des choses honteuses, infâmes. La démoralisation la plus hideuse règne au pénitencier des enfants », Bulletin des travaux de la société libre d’émulation de la Seine-Inférieure, n° 58, 1942, Archives départementales de Seine-Maritime, 3 J 172.
14 Cité par Michelle Perrot en exergue de l’article pionnier « Délinquance et système pénitentiaire en France au XIXème siècle, Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, janvier-février 1975, p. 67-91. Gustave Flaubert, Correspondance, 1830-1851, tome 1, Paris, Gallimard, 1992, p. 100-101.
15 Rapport du 14 mai 1838, Jeanne Ancelet-Hustache, Les sœurs des prisons, Paris, Bernard Grasset, 1934, p. 29.
16 A la fin de la Monarchie de Juillet, plusieurs frères gardiens furent agressés ou assassinés dans les maisons centrales de Melun et Nîmes, Revue pénitentiaire et des institutions préventives, 1847, tome 4, 2ème livraison, p. 345-346. Voir également F. de la Farelle, Mémoire sur l’emploi des frères des Ecoles Chrétiennes dans les maisons de détention, Paris, Panckouke, 1847, 27 p.
17 Claude Langlois, « L’introduction des congrégations féminines dans le système pénitentiaire français (1839-1880) », in Jacques G. Petit, [dir.], Le bagne, la prison et l’histoire, Genève, médecine et hygiène, 1984, p. 129-140.
18 Cité par Jeanne Ancelet-Hustache, op. cit., p. 31.
19 Séverin Aylies, Du système pénitentiaire et de ses conditions fondamentales, Paris, Charles Gosselin, 1837, p. 167-168.
20 Ida Lacointe, Les jeunes filles détenues de l’Atelier-Refuge de Rouen de 1851 à 1912, mémoire de maîtrise sous la direction de J-C Vimont, Rouen, Université de Rouen, 1999, 183 p. (dact.).
21 Intervention du docteur A. B. Vingtrinier au congrès pénitentiaire de Bruxelles, Revue pénitentiaire et des institutions préventives, tome 4, 4ème livraison, 1847, p. 537.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Vimont, « Des corps meurtris au cœur des expérimentations pénales. Les « boîtes à horloge » du Bicêtre rouennais », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 8 | 2006, 37-47.

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Des corps meurtris au cœur des expérimentations pénales. Les « boîtes à horloge » du Bicêtre rouennais », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 8 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://rhei.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/rhei.365

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine, directeur du département d’histoire de l’université de Rouen.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page