Navigation – Plan du site
Penser les violences

Politiques de la famille et protection de l'enfant

Pierre Guillaume
p. 165-174

Texte intégral

1Mon propos est moins ambitieux que ne le laisse entendre le titre. Il tend simplement à voir dans quelle mesure ceux qui, dans des perspectives diverses, voir opposées, réfléchissaient sur le rôle de la famille à la fin du XIXe siècle, prenaient en compte le sort propre de l'enfant. Nous nous interrogerons successivement sur la portée de trois attitudes : celle des tenants d'une "puissance paternelle" vue comme le ciment de la famille, celle des partisans d'un accroissement de la population française affirmé comme la condition même de la survie de la nation, celle, enfin, des néo-malthusiens qui prônent l'émancipation de la femme.

2En préambule à cette triple enquête, on peut se demander en quels termes les contemporains ont parfois fait le lien entre protection de l'enfance et réponse à cette dépopulation si largement donnée comme menaçant la France. Nous relèverons d'abord les propos de Paul Strauss qui, avec Théophile Roussel, fut très largement à l'origine de la loi de 1898. Dans le premier chapitre de son livre consacré à l'Enfance malheureuse, il écrit en effet en 1891 :

"La thèse de la dépopulation de la France n'est pas un conte imaginé pour impressionner les célibataires professionnels ou stimuler le zèle des ménages stériles [...]. Si le gouvernement tout entier, exécutif et législatif, ne comprend pas à bref délai, qu'il doit se mettre à la tête d'une ligue de salut public pour conjurer le sort [...], l'heure des inquiétudes suprêmes aura sonné pour le pays de la Révolution."'

3Ainsi est-il clairement affirmé la parfaite compatibilité entre protection de l'enfance et redressement souhaité de la natalité.

4Nous trouvons un élément de réponse plus précis dans un Rapport sur la dépopulation des campagnes et l'assistance des enfants abandonnés ou coupables, émanant de laSociété des agriculteurs de France, et donné comme l'un des justificatifs de la création, en 1880, de la Société générale de protection pour l'enfance abandonnée ou coupable.

5En conclusion de son texte, la Société des agriculteurs émet le vœu :

- "que des mesures législatives ou réglementaires organisent à nouveau le fonctionnement des établissements publics et privés destinés aux jeunes détenus ;

- qu'une loi permette : 1° de dessaisir de la puissance paternelle, au moins jusqu'à la majorité des enfants, les parents qui les délaissent, ou qui sont reconnus incapables de pourvoir à leur éducation intellectuelle et morale ; 2° de conférer l'exercice de la puissance paternelle aux oeuvres de bienfaisance qui recueilleront ces enfants physiquement ou moralement abandonnés ;

  • 1  Cité dans Jules BONJEAN, Congrès international de la protection de l'enfance, Paris, 15-23 juin 18 (...)

- que l'agriculture, avec ou sans les industries qui s'y rattachent, constitue la base principale d'enseignement professionnel pour les enfants abandonnés et les jeunes détenus, sauf à diriger vers d'autres professions les enfants dont les aptitudes se refuseraient à l'apprentissage agricole"1.

  • 2  Nous en avons étudié l'action dans Un siècle d'histoire de l'enfance inadaptée, l'OREAG 1889-1989, (...)

6Cette demande inspire très directement la loi de 1889 et l'action des sociétés de patronage appelées à sa mise en oeuvre. Ainsi, à Bordeaux, l'OREAG, Oeuvre du refuge des enfants abandonnés ou délaissés de la Gironde, se donne-t-elle pour but exclusif la formation, dans ses deux colonies agricoles, de jeunes ouvriers agricoles ainsi arrachés à la double influence pernicieuse de leur famille et de la ville2. Il est sans cesse rappelé que le mal dont souffre les campagnes girondines est le manque de main d'oeuvre qui, corrélativement, a pour effet un effondrement du prix de la terre. D'enfants socialement dangereux, on entend faire des éléments utiles à la société avec pour seule alternative au travail agricole l'engagement dans l'armée. C'est cette vision utilitaire qui, à l'origine, fait ainsi le lien entre le souci de soustraire des enfants aux abus d'une puissance paternelle dévoyée et la crainte de la dépopulation. C'est donc beaucoup plus de la protection morale de l'enfant que de sa sauvegarde physique que l'on se préoccupe. Les mauvais traitements n'apparaissent que comme une raison très secondaire de les soustraire à l'autorité parentale. Quant à l'assimilation des enfants abandonnés et des enfants coupables, elle s'explique par la conviction maintes fois exprimée que tout enfant moralement abandonné est un coupable en puissance, comme par la règle posée dans le code pénal voulant que le jeune délinquant puisse agir sans discernement, ce qui rejette la responsabilité sur ceux qui n'ont pas su l'éduquer.

  • 3  Henry TAUDIERE, Traité de la  puissance paternelle, Paris, Pedone, 1898, 550 p.

7Contemporain de la loi dont nous analysons aujourd'hui la portée, paraît, en 1998, le gros ouvrage du juriste Henry Taudière, Traité de la puissance paternelle3. Tout en admettant que "toujours il y a eu et il y aura toujours des pères indignes de ce nom [...] qu'ils soient surveillés et frappés au besoin, c'est justice", l'auteur proclame le danger qu'il y aurait à assimiler les parents "à des tuteurs sans cesse obligés de demander l'homologation du tribunal", car ce serait saper les bases mêmes de leur autorité qui, naturelle, n'a nul besoin d'une quelconque légitimation. Pour Henry Taudière, cette mise en cause de la puissance paternelle n'a d'autre explication que le triomphe d'un courant étatiste qui nous vient d'Allemagne "et dont sont dits responsables Kant, Fichte, Schelling et Hegel" qui conçoivent l'Etat comme le législateur suprême et le pouvoir souverain.

8"Il n'y a, pour surenchérir sur ces Allemands qu'un professeur américain, donné comme éminent mais resté anonyme, pour qui l'éducation des enfants pauvres doit être, malgré les parents s'il le faut, dirigée par la société". Et Taudière de conclure "C'est du communisme pur et je vois bien le rôle réservé à l'Etat, mais je ne vois pas du tout les libertés individuelles promises". Ainsi court-on le danger, en voulant combattre des abus donnés par l'auteur comme exceptionnels, d'asservir l'enfance à l'autorité étatique. Celle-ci est par ailleurs donnée comme inefficace, car "les fonctions modernes de l'Etat se multiplient au point qu'il plie sous le faix et ne saurait suffire à sa tâche", si bien que toute atteinte à la puissance paternelle ne saurait déboucher que sur l'anarchie. Tout conduit donc à souscrire à la formule de Bonald "si l'Etat détruit la famille, la famille se venge et ruine l'Etat".

  • 4  Débats parlementaires, Sénat, séance du 21 mars 1898.

9On peut penser que cette défense de la puissance paternelle a été entendue par ceux-là même qui ont élaboré la loi de 1898. Le seul point ayant suscité un véritable débat est la proposition d'un article 7 qui aurait permis à des associations protectrices de l'enfance, reconnues d'utilité publique, donc dûment identifiées, de poursuivre et de se porter partie civile. Défendu par Strauss et Bérenger, ce texte a été combattu notamment par Leporché qui y voit la création d'une "police occulte pénétrant dans l'intérieur des familles" et par Hervé de Saisy qui dénonce "une voie ouverte aux plus viles délations". Il est rejeté par 226 voix contre 25 dans un vote qui voit converger une droite qui défend la famille traditionnelle et une gauche qui craint l'ingérence de l'Eglise par associations interposées4.

  • 5  "Lois nouvelles", 1898, 2e partie, Revue des travaux législatifs, p. 118.

10Le texte finalement adopté n'est pas lu comme une nouvelle atteinte à la puissance paternelle. Dans la lecture qu'il en propose, M. Rollet, avocat à la cour et philanthrope bien connu5, souligne que le texte permet de prononcer la privation du droit de garde pour un enfant donné, sans qu'il y ait, pour autant, déchéance de la puissance paternelle. Il se félicite de cette disposition qui, dit-il, assouplit la règle posée par la loi de 1889, si rigide que les tribunaux "hésitaient à prononcer une semblable mesure". C'est bien la logique défendue par Taudière qui prévaut ici : on sanctionne les abus mais sans porter fondamentalement atteinte à une autorité paternelle toujours considérée comme essentielle. Modération et sens du compromis sont donc donnés comme les conditions de l'efficacité.

11Ce ne sont pas ces qualités qui prévalent chez les populationnistes ou chez les néo-malthusiens dont les convictions sont arrêtées et les positions sans nuances.

12Le point de vue des néo-malthusiens est donné par leur revue Régénération, rédigée pour l'essentiel par Paul Robin, qui ne paraît régulièrement que de 1900 à 1908. On peut y relever le souci d'une conception bien définie du bonheur de l'enfant. Ainsi, en mars 1902, on peut lire :

  • 6  Il s'agit de la reproduction d'un article de R. B. KERR ayant pour titre "Les droits de l'enfant".

"Aucune personne n'a le droit d'en mettre d'autres au monde, à moins de certitude que les enfants auront dans leur entourage de tels avantages que, selon toute probabilité, leur bonheur l'emportera sur la souffrance "6.

13Lorsque l'on cherche dans les rares textes qui évoquent ces droits de l'enfant quelles sont les définitions qui en sont données, on voit que seule s'impose une conception eugénique. Dans le même article, on lit ainsi que :

"Aucune femme n'a le droit de donner la vie à un être humain à moins qu'elle ne soit saine de corps, d'esprit et d'hérédité et [...] sans que l'homme qui l'aide à cette procréation remplisse les mêmes conditions sanitaires et soit de la meilleure qualité requise".

14Quant aux statuts de la Ligue pour la régénération humaine, qui sont repris dans chaque livraison du bulletin, ils disent :

"Nous posons en principe [...] qu'autant il est désirable, au point de vue familial et social, d'avoir un nombre suffisant d'adultes sains de corps, forts, intelligents, adroits, bons, autant il l'est peu de faire naître un grand nombre d'enfants dégénérés, destinés pour la plupart, à mourir prématurément, tous à souffrir beaucoup eux-mêmes, à imposer des souffrances à leur entourage familial, à leur groupe social, à peser lourdement sur les ressources, toujours insuffisantes, des assistances publiques et de la charité privée, aux dépens d'enfants de meilleure qualité".

15Certes, une allusion est faite aux souffrances des enfants handicapés, mais l'accent est mis, sans équivoque, sur la charge morale et matérielle qu'ils représentent. Le moins que l'on puisse dire est qu'il n'y a guère de trace de compassion, sans pour autant, toutefois, que leur élimination soit envisagée.

16Dans Régénération, on ne trouve aucune autre allusion au sort souhaité pour les enfants, à l'importance des liens affectifs. Ce sont des domaines qui sont hors du champ de réflexion des auteurs.

  • 7  Le Bulletin paraît depuis 1899.

17Les propos des animateurs, Jacques Bertillon et Fernand Boverat notamment, de l'Alliance nationale pour l'accroissement de la population, dans le bulletin de l'association ou dans leurs ouvrages, sont beaucoup plus riches7. Le premier numéro du bulletin publie "la liste chronologique des principaux événements intéressant l'histoire de l'Alliance à partir du 15 mai 1896 jusqu'au 22 décembre 1898". La loi du 19 avril 1898 n'est pas mentionnée, alors que l'est celle des accidents du travail. Celle-ci est l'objet, le 29 mars 1898, d'une sévère critique de Jacques Bertillon, car il l'estime dissuasive de l'emploi des pères de famille qui, en cas d'accident, coûtent plus cher à l'employeur que l'ouvrier célibataire ou sans enfant. De même que, pour les néo-malthusiens, la protection de l'enfant au sein de la famille apparaît comme hors du champ des préoccupations des populationnistes. De l'ensemble de leurs écrits se dégagent, par contre, des visions très claires de ce que doivent être les rapports des conjoints entre eux, de ceux qu'ils doivent avoir avec leurs enfants et de leurs enfants entre eux.

  • 8  Jacques BERTILLON, Dr., La Dépopulation de la France, Paris, Félix Alcan, 1911.
  • 9  Fernand BOVERAT, Patriotisme et paternité. Paris, Bernard Grasset, 1913.

18On ne s'étonnera guère que la famille nombreuse, définie comme comptant plus de quatre enfants, ait les faveurs des populationnistes. Il en va, disent-ils, certes de l'avenir de la nation, mais aussi de l'intérêt même de l'enfant. Elle seule, écrit Bertillon8, permet de former le caractère, or "le caractère n'est pas le résultat de l'instruction. L'éducation a plus de pouvoir pour développer la volonté chez les enfants qui en sont doués. A cet égard, la coéducation avec de nombreux frères et soeurs est particulièrement précieuse". F. Boverat affirme aussi que "l'enfant qui a trois ou quatre frères et soeurs est plus heureux durant sa jeunesse et a plus de chance d'être heureux dans la vie que celui qui n'en a que deux, et surtout que l'enfant unique"9. Les frères, explique-t-il, incitent aux conflits salutaires, formateurs du caractère. Boverat comme Bertillon n'ont que commisération pour l'enfant unique, même si lui sont données les chances d'une instruction plus poussée car, écrit Bertillon "l'erreur consiste à ne pas reconnaître que ce qui fait la valeur d'un homme, c'est, avant tout, son caractère ; l'instruction secondaire est un bien faible don (ou même un don funeste) à qui n'est pas doué de la force de volonté nécessaire pour en faire usage". C'est là l'expression d'un anti-intellectualisme évidemment appelé à un bel avenir.

19Le devoir de l'homme, du citoyen, est de faire des enfants. Lorsqu'il définit les devoirs du père envers ceux-ci, Boverat écrit :

"Un homme a, certes, envers les enfants qu'il a mis au monde de grandes obligations, mais la plus impérieuse d'entre elles, c'est de leur garder un nom sans tache, en ayant, en temps de paix comme en temps de guerre, une conduite honorable, c'est-à-dire en ne manquant à aucun de ses devoirs envers sa patrie."

20Une telle conception favorise de toute évidence les rapports d'autorité, fondés sur l'exemplarité, plutôt que les liens affectifs jamais mis en avant. L'harmonie familiale est subordonnée au service de la patrie.

21L'impératif de la famille nombreuse découle aussi d'une conception très précise du rôle de la femme. Boverat l'explicite en ces termes :

"Un homme qui n'a qu'un ou deux enfants doit s'attendre à ce que sa femme, peu d'années après la naissance de ceux-ci, c'est-à-dire quand elle sera encore jeune, se trouve désoeuvrée durant une grande partie de la journée, tandis que les petits seront à l'école, au collège, ou chez leur patron s'ils sont en apprentissage. Elle ira alors courir les magasins où elle subira de perpétuelles tentations, elle se liera d'amitié avec d'autres femmes désoeuvrées comme elle et souvent fort peu recommandables, elle cherchera à se distraire de toutes les façons. Comment s'étonner si, menant une semblable existence, elle finit par se mal conduire ?

  • 10  BOVERAT, op. cit., chapitre X , "La famille normale est nécessaire pour assurer le bonheur de l'in (...)

Au contraire, une femme qui, durant les dix années qui suivent son mariage, met au monde quatre enfants, est trop occupée par les soins qu'elle se trouve forcée à leur donner pour avoir le temps d'être sans cesse hors de chez elle. Restant à la maison ou ne sortant guère qu'accompagnée d'un ou deux de ses bébés, elle échappe aux tentations de la richesse et de la luxure, ce qui lui donne toutes chances de rester vertueuse et de continuer à faire le bonheur de son époux.10

  • 11  Bulletin 29 du 15 janvier 1906, p. 160.

22Vis-à-vis de celui-ci, l'épouse à des devoirs comme cela est précisé dans un article du Bulletin de l'Alliance nationale11intitulé "refus du devoir conjugal" et traitant du cas "d'une dame [...] d'un tempérament froid". Il y est écrit :

"On croit généralement que le but du mariage est la création et l'éducation des enfants et que, par conséquent, l'accomplissement du devoir conjugal doit être une de ses raisons d'être. Aussi le refus du devoir conjugal est-il souvent invoqué dans les instances de divorce [...]. Que dirait-on d'un officier dont le tempérament serait "trop froid" pour se soumettre au devoir militaire et à qui la pensée d'une guerre inspirerait de telles "appréhensions" et de tels "malaises" qu'il se résoudrait à déserter ? On estimerait sans doute qu'un tel officier n'est pas fait pour la vie militaire. Nous pensons que la dame A n'est pas faite pour la vie conjugale".

  • 12  Bulletin 32 du 15 octobre 1906, p. 254.

23A toutes ces recommandations tendant à assurer la fonction reproductrice de la famille, s'ajoutent des considérations sur l'harmonie sociale qui en découle puisque la paternité peut être considérée "comme un moyen de rendre les grèves plus rares"12. Alors qu'un industriel évoque pour ses clients son usine qui, "actionnée par un moteur hydraulique, appuyée sur la collaboration d'ouvriers sérieux, presque tous pères de famille, sédentaires et réfractaires aux grèves [...] travaille dans des conditions de régularité et de bon marché que vous apprécierez certainement", l'auteur de l'article fait le commentaire suivant :

"Cet industriel a raison. Les ouvriers pères de famille ne font pas volontiers grève. Au contraire, les fauteurs de grève professionnels sont rarement mariés, plus rarement encore à la tête d'une famille quelque peu nombreuse. Si beaucoup d'industriels partageaient cette conviction, ils contribueraient deux fois à la puissance productive du pays : en favorisant les familles nombreuses et en favorisant la paix sociale".

24Garante de la vertu des mères, la famille nombreuse l'est donc également de la soumission du travailleur.

  • 13  Bulletin 9 du 15 janvier 1901.

25Y a-t-il place en son sein pour des droits de l'enfant ? Un certain nombre de prises de positions relevées dans le Bulletin permettent d'en douter. Ainsi en est-il dans le compte rendu des débats à la Chambre qui devaient aboutir à la loi du 15 février 190213. Deux orateurs ayant déclaré que le "décroissement" de la population "n'est pas seulement le fait d'une natalité insuffisante, c'est encore le fait d'une mortalité exorbitante", l'auteur de l'article rétorque :

"Or la mortalité de la France n'est pas "exorbitante". Elle est même assez modérée, et on ne peut pas espérer de la voir décroître beaucoup. Cette question, à notre avis, est presque étrangère à celle de la dépopulation.

Nous ne sommes pas adversaires de la loi sur la protection de la santé publique. Comme membres de l'Alliance nationale, elle nous laisse indifférents. Mais nous craignons que, à force de répéter qu'en la votant on contribue à l'accroissement de la population, on ne finisse par le croire et par s'imaginer qu'on aura fait le possible lorsque, en réalité, on n'aura rien fait du tout".

26Un commentaire similaire est fait dans le même bulletin qui rend compte de l'ouvrage de Paul Strauss, Dépopulationetpuériculture. On peut lire :

"Le titre du livre part pourtant d'une idée à notre avis illusoire [...]. Pour que la France conserve son rang dans le monde, il faut que l'excès des naissances sur les décès soit comme en Allemagne, en Autriche, en Italie, en Angleterre, etc."

  • 14  Bulletin 11 du 15 juillet 1901.

27Un peu plus tard, on relève encore cette affirmation péremptoire14 :

"Nous répétons une fois de plus que les mesures prises pour diminuer la mortalité infantile - si louables qu'elles soient d'ailleurs - ne peuvent pas contribuer sérieusement à accroître la population française".

  • 15  Bulletin 17 du 15 janvier 1903.

28Plus tard encore, on peut lire, sous la plume de Jacques Bertillon15 :

"La mortalité infantile, à notre avis, n'est qu'un élément secondaire de la dépopulation ; son principe est dans l'abaissement de la natalité [...]. On peut se demander aussi si les deux millions qui sont consacrés chaque année à cette protection (définie par la loi Roussel) ne pourraient pas être employés de façon à leur profiter davantage (il s'agit des enfants mis en nourrice )".

  • 16  Bulletin 23 du 15 juillet 1904.

29Ce thème est encore repris dans un commentaire des débats préparatoires de la loi sur les enfants assistés de 190416 :

"Il est fâcheux qu'un homme aussi distingué que M. Millerand ait dit que le seul moyen de combattre la dépopulation est de diminuer la mortalité infantile. C'est faute de connaître les éléments de la statistique".

  • 17  Bulletin 34 du 15 avril 1907.

30Plus tard encore, il est fait reproche à cette loi du 27 juin 1904, d'être plus favorable aux enfants illégitimes qu'aux enfants légitimes17.

  • 18  B.R. MITCHELL, European Historical Statistics 1750-1970, London, The Macmillan Press, 1975.

31Cette sous-évaluation systématique de la mortalité infantile n'a pas les fondements statistiques incontestables dont se réclament les collaborateurs du Bulletin. Certes, en 1900, la mortalité infantile en Allemagne est de 229 pour mille, alors qu'elle n'est que de 160 en France. Mais le chiffre anglais est alors de 154 et, surtout, les chiffres scandinaves, suédois et norvégiens sont de 99 et 91 pour mille18. La comparaison obsessionnelle avec la seule Allemagne interdit ainsi aux membres de l'Alliance de s'intéresser à d'autres repères et les conduisent à nier la possibilité d'une régression importante de la mortalité infantile déjà acquise ailleurs.

32Ultérieurement, dans l'entre-deux-guerres, le niveau élevé des mortalités infantile et générale ne sera guère pris en compte pour expliquer, au moins partiellement, la stagnation démographique nationale.

33Il est difficile de ne pas interpréter cette position de principe, si souvent répétée, comme la manifestation d'une certaine indifférence au sort de l'enfant. Il est bien évident que l'Alliance nationale n'a jamais admis qu'on le maltraite, mais l'essentiel est bien pour elle qu'il naisse pour faire nombre, même si les conditions de sa survie sont pénibles. Comme l'écrit Bertillon, la nation doit assurer l'indispensable avant même le nécessaire :

"C'est un devoir pour la nation d'entourer l'enfant, et surtout l'enfant malheureux de toute sa protection et de toute sa tendresse. En lui réside l'avenir de la patrie ; une société intelligente doit donc ne reculer devant aucun sacrifice pour lui assurer des aliments et l'instruction, mais à quoi sert l'école, si l'écolier n'a pas à manger".

34Cet effort social implique d'autres sacrifices :

  • 19  BERTILLON J., La dépopulation de la France, op. cit.

De toutes parts, on entend parler de retraites aux vieillards ; leur sort nous touche moins que celui des enfants ; les vieillards ne sont pas une force pour un pays ; d'ailleurs ils ont eu soixante ans pour préparer la sécurité de leurs vieux jours, et s'ils n'y sont pas parvenus, ils doivent s'en prendre surtout à eux-mêmes"19.

35Cette logique du cocotier qu'on peut être tenté de secouer a de quoi faire quelque peu frémir ! Plus sérieusement, on dira que cette instrumentalisation de l'enfant n'incite pas particulièrement à son respect en tant que personne, même si elle ne l'exclut pas.

Haut de page

Notes

1  Cité dans Jules BONJEAN, Congrès international de la protection de l'enfance, Paris, 15-23 juin 1883, 2 volumes, Paris, Durand et Pedone-Lauriel, 1884 et 1886.

2  Nous en avons étudié l'action dans Un siècle d'histoire de l'enfance inadaptée, l'OREAG 1889-1989, Paris, Expansion scientifique française, 1989, 120 p.

3  Henry TAUDIERE, Traité de la  puissance paternelle, Paris, Pedone, 1898, 550 p.

4  Débats parlementaires, Sénat, séance du 21 mars 1898.

5  "Lois nouvelles", 1898, 2e partie, Revue des travaux législatifs, p. 118.

6  Il s'agit de la reproduction d'un article de R. B. KERR ayant pour titre "Les droits de l'enfant".

7  Le Bulletin paraît depuis 1899.

8  Jacques BERTILLON, Dr., La Dépopulation de la France, Paris, Félix Alcan, 1911.

9  Fernand BOVERAT, Patriotisme et paternité. Paris, Bernard Grasset, 1913.

10  BOVERAT, op. cit., chapitre X , "La famille normale est nécessaire pour assurer le bonheur de l'individu".

11  Bulletin 29 du 15 janvier 1906, p. 160.

12  Bulletin 32 du 15 octobre 1906, p. 254.

13  Bulletin 9 du 15 janvier 1901.

14  Bulletin 11 du 15 juillet 1901.

15  Bulletin 17 du 15 janvier 1903.

16  Bulletin 23 du 15 juillet 1904.

17  Bulletin 34 du 15 avril 1907.

18  B.R. MITCHELL, European Historical Statistics 1750-1970, London, The Macmillan Press, 1975.

19  BERTILLON J., La dépopulation de la France, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guillaume, « Politiques de la famille et protection de l'enfant », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Numéro 2 | 1999, 165-174.

Référence électronique

Pierre Guillaume, « Politiques de la famille et protection de l'enfant », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 2 | 1999, mis en ligne le 30 juillet 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://rhei.revues.org/38 ; DOI : 10.4000/rhei.38

Haut de page

Auteur

Pierre Guillaume

Professeur à l'Université de Bordeaux 3-Michel de Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page